Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

dimanche 28 juin 2015

HENRIOT NADER OU LA DISPARITION D'UN ETRE D'EXCEPTION



HENRIOT NADER OU LA DISPARITION D'UN ETRE D'EXCEPTION
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
28 JUIN 2015

Pour ceux-là qui connaissaient bien Henriot, ils savent très bien qu'avec lui il y a eu toujours une surprise à l'horizon, une blague hors contexte, une proposition un peu folle mais géniale, une pirouette pour s'en sortir avec bonheur. En laissant ce monde, il est resté fidèle à sa réputation et m'a forcé à changer tout mon programme  de fin de mois de juin et  de début de juillet 2015, et surtout à laisser tomber mon analyse de la conjoncture pour lui consacrer un peu de mon temps, une dernière fois. Mes lecteurs qui ont franchi le cap de 60,000,  le mois dernier, sur mon blog, me pardonneront cette digression et comprendront le bien fondé d'une telle décision en lisant ce papier consacré à la disparition de l'Agr Henriot Nader, cet être d'exception, mon ami et "petit frère".

Un exemple de dignité
La mort d'Henriot à 58 ans, ce mercredi 24 juin 2015, le jour de la fête de Saint Jean-Baptiste, m' a fait perdre tout mon sens de responsabilité, sauf envers lui. En effet, je n'ai pas pu me pencher sur mes affaires personnelles, suivre mes dossiers professionnels, même l'élimination du Brésil ce samedi 27 juin par le Paraguay me laisse totalement indifférent,  moi Le Fanatique. Je n'ai pas pu non plus me concentrer sur la recherche pour mon article du mois de Juin 2015 comme la poursuite du processus électoral et les carnets du CEP aux candidats aux Présidentielles ( le cas particulier de Jacky Lumarque de VERITE), la déportation des haïtiens et des dominicains d'ascendance haïtienne par le gouvernement dominicain, les réactions haïtiennes et de la communauté internationale y relatives, la dégringolade de la gourde par rapport au dollar, la cherté de la vie qui en découle... Mon ami ne pourra  plus jamais écouter mon analyse contextuelle mensuelle pour le compte de la FONHDILAC,  ni lire mes articles y relatifs. En attendant, je me fais le devoir, depuis le jour  de  son décès, d'aider Uranie, sa femme, à traverser du mieux que je peux cette période entre le décès et l'enterrement, en puisant ma force dans les épisodes de la vie d'Henriot, cet agronome que j'ai transformé en ingénieur civil et qui m'a transformé en agronome, ce grand entrepreneur devant l'Eternel, toujours occupé à faire quelque chose, à émettre une idée folle qui tient du génie, un spécialiste du secteur agricole et aussi  un  simple et bon vivant, surtout un homme courageux. Malgré les ravages du cancer à l'intérieur de son corps, il a su garder sa dignité jusqu'au dernier jour nous montrant à tous, en particulier à ses proches, la voie à suivre. Ces trois enfants, Al (mon filleul), Samie et Beyou, comme ils les appelait affectueusement, ainsi qu'Uranie, sa femme, ont eux-aussi, jusqu'ici, une attitude très digne face à cette échéance arrivée un peu trop tôt. "Eternel a donné, Eternel a ôté, que le nom de l'Eternel soit béni".

Henriot, le modèle d'Agronome réussi
Henriot Nader c'est le modèle d'agronome réussi. Il a su adapter ses multiples connaissances théoriques et pratiques aux dures réalités du pays haïtien et exploiter les moindres parcelles de connaissances acquises en Haïti et à l'étranger pour apporter un plus dans le développement du pays. Professeur émérite de la science d'irrigation et de la gestion sociale de l'eau, entrepreneur dans l'immobilier et dans l'agriculture, accompagnateur du monde paysan, bon mari, bon père de famille, bon professionnel," ranceur" hors paire et bon ami, il a su exceller en tout.

Lui et moi, depuis l'enfance toujours ensemble dans la pratique du Karaté, l'animateur vedette de Club des Jeunes à Radio Trans Artibonite et moi le rédacteur occulte des réponses aux nombreuses lettres des jeunes admiratrices et fans de l'émission très prisée à l'époque jusqu'à l'âge adulte. Nous avons choisi d'épouser deux amies, deux jeunes filles (Andrée et Uranie) du même quartier, la Ruelle Orival aux Gonaïves. Plus tard, comme professionnels de haut niveau, on a produit beaucoup de textes ensemble, beaucoup de rapports d'études sur Haïti, en particulier sur l'irrigation; on a même monté ensemble un bureau d'études, le GRABEX, avec deux amis, Robert Chéry et Hugues Joseph. C'était un Monsieur plein de contradictions, un tantinet suffisant (il se targuait être le meilleur), mais quelle modestie quand il s'agissaitt de prendre l'avis de quelqu'un en qui il avait confiance ou sur un sujet qu'il ne maitrisait pas. Et quelle fierté quand on parlait de la réussite d'un de ses amis ! Le dernier papier d'Henriot que j'ai corrigé, c'était une évaluation pour le compte de l'IICA, un texte  très sérieux qu'il m'a demandé d'agencer. "Tout est là, mais tu es le seul à le rendre cohérent", m'a-t-il lancé comme une sorte de défi. J'ai réordonnancé le texte en ajoutant quelques petites phrases de liaison pour améliorer sa cohérence. Il était sincèrement content et  regrettait qu'on n'ait pas pu "mieux mettre tout ce talent au service du pays".

 Henriot est venu dans ce monde sans rien dans des conditions plutôt défavorables, le dernier d'une famille  monoparentale pauvre de sept enfants dont Marie Antoinette, Jean et Gérard avec lesquels il avait sporadiquement vécu lorsqu'il était enfant, la majeure partie de sa jeunesse fut avec sa mère, "Madan Robert" qui était condisciple de ma mère chez les sœurs  (il y a de ces coïncidences dans la vie!), avec mon papa comme père adoptif aux Gonaïves et avec  moi  comme grand frère à Croix-des-Bouquets lorsqu'il était revenu de UTAH University en 1986 avec sa maitrise en Génie Rural jusqu'à son mariage avec Uranie en 1988. Pourtant, il est parti en laissant un nom, une entreprise très connue, HYDROTEC, dont le fer de lance demeure  son compagnon de travail, Thony Louis-Jacques, une ferme agricole bien équipée de 3 ha 1/2  qu'il voulait transformer en une école de formation pour de jeunes entrepreneurs agricoles. Il avait aussi appuyé sa femme dans le mise sur pied d'une jardinière d'enfants, " Le Crayon de Cire".

Adieu, mon ami et petit frère
Notre chère Henriot est donc parti en paix, le devoir bien accompli en surprenant tout le monde ( Isaac Xavier qui m'a annoncé la nouvelle en pleurant au tel, moi-même qui l'a reçue avec un sanglot ; on s'y attendait mais pas de si tôt). Bernard Ethéart, le président de la FONHDILAC, qui vient de subir deux opérations (occlusions intestinales), a été très surpris lorsque je lui ai annoncé la nouvelle. Quant à Jean Marie Binette, membre de la FONHDILAC, il était encore sous le choc lorsqu'il m'a eu au téléphone. Il en a été de même  pour les autres membres de la FONHDILAC (notre fondation, notre lieu d'évasion mensuelle) et pour les membres du Conseil de la Société Civile de la BID (CONSOC) où il représentait avec moi la FONHDILAC. C'était  un collaborateur très compétent doublé d'un homme de  grand cœur. En effet, avant son dernier voyage à Cuba pour une séance thérapeutique de la dernière chance, il m'a confié avoir reçu un coup de fil du Ministre de l'Agriculture dont il était membre de cabinet. M. Dorcin lui a demandé en fin de conversation :
 "Que puis-je faire pour toi, Henriot?"
" Rien. Il suffit de demander à  votre administration de payer les membres du cabinet", lui a répondu Henriot.
"J'y gagnerai et les autres membres du cabinet aussi", a-t-il fait comprendre  au ministre qui voulait lui venir en aide personnellement, en attendant de régler un peu plus tard cette question de paiement des cadres du cabinet. Il est donc resté solidaire de l'équipe  jusqu'au bout.

A nous autres sa famille, ses collègues et amis de maintenir son héritage ô combien précieux et de le renforcer pourqu'il contribue davantage au développement de notre chère Haïti.

La leçon de la vie de ce grand Monsieur : si Haïti disposait d'une masse critique d'Henriot, elle serait déjà redevenue "la Perle des Antilles".

 C'est ma façon à moi de te dire  adieu, mon ami et petit frère . N'oublie pas de saluer les agronomes Barnatre, Milou et Hebel qui sont partis avant toi dans l'espace de deux mois. Dis-leur que nous allons continuer le combat pour l'agriculture et pour le pays haïtien, en attendant notre tour, car la mort, cette cruelle sans pitié, n'épargne personne. Que la terre te soit légère!!!

4 commentaires:

Herve Durandisse a dit…

Que son ame repose en paix

Stephen William PHELPS a dit…

Une Tres Lourde Perte pour Haiti !!!!

Suzette Cadet a dit…

Henriot vient de payer tribu à la nature et son profil ne peut déserter ma pensee.

JMBINETTE a dit…

HENRIOT!! Mon Ami,mon Fils Disparu!!Un Professionnel de haut niveau. Un Brasseur d' idées, hors pair. Un Communicateur avisé!Toujours très combatif, parfois même agressif dans la défense de ses idées et de ses projets. Un tantinet moqueur dans ses prises de position.Mais, jamais un gramme de négativité.Très respectueux à l'égard des aînés. Généreux. Altruiste. Un vrai adepte de la Pensée Positive. D'un enthousiasme très contagieux,il pouvait à lui seul remplir le theatre.Parti très tôt ou trop tôt? N'essayons pas de répondre à cette lancinante question, car, chaque destin porte dès l'origine un cachet qui le place au-dessus de l'entendement humain.Regrettons sa présence physique. Ne le pleurons pas.Il ne voudrait sans doute pas de nos larmes.Gardons-le debout parmi nous.Gardons sa mémoire vive comme un catalyseur et une étincelle pour le réflexion et l'action productives.Repose en paix Enrique.Tu vis toujours.Adieu, mon Fils, mon grand Ami. JMBINETTE