Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

mardi 21 juin 2011

HAITI, UNE CIGARETTE ALLUMEE AUX 2 BOUTS

JEAN ROBERT JEAN-NOEL
21 JUIN 2011

Le 14 Mai 2011, M. Michel MARTELLY est investi comme le 56e Président d’Haïti. Le « changement » est en marche. Mais l’ancienne administration fortement représentée au Parlement à travers le groupe parlementaire du renouveau (GPR) avait laissé, « continuité » oblige, des dossiers brulants non suffisamment traités :(i) le choléra (+5000 morts depuis novembre 2010) et son pic épidémique à l’approche de la saison pluvieuse et cyclonique 2011, (ii) les nombreuses familles encore sous les tentes, en particulier au niveau de l’ensemble des places publiques de la Capitale,(iii) la crise électorale issue des résultats électoraux définitifs du 20 avril 2011, (iv) la crise constitutionnelle avec la publication du « faux amendement constitutionnel » dans le Moniteur du 13 mai 2011. De quoi inciter l’apôtre du « changement » à opérer dans la « continuité » !Une bonne cigarette allumée au deux (2) bouts ! Que fallait-il faire ? Et que faire maintenant ?

Eviter la confrontation ?
Sweet Micky a toujours été perçu comme un « bagarreur ». Mr Martelly en campagne ne s’est pas trop départi de cette image. Le jour de son investiture comme Président, son discours est resté électoraliste donc bagarreur. Donc, l’autre camp l’attendait au tournant comme cet ”éléphant dans un magasin de porcelaine ». Selon un principe acquis de ma longue expérience, il ne faut jamais laisser les autres utiliser vos défauts contre vous. Ainsi, on arrivera à déjouer tous les pièges tendus par des amis et par des ennemis. Donc, le Président aurait dû choisir la coopération à la confrontation, et sur la base de cette « Haïti d’abord ! »,amorcer le « changement dans la continuité ». Mon article sous le même titre donnait la recette. Malheureusement, les conseils n’ont pas été suivis. On est donc en pleine confrontation alors que le pays a besoin de coopération. Que fallait-il faire ?

Couper la cigarette en trois (3) parties
Plus spécifiquement, au nom de son amour déclaré pour ce pays, au nom du changement prôné, le Président aurait du couper la cigarette en 3 parties : (i) reconduire le gouvernement Bellerive avec le même objectif de 8% de croissance prévu par le budget 2010-2011, en exigeant la gestion par le gouvernement reconduit de l’ensemble des dossiers brulants en cours et la préparation du budget 2011-2012 autour des 4 milliards de USD engagés dans le cadre de la CIRH ; (ii) Mettre en place avec son équipe un « schadow gouvernement » à coté du gouvernement reconduit pour roder cette équipe et faciliter le contrôle de l’ancienne dans la gestion des affaires de l’Etat , et (iii) se placer au dessus de la mêlée pour mieux voir et mieux coordonner tranquillement la mise en place du nouveau Gouvernement prévu pour la fin de l’exercice en cours avec parallèlement l’entame du processus de ratification du nouveau Premier Ministre. Pour agir de cette manière, il fallait une grande maitrise de la situation politique, un grand esprit de sacrifice et un grand leadership pour expliquer ses choix au peuple haïtien si impatient. C’aurait été une grande leçon de coopération, une bonne manière de rétablir la confiance entre nous, une grande opportunité ratée de bien amorcer le changement.

Alors, maintenant que faire ?
La Présidence et le Parlement n’ont qu’un seul choix : Haïti d’abord ! Il leur faut coute que coute éviter la confrontation en faisant taire leur orgueil de groupe et en pensant Haïti. Haïti ne peut plus se permettre de perdre un autre mois dans cette grisaille politique. Certes, il n’est plus possible de contempler un taux de croissance de 8%, mais il est encore possible de sauver les 3 derniers mois de l’exercice en cours. Nos hommes politiques doivent au moins comprendre cela. Nos experts financiers et le Group Croissance en tête nous ont déjà fourni assez d’éléments pour comprendre ce minimum en matière économique. Alors, chers Messieurs et Dames, arrangez vous pour que le pays soit doté d’un gouvernement durant cette fin de mois de juin 2011. Ce gouvernement, tout en sollicitant l’aide de l’ancienne administration pour au moins 3 mois et en créant des conditions pour rétablir la confiance entre les haïtiens, aura un cahier de charge en quatorze (14) points pour les trois derniers mois de l’exercice en cours, en vue de :

1) Gérer les affaires du pays à partir du budget 2010-2011 avec le souci d’atteindre un bon niveau de croissance économique en septembre 2011 ;

2) Gérer les urgences liées à la flambée de cholera, la saison cyclonique, les gens sous les tentes, en restructurant le service national des Endémies majeures (SNEM), en renforçant les structures de gestion des risques et désastres, en restructurant l’EPPLS (logements sociaux), en restructurant le SPPREN (Service d’entretien routier) ;

3) Organiser les examens officiels de l’Education Nationale et Préparer la réouverture des classes en Septembre 2011 tout en bien expliquant au grand public que l’école gratis est un processus progressif sur une période relativement longue ;

4) Préparer et lancer les campagnes agricoles d’Eté et d’Hiver pour réduire l’insécurité alimentaire ;

5) Préparer le budget 2011-2012 d’un montant de 4 milliards de USD avec les hypothèses suivantes : un taux de croissance de 10%, un taux d’inflation <10%, un taux de change stable de 40 gourdes pour 1 USD ;

6) Nommer le Président de la Cour de Cassation ;

7) Mettre en place le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire ;

8) Trouver des solutions à la crise électorale, à la crise constitutionnelle ;

9) Mettre en place le Conseil Electoral Permanent une fois la crise constitutionnelle résolue ;

10) Mettre en place le Conseil Constitutionnel tel que prévu par la Constitution amendée ;


11) Assurer une coordination sérieuse des actions des ONG et des agences de Coopération technique tant bilatérales que multilatérales ;

12) Préparer les élections Sénatoriales partielles, les Mairies, les CASEC et les élections indirectes ;

13) Mettre en branle le processus pour transformer la CIRH en cette agence de développement d’Haïti (ADH) prévue par le plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti (PARDNH) en octobre 2011 ;

14) Engager la responsabilité de la MINUSTAH en matière de l’introduction du choléra en Haïti et un processus de dédommagement pour des pertes en vies humaines et économiques encourues et pour aider à combattre le déficit d’image du pays à l’extérieur, tout ceci en vertu des conventions en la matière.

La mise en application de ce cahier de charge par le nouveau gouvernement permettra au pays d’éviter la confrontation et d’amorcer le processus de changement qui débouchera à coup sûr sur le processus de mise en marche de la nouvelle Haïti qui deviendra à l’horizon 2030, « un pays émergent et moderne », et à nouveau ”la Perle des Antilles, l’exception culturelle de la Caraïbe.” C’est le rêve de tout Haïtien digne de ce nom et ce devrait être le rêve de tous nos politiciens, surtout ceux qui sont au pouvoir. Alors, Messieurs et Dames, Marquez la rupture par rapport à l’ancien système mis en place depuis 1806 ! Haïti ne l’oubliera jamais !!!

2 commentaires:

hebert saint louis a dit…

je pense que c'est un article très intéressant pour aider à trouver des solutions possibles à la crise que vit le Pays.

JEAN ROBERT JEAN-NOEL a dit…

Tout a fait d'accord avec toi, Hebert.Je l'ai ecrit d'aileurs dans le souci d'aider les gouvernants a trouver une formule pour faire avancer le pays.