Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

jeudi 6 novembre 2008

HAITI:INDICE DE PERCEPTIONS DE LA CORRUPTION ET TOI

Port-au-Prince, le 1er novembre 2008

HAITI : L’INDICE DE PERCEPTIONS DE LA CORRUPTION ET TOI

Jean Robert JEAN-NOEL

Haïti est un pays corrompu. Quand on pense Haïti, on pense corruption. Depuis la naissance de ce pays dans la douleur, la corruption est la seule constante qui a traversé toute son histoire. Le père fondateur d’Haïti fut victime de la corruption car il voulut une certaine équité pour ce pays, répartir mieux la richesse de ce pays exsangue après la terrible guerre de l’indépendance. Après sa mort, la corruption s’est installée en maitre. Malgré certaines éclaircies tout le long de notre histoire de peuple, le système mis en place en 1806 se perpétue en se renouvelant. Certes, on a eu de présidents honnêtes, mais ils ont du tolérer la corruption autour d’eux et pactiser avec le système pour gouverner. Ce qui se traduit aujourd’hui par une forme de culture de la corruption et explique en grande partie notre sous développement actuel. Et ce n’est pas étonnant que, lorsque le monde s’est donné cet outil, « l’indice de perceptions de la corruption », pour mesurer ce phénomène, notre pays se soit classé le plus corrompu ou parmi les plus corrompus de la terre. Alors, qu’en est-il exactement ? Et pourquoi Haïti se retrouve-t-elle parmi les derniers.

Depuis 1995, l'ONG Transparency International publie chaque année un indice de perceptions de la corruption[1] (CPI) classant les pays selon le degré de corruption perçu dans un pays. L'indice est élaboré à l'aide d'enquêtes réalisées auprès d'hommes d'affaires, d'analystes de risques et d'universitaires résidant dans le pays ou à l'étranger.

Sur la base des enquêtes menées depuis 2002 jusqu’en 2007 par cette ONG, Haïti s’est retrouvée à la 89e place sur 102 pays enquêtés en 2002, à la 131e place sur 133 pays en 2003, à la 155e place sur 159 pays en 2005, à la 163e sur 163 pays en 2006 et à la 177e sur 179 pays enquêtés en 2007. Les places occupées par notre pays sont établies sur la base de perceptions et rien d’autre.

Le lecteur doit souligner le mot perceptions. Cet indice est donc établi à partir des perceptions de la corruption de diverses catégories enquêtées. Ces perceptions sont fonction d’une certaine réalité. La perception n’est pas forcement la réalité vraie si je peux me permettre ce pléonasme. Le Président Préval parlant de la corruption en septembre 2008, a essayé de l’expliquer ainsi. Certaines personnes étaient d’accord avec lui et d’autres non. Ce qui est sur, c’est que nous tous nous sommes responsables de la perception générale que les autres se font de notre pays, en particulier de l’insécurité, du kidnapping et de la corruption. Certes, il est établi que notre pays est corrompu ; on en prend pour preuves, « le procès de la consolidation » sous le gouvernement de Nord Alexis au début du 20e siècle, « le procès des timbres » sous le gouvernement de Jean Claude Duvalier dans les années 1970, les enquêtes menées sous le gouvernement d’Alexandre/Latortue (2004/2006). Mais la place occupée par Haïti aujourd’hui est beaucoup plus liée à l’image projetée par nous autres, haïtiens, à notre façon d’opérer et à nos pratiques quotidiennes de gestion.

Haïti s’est donnée de bons outils de gestion ; elle dispose d’un arsenal législatif assez intéressant dans tous les domaines mais les gouvernements successifs ne l’appliquent. La Constitution de 1987 est venue avec des innovations, pourtant on ne se donne pas la peine de prendre des lois d’application. Et quand on s’est donné la peine d’en rédiger quelques unes, on les met au rencart. Où est-ce qu’on peut aller avec de pareilles pratiques. De plus, nous avons une perception très négative de nous-mêmes. Nous dénigrons tout le temps nos frères et sœurs. Nous les écartons parce qu’ils sont sérieux et compétents. Nous les critiquons négativement aussi pour les mêmes raisons. Nous sommes en admiration pour les gens qui ont acquis leur fortune de manière douteuse. Mais nous inventons des histoires vraisemblables pour faire passer nos frères et sœurs honnêtes, sérieux, compétents pour des vagabonds, des corrompus, des dilapideurs. Qui pis est, les vrais corrompus et les corrupteurs sont heureux de voir leurs frères et sœurs honnêtes et compétents pris pour cibles à leur place et se moquent d’eux en sourdine. Voilà notre réalité.

Cette réalité là est encore plus triste quand nous nous faisons complices de l’étranger, en inventant des histoires abracadabrantes sur nos frères et sœurs sans preuves sérieuses juste en faisant travailler notre imagination et en amalgamant. Nous agissons par jalousie, par méchanceté et surtout par souci de destruction. Prenons l’exemple des dernières mesures annoncées par le nouveau gouvernement Préval/Pierre-Louis. Après le passage sur Haïti des cyclones FAY, Gustav, Hanna et Ike, qui ont achevé de mettre à plat notre économie, le gouvernement, face à l’hésitation et à la lenteur de la communauté internationale et face à l’ampleur de la catastrophe, a décidé de déclarer l’état d’urgence pour une quinzaine de jours et a décaissé dans la foulée environ 200 M USD.

Pour engager cette somme durant une quinzaine de jours, il a fallu utiliser des procédures célères comme les contrats de gré à gré. Nous commençons par douter de notre capacité à l’engager, puisque nos chers amis de la communauté internationale parlent tout le temps de notre manque de capacité d’absorption, sans jamais évoquer les multiples conditionnalités et les procédures de plus en plus contraignantes et non harmonisées d’un bailleurs à un autre (JEAN-NOEL, 2004, 2006, in Le Nouvelliste). La somme une fois engagée, au lieu d’attendre les résultats dans les prochains mois, nous critiquons le processus au lieu de féliciter le gouvernement pour avoir engagé à temps l’argent. En outre, nous spéculons sur les noms des personnes qui vont s’enrichir, nous parlons de magouilles. Comme il est de mise en de pareils cas, nous faisons des amalgames. Si un tel est l’ami d’un tel et que ce dernier a eu un contrat de gré à gré, l’autre va faire son beurre, car c’est un prête-nom. Naturellement, nous profitons de la circonstance pour salir la réputation d’honnêtes gens. Et qui pis est, nous augmentons par le fait même l’indice de perceptions de la corruption par rapport à notre pays et ne nous étonnons pas si, en 2008 et en 2009, il se retrouvera à la dernière place.

Cet article, je l’ai écrit pour toi, mon frère haïtien, ma sœur haïtienne. Ne détruis pas l’image de ton pays, n’accuse pas ton frère ou ta sœur sans preuve. Si tu veux participer à la lutte contre la corruption, commence par éviter d’opiner sur ce phénomène sans bien le connaitre. Sais-tu que, par exemple, quand tu ne paies pas tes impôts, quand tu profites de ta position dans l’appareil étatique ou dans le secteur privé, la société civile ou même au niveau de la communauté internationale, pour obtenir des contrats incompatibles à ta fonction surtout quand tu es à la fois juge et partie, tu es un corrompu ? Toi aussi, ma sœur ? Que tu sois fonctionnaire, employé, cadre, parlementaire, ministre, président, la corruption, dépendant de son ampleur et ses conséquences, est un délit et/ou un crime. Lutter contre elle est d’abord une question d’étique et aussi un devoir de citoyen. Ah ! Tu ne savais pas. Eh bien, commençons la lutte maintenant, en remettant en question notre façon d’agir par rapport à nous-mêmes et par rapport à notre pays. Et Haïti en bénéficiera très largement : la corruption va reculer, l’indice de perceptions va baisser drastiquement, l’investissement va augmenter et le développement va se mettre en route.

Ne te sens pas visé personnellement, mon cher, même si tu es frappé en pleine poitrine. Tu dois noter et retenir que quand je parle de toi, je parle aussi de moi, n’est-ce pas? Pour paraphraser à l’envers l’autre, ce grand auteur du siècle de la lumière, celui de Louis XIV. Sans rancune, mon ami (e)!
[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_perceptions_de_la_corruption

Aucun commentaire: