VideoBar

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher dans ce blog et le WEB

mardi 23 mai 2017

HAITI ENTRE INTEMPERIES, ELEMENTS D’INSTABILITE ET CARAVANE DU CHANGEMENT


HAITI ENTRE INTEMPERIES,  ELEMENTS  D’INSTABILITE  ET CARAVANE DU CHANGEMENT
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
23 MAI 2017

Après le passage de Matthew, nous avions prédit, nous basant sur nos observations, que la saison pluvieuse 2017 pourrait être très mouillée. Jusqu’à présent c’est  le cas. Il en a été de même après Isaac et Sandy en 2012, et après Erika en 2015. Pourquoi serait-il différent en 2017 après le passage de Matthew? En tout cas, depuis le mois d’Avril jusqu’à date, Haïti est sous la pluie, pratiquement tous les départements du pays ont enregistré leurs lots d’inondations (Cap-Haïtien, Port-de-Paix, Sud, Grande-Anse, Nippes, Bas-Artibonite, pour ne pas les citer), suivies de morts, de blessés et de sans-abris.

Parallèlement à ces intempéries, le Président J. Moïse bouge comme la caravane du changement lancée le 1er Mai 2017, à Lagrange, dans l’Artibonite. Mais, bien avant le lancement et durant le séjour de sa caravane du changement dans la Vallée, le Président est partout : au niveau de la santé apaisant les gens de l’Hôpital Général, offrant appareils de dialyse, il a récidivé très récemment à l’Hôpital OFATMA ; au niveau de l’immigration pour la question de passeports (117,000 unités non livrées à l’époque), à date, il ne resterait que 30,000 unités à livrer, dans les divers centres[1] de livraison inaugurés entre temps et réduisant la pression sur le centre de Lalue[2], en attendant d’atteindre le nombres de 40 centres à travers tout le pays dont 14 centres avant la fin du mois de Mai 2017, a-t-il promis ;  au niveau des industries (boissons gazeuses, agro-alimentaires, traitement de déchets) ; et au niveau de l’Artibonite ( Vallée de l’Artibonite, Verrettes, Saint-Michel, Desdunes, l’Estère, Grande Saline) pour superviser les travaux de la caravane, promettant d’intervenir sur les nombreux problèmes soulevés par la population et au niveau du Centre pour annoncer des actions à Maïssade sur la Rivière Rio Frio. « Qui trop embrasse mal étreint ». Le Président en a-t-il conscience ? En tout cas, c’est la boulimie. Cette boulimie dérange, intrigue et favorise la spéculation.

Les démons de l’instabilité politique
Les intempéries et la caravane du changement ont occulté tout le reste, sauf l’augmentation du prix du carburant qui a fait quelques vagues malgré les négociations avec les principaux syndicats de transport. L’ultimatum de Jean-Charles Moïse à ce sujet fait injonction au Président Jovenel Moïse de revenir sur sa décision  d’augmentation du prix du carburant sous peine de le retrouver à la tête  des manifestations pour l’éjecter du pouvoir.

Il faut souligner : (i) la grève  du personnel à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratifs (CSCCA) ; (ii) les tentatives d’attentats contre le Président et la mort suspect de son chauffeur ; (iii) les journées d’arrêt de travail  du personnel[3] du service d’immigration suite à l’arrestation d’un cadre de ce service  par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sur la base de soupçon de trafic de passeports ; (iv) les manifestations de rue des élèves à Port-au-Prince pour réclamer dans les salles de classe la présence de professeurs, qui paradoxalement les accompagnent dans la rue à la dernière manifestation en date ; (v) la réclamation des professeurs, qui fournissent des services dans le système éducatif, sans leur  intégration officiellement dans  le système ; (vi) les manifestations de rue des ouvriers du secteur sous-traitance, qui emploie 40,000 personnes à 350 HTG/jour (environ 5 USD par jour), pour réclamer une augmentation de salaire à 800 HTG/jour, plus que 10 USD par jour, réclamation qui semble avoir un bon écho  au niveau de certains membres du Parlement, en particulier ceux de l’opposition ; (vii) la vie de tous les jours devenue de plus en plus intenable malgré une certaine appréciation de la gourde par rapport au dollar américain (environ 64 G pour 1 dollar), et (viii) les menaces des maitres-bétons sociaux et politiques de reprendre du service.  Ce qui fait dire au Sénateur Salomon du Sud qu’Haïti serait au bord d’un soulèvement généralisé.

Il se pourrait que, en fonction de ces observations, les démons de l’instabilité politique à base de manifestations de rue reprennent et nous replongent dans cette incertitude. L’augmentation du prix du carburant pourrait être l’élément déclencheur de cette instabilité politique, avec la cherté de la vie comme vecteur et comme prétexte.

Le diagnostic du PM Lafontant et la rebuffade de Bastien
D’autant que le diagnostic du Premier Ministre Lafontant sur l’état de la nation confirme la situation catastrophique du pays sur le plan financier, même si, en essayant d’imputer uniquement cette catastrophe à l’administration Privert-Jean-Charles, cette tentative lui a valu une belle rebuffade de la part de l’ex-Ministre de l’économie et des finances, Yves Romain Bastien. Certes, la faute du PM Lafontant  d’accuser l’administration Privert a forcé Bastion à sortir à juste de titre de ses gongs, mais le diagnostic reste valable. Le pays va mal.

Il ne faut donc pas rejeter d’un revers de main le diagnostic du Premier Ministre. C’est un dossier sérieux qui permet de comprendre l’état actuel de la situation du pays et sur quelle base financière cette nouvelle administration a démarré. Si vraiment la nouvelle administration ne dispose que très peu de moyens au niveau du budget, il sera très difficile sinon impossible de mettre en œuvre son ambitieux programme. Un budget rectificatif qui tarde à venir et qui doit prendre en compte les actions des ministères concernés au premier chef par la caravane du changement : ministère de l’agriculture, ministère de l’environnement, ministère des travaux publics. Dans ces conditions, une reprise des manifestations de rue ne ferait que nous enfoncer davantage dans cet imbroglio qu’on n’a même pas eu le temps de nous affranchir malgré la transition, les élections générales directes réalisées, et les élections indirectes annoncées. Heureusement qu’il y a la caravane du changement qui fait aboyer « les humains haïtiens » pour paraphraser notre Lionel Trouillot national.

La caravane entre perception et réalité
En effet, la caravane du changement ne laisse personne indifférent. Ni ses opposants, ni ses partisans, ni la majorité silencieuse. Pour la grande majorité et surtout ceux-là qui ont marre de cette situation léthargique qui prévaut dans le pays depuis trop longtemps,  un certain espoir renait avec le discours optimiste du nouveau Président, sa caravane du changement, même si la réalité et le passé récent  sont là pour nous rappeler à l’ordre. Seul le bruit de la caravane du changement (par médias interposés) nous force à nous émerger du cauchemar quotidien dans lequel nous sommes plongés.

Depuis le lancement de la Caravane du changement le 1er Mai 2017 à Lagrange, le jour de la fête de l’agriculture et du travail (foire du 1er Mai 2017 aux champs de Mars, un succès), les médias s’en emparent. A partir des infos tirées des apparitions du Chef de l’Etat dans des spots publicitaires, des visites de terrain de ce dernier, des interventions des spécialistes et des spéculations de la plupart des intervenants, le commun des mortels se trouve perdu entre perception et réalité par rapport à la caravane du changement. 

La caravane du changement est perçue négativement selon que l’on soit opposant à PHTK, à Jovenel Moïse, ou septique par rapport à tout ce qui se fait ici en Haïti, ou réaliste par rapport à la situation économique et financière du pays. Ce qui fait que les explications sont souvent biaisées, mais aussi évolutives au fur et à mesure que les informations se précisent. Certaines personnes, qui étaient contre la caravane au départ, ont changé d’avis après les premières réalisations, mais restent réticentes par rapport à la manière d’opérer, par rapport à certaines figures de la cellule de pilotage ad hoc de la caravane. D’autres doutent de la durabilité de la caravane, et une dernière catégorie ne croira jamais à cette caravane même en cas de succès à la fin du quinquennat.

En réalité, la caravane du changement au niveau de la Vallée de l’Artibonite, vise, dans un premier temps, à curer mécaniquement 197 Km de Canaux et drains et réaliser 100 Km de pistes durant les 45 jours de l’opération coup de poing ; tandis que, dans un second temps, les actions visant à achever le grand périmètre de l’ODVA traverseront le quinquennat. Parallèlement, il a été procédé à la mise en place d’un bloc sanitaire moderne équipé de panneaux solaires, d’une petite centrale de traitement de l’eau du Fleuve Artibonite comme eau de boisson et la distribution à prix subventionnés des kits à énergie solaire pour l’éclairage des maisons à Lagrange, l’expérimentation de 9 blocs (4500 ha) de production du riz avec l’ambition de réaliser 4.5 TM de riz  à l’hectare durant une campagne au niveau de la Vallée qui en compte deux.

Cette réalité sera répliquée, en l’adaptant, à d’autres zones dépendant de leurs spécificités et potentialités propres, tout au moins c’est ce qui est projeté pour la Grande-Anse, le Sud et les Nippes, et, par extension, pour l’ensemble du pays. Les moyens dont disposera le budget rectificatif ne permettront pas de réaliser le programme ambitieux prévu, sauf si d’autres ressources seront mobilisées. Où les trouver?

En guise de conclusion, pour arriver à « mobiliser les forces vives d'Haïti pour transformer les rapports sociaux historiques et aboutir à un développement endogène et durable du pays », qui est la finalité de la caravane du changement, il reste beaucoup à faire, en commençant par un travail en profondeur d’information, de sensibilisation, de communication et de fine planification autour de cette stratégie innovante mise en place par la nouvelle administration et inspirée de la  stratégie  initiée par le ministère de l’agriculture[4] sur les cinq (5) pôles[5] de croissance et de développement basés sur les cinq (5)  principaux châteaux d’eau du pays. Le pôle 1 regroupant le Nord et le Nord-Est, le pôle 2 imbriquant le Nord-Ouest, le Pôle 3 regroupant l’Artibonite et le Plateau Central, le Pôle 4 regroupant l’Ouest et le Sud-Est, et le pôle 5 regroupant les Nippes, le Sud et la Grande-Anse. Les actions sectorielles liées à la caravane seront menées à l’intérieur des pôles de croissance et de développement. Tel est le cas pour le grand périmètre de la Vallée de l’Artibonite au niveau du pôle 3, et prochainement le Grand Sud au niveau du pôle 5. 

La saison cyclonique qui démarre le 1er Juin et les premiers signes d’instabilité politique mettront-ils des bâtons dans les roues de la caravane du changement? Ou la caravane sera-t-elle assez forte et solide pour traverser ces turbulences sans se faire dérailler, si turbulences il y aura?



















[1] Dans ces centres, selon les autorités, il est possible de retirer son extrait de naissance, sa carte d’identification nationale, son passeport, sa carte d’identité fiscale.
[2] à Pétionville, Rue Lamarre à Port-au-Prince, à Verrettes, à Tabarre, à Delmas, à Arcahaie, à Vaudreuil  au Cap-Haïtien, et très prochainement à Croix-des-Bouquets.
[3] Un arrêt de travail a été observé aussi au niveau des greffiers suite à l’arrestation de l’un des leurs pour corruption
[4] L’agriculture a été désignée locomotive de la croissance par l’administration Martelly en 2015.
[5] Cadre budgétaire et de programmation 2015-2018, Ministère de l’Agriculture Octobre 2015. 

vendredi 31 mars 2017

HAITI : LA PREMIERE ETAPE FRANCHIE, PLACE AUX MESURES POUR LE DEVELOPPEMENT DE NOTRE PAYS


HAITI : LA PREMIERE ETAPE FRANCHIE, PLACE AUX MESURES POUR LE DEVELOPPEMENT DE NOTRE PAYS
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
31 MARS 2017

Dans notre dernier article, on attendait le Président J. Moise  au tournant. Il a bien négocié avec le Parlement la ratification de son premier ministre, Dr Jack Guy Lafontant et de son gouvernement. Très certainement le prix payé pèse lourd dans la balance. Des inconnus au gouvernement, si l’on fait exception de deux ou trois cas ; il en est de même pour les directeurs généraux, même si, à ce niveau, on a beaucoup plus de têtes connues, des anciens ministres et autres. Par contre, au sein de son cabinet particulier, les conseillers sont tous des gens connus. Le gouvernement est donc maintenant en place. Tout s’est passé avec une rapidité étonnante, à la manière de Donald Trump, le président américain. Tout ceci a pris un mois et quelques jours de négociation avec le Parlement qui s’est révélé très gourmand en la circonstance. Maintenant, place aux actions et mesures concrètes pour le développement d’Haïti!

L’agriculture est la rampe de lancement des missiles de développement de l’Administration Moïse, tout au moins sur le papier. Dans le budget 2016-2017 de 121.95 Mrds de gourdes[1] (1.9 Mrds d’USD en septembre 2016), préparé par l’administration Privert et visant un taux de croissance du PIB de 2.2%, le secteur  agricole n’a été crédité que de 7 Mrds de HTG (5.7% du budget). Il faut rappeler que le taux de croissance de la population est de 2.5%[2], donc, avec un tel budget, Haïti ne fait que s’enfoncer dans la pauvreté.

Des investissements de 20 Mrds d’USD pour les 5 prochaines années (?)
Par conséquent, la première mesure à adopter par le nouveau  gouvernement devrait être la rectification et l’augmentation du budget, tout en créditant  le secteur agricole de 10%  de ce nouveau budget rectificatif. Quel devrait être le montant de ce budget rectificatif à 6 mois de la fin de l’exercice 2016-2017? C’est au gouvernement de décider en fonction des voies et moyens dont il dispose. L’idéal serait de passer à un budget de 3 Mrds d’USD pour le second semestre, en se donnant les moyens de le financer et la capacité de l’absorber. Est-ce possible ? La balle est dans le camp du gouvernement.

En tout cas, pour les exercices à venir et  jusqu’à l’horizon 2022, il faudrait coûte que coûte des investissements atteignant 20 Mrds de dollars américains au total  pour les 5 prochaines années, pour amorcer le développement du pays. « À titre de comparaison, la Jamaïque, qui a moins de trois millions d’habitants, dispose d’un budget de cinq milliards de dollars américains; la République dominicaine a un budget de plus de 10 milliards de dollars pour une population de près de 10 millions d'habitants. Haïti va dépenser moins de deux milliards de dollars pour ses plus de 10 millions d’âmes [3]», selon Kesner Pharel, pour l’exercice en cours. Un budget de 4 milliards de dollars américains par année pour Haïti, c’est donc le minimum qu’on pourrait se permettre pour être pris au sérieux.

Parallèlement, tout en luttant drastiquement contre la corruption et en maintenant un bon niveau de stabilité, condition sine qua non  pour attirer les investisseurs haïtiens et étrangers, il faudrait : (i) une politique de population ramenant à 1% la croissance de la population, avec accent particulier sur la santé, l’eau potable/assainissement et l’éducation, (ii) une politique économique visant 8 à 12 % de croissance du PIB, avec accent particulier sur l’agriculture/environnement, l’agro-industrie, le maillage routier national, l’énergie, le tourisme, (iii) une bonne gouvernance, avec accent particulier sur la déconcentration administrative, la décentralisation, le dialogue/la grande concertation nationale et la réforme de l’Etat et des collectivités territoriales

Le grand sud, une priorité pour les 5 prochaines années (?)
A côté de ces mesures, il y a certaines urgences à gérer. L’ouragan Matthew a très sérieusement heurté le grand sud. La situation, selon un sénateur de la Grande Anse, est catastrophique et pourrait déboucher sur une grande famine. La campagne agricole d’Hiver n’a pas été bien planifiée et n’a donc pas donné les résultats escomptés. A titre d’exemple, l’Agr Pascal Pecos Lundy a soulevé le cas de Port-à-Piment où la situation est vraiment grave. Il faut donc faire quelque chose de spécial  pour le grand sud durant la campagne agricole de printemps. Or on est déjà en plein dans la campagne de Printemps. Et le budget n’est pas encore rectifié. Il faut donc trouver un mécanisme pour venir au secours du grand sud durant cette campagne, d’autant que la saison pluvieuse a déjà débuté dans certaines zones du pays. Dans deux mois, ce sera le début de la saison cyclonique. On sait que la zone la plus exposée du pays historiquement c’est le grand sud.

Il y a donc nécessité de lui accorder une attention particulière. Le gouvernement devrait en faire une priorité pour les 5 prochaines années. Et des instructions devraient être données à tous les secteurs d’en faire leur priorité durant le quinquennat ; des moyens devraient être mis à leur disposition ou canalisés vers cette zone. Dans le cadre d’un budget décentralisé, cette préoccupation gouvernementale devrait se traduire clairement. De même, le budget rectifié 2016-2017 devrait en tenir compte.

En 2022, le grand sud devrait au moins retrouver son niveau d’avant le passage de Matthew. C’est vital pour le pays et ce sera un indicateur de réussite ou d’échec du quinquennat de Jovenel Moïse. D’où la nécessité pour l’administration Moïse de bien gérer ses relations avec la communauté internationale, la principale pourvoyeuse de fonds en matière de financements du développement (APD ou aide publique au développement), si l’on fait exception de l’apport de la diaspora (consommation).

Affirmer la personnalité d’Haïti sur le plan diplomatique (?), en appliquant la formule CCI prônée par Jovenel
Après le refus du Président Jovenel Moïse de renouveler le mandat de Gustavo Gallon comme expert indépendant de droit de l’homme des Nations Unies pour Haïti, après la prise de position vigoureuse d’Haïti en faveur du Venezuela et à l’encontre de l’OEA et des Etats Unis, et après la visite de Michelle Bachelet, la présidente du Chili, et des promesses de coopération bilatérale, Haïti semble vouloir affirmer sa personnalité sur le plan diplomatique sans se courber au diktat de la communauté internationale, tout au moins par rapport à l’évolution de la situation durant ces deux dernières semaines.

Il faut noter que, depuis la prestation de serment du Président, le 7 février 2017, il y a une valse diplomatique qui se joue en Haïti. Tout de suite après son investiture, il a rencontré les chefs de délégation présents. Par la suite, d’autres diplomates sont venus ainsi que les représentants des bailleurs de fonds. Quant aux représentants des bailleurs de fonds évoluant en Haïti, non seulement la plupart ont déjà rencontré le Président de la République, mais aussi elles font le tour des ministères et sont prêts à revoir leur portefeuille en fonction des priorités du gouvernement.

Une fois de plus, Haïti doit savoir où elle va et l’ensemble des secteurs doivent suivre les directives du gouvernement pour avoir le même langage ou la même référence normative interne (RNI). C’est capital pour ne pas tomber dans le piège de faire ce que les bailleurs nous dictent au lieu de négocier avec eux nos propres programmes et projets suivant un agenda national ou tout au moins gouvernemental. Il faut noter que les bailleurs ont la suite dans les idées contrairement à l’Etat Haïtien qui change de politiques à chaque changement de ministres. D’où la nécessité d’appliquer la formule proposée par le Président J. Moïse : « Continuer, corriger et innover » que j’appellerais « CCI  ou cadre de coopération avec l’internationale», en ce qui a trait à nos relations avec la communauté internationale.

Vers « une Haïti fière, digne, prospère et souveraine »
Ainsi, si vraiment l’administration Moïse s’appuyait sur le secteur agricole comme la locomotive de la croissance en lui dotant d’un budget de 2 Mrds USD correspondant à 10%  du budget du quinquennat (?),  en développant des politiques publiques susceptibles d’amorcer réellement le développement du pays, en prenant des mesures pour combattre la corruption et pour stabiliser le pays, et en appliquant la formule CCI prônée par Jovenel ,  en particulier  dans nos relations avec la communauté internationale, Il serait possible pour Haïti de réduire sa dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur en 2022 (40% au lieu de 52% actuellement), de  se rapprocher des objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, et de contempler la vision d’un pays émergent à l’horizon 2040. Cette administration pourrait s’enorgueillir d’avoir fait œuvre qui vaille et ensemble on dirait, en paraphrasant le Président Jovene Moïse, que : « Notre génération » a fait « tous les sacrifices nécessaires pour restituer à ce pays le statut qui est le sien dans le concert des nations : une Haïti fière, digne, prospère et souveraine [4]». 











[1] Ministère de l’économie et des finances (MEF)
[2] IHSI, recensement 2003, taux de croissance de population 2.5% 1982-2003 selon IHSI
[3] Réf. Le Nouvelliste du 26/07/2016
[4] Enoncé de politique générale du Premier Ministre Dr Jack Guy Lafontant

vendredi 10 mars 2017

CARNAVAL NATIONAL AUX CAYES ET NOMINATION DU PREMIER MINISTRE, HAITI ATTEND JOVENEL AU TOURNANT


CARNAVAL NATIONAL AUX CAYES  ET NOMINATION DU PREMIER MINISTRE, HAITI ATTEND JOVENEL AU TOURNANT

JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
10 MARS 2017

La situation haïtienne , depuis la proclamation officielle des résultats de la présidentielle, le 3 janvier 2017, confirmant la victoire de M. J. Moise  et  celle des résultats des sénatoriales et des collectivités territoriales (CASECS et Délégués de ville) confirmant une fois de plus la victoire de PHTK et alliés , le pays était plongé dans un suspens sur la prestation de serment   ou non du Président à cause de cette accusation de blanchiment d’argent au niveau de l’instruction.

Les sénateurs LAVALAS et alliés avaient  menacé de boycotter la séance en Assemblée Nationale (AN). L’élection de Youri Latortue (AAA) à la tête du Grand Corps, la reconduction unanime de Cholzer Chancy (AAA) à la tête de la chambre basse et la récupération par le CEP du Sénateur Gélin, accusé par le réseau des droits humains (RNDDH), ont confirmé la mainmise de PHTK et alliés sur le Parlement et ont favorisé la tenue de l’Assemblée Nationale et la prestation de serment du Président J. Moise, en dépit du boycott des Sénateurs LAVALAS et la décision du Parquet de Port-au-Prince, laissant des doutes sur le dossier de blanchiment d’argent  impliquant le président de la République. 

M. J. Moise a donc prêté serment et a prononcé son discours d’investiture, qui n’a pas eu l’écho nécessaire, car la robe de sa femme lui a volé la vedette. Que de choses on a dites sur cette robe ! Une fois de plus, le superflu a pris le pas sur l’essentiel.

De même, lors de la réception offerte par le Président à notre Raquel Pélissier nationale, classée première dauphine au concours mondial Miss Univers à Manille aux Philippines, on s’est concentré sur les boutons de veste du président et sur la manière dont le Président et sa femme ont tenu leur verre de champagne.

Ces attaques tous azimuts traduisent un malaise, une certaine  non acceptation de ce couple présidentiel d’origine paysanne dont la présence au Palais National dérange les bien-pensants ;  à ce qu’il parait, ç’avait été le cas pour le président Estimé. J Moise pourra-t-il refaire l’exploit d’Estimé ? Toujours est-il que ce couple, qui parait très uni et soudé, semble planer au-dessus de ces petites choses  et prendre très au sérieux leurs rôles et responsabilités à la tête de l’Etat d’Haïti.

 En effet, le Président, qui a effectué son premier voyage à l’étranger, en Guyane, a surpris tout le monde en décidant, en dépit des critiques,  d’organiser aux Cayes le carnaval national et en procédant à la nomination  du premier ministre, Dr Jack Guy Lafontant. Et la Première Dame est très active, en particulier lors de la journée de la femme, le 8 Mars 2017. Elle s’affiche en tant que telle, certes avec un peu d’hésitation mais lentement et surement, appliquant la maxime, « ne laisse pas à demain ce que tu peux faire aujourd’hui », car demain n’appartient à personne, sauf à Dieu qui a le pouvoir de vie et de mort sur chacun de nous.

La disparition de 4 illustres haïtiens dont René Préval, le père spirituel d’Haïti en matière politique
En attendant la ratification par le Parlement du premier ministre nommé, Haïti a enregistré la disparition subite de Thierry Gardère, le PDG de Rhum Barbancourt, de celle du Président René Garcia Préval, la mort du Sénateur Julio Larosilière et celle de Joe Damas, le célèbre animateur du Konpa direk à Radio Métropole.

Ce sont des hommes d’influence qui ont marqué leur passage sur la terre d’Haïti, dans l’agro-industrie, la politique et la culture. Ils se sont distingués dans leur sphère d’action et demeurent des modèles à suivre, en particulier, René Préval. Ti René comme la plupart d’entre nous le surnomme affectueusement est un grand homme, un homme très modeste d’une très grande simplicité, plutôt honnête, un homme de dialogue et d’ouverture, un fin politicien influençant la politique haïtienne depuis 1991 et ayant su « nagé pou sôti » dans l’imbroglio politique de notre pays. Son départ laisse un vide difficile à combler. Personnellement, je le considère comme le père spirituel d’Haïti en matière  politique.  Un véritable modèle à suivre!

Ces hommes d’influence ont choisi de partir après cette grande fête culturelle, où le barbancourt a coulé à flot avec son lot de gouyad et de grivoiseries , et où la politique, en dépit de la nomination du Premier Ministre, a été reléguée au second plan, comme pour nous dire qu’ « apré dans tambou lou ». De la joie à la tristesse pour ce peuple « qui chante et qui danse »,  en toutes circonstances, dans le bonheur, dans le malheur, et même dans la misère la plus abjecte.

Carnaval national aux Cayes, Sweet Mickey s’en est donné à cœur-joie
Cette année, le carnaval était aux Gonaïves, à Croix-des-Bouquets, à Pétionville, à Port-au-Prince, à Carrefour, à Jacmel et aux Cayes où a lieu le carnaval national, objet de débats, lieu de règlement de comptes entre groupes musicaux (polémique), entre Sweet Micky  et  les deux journalistes de renom[1] qui ne lui ont pas fait de cadeau durant sa présidence. Le tout puissant Micky, en tant que revanchard, s’en est donné à cœur-joie pendant quatre jours[2]. Ce qui a enflammé les réseaux sociaux et fait ressortir notre hypocrisie par rapport à ce malaise profond de la société haïtienne qu’incarne parfaitement Sweet Micky décrit par Samy Janvier [3] et qualifié de narcissique par le Dr Buteau à l’émission de RAMASE de Radio Caraïbes du samedi 4 Mars 2017.

Cette grande fête culturelle a connu 0 mort et quelques blessés légers. Les parties artistiques de ce grand bal populaire ont été formidables, à mon humble avis. Les chorégraphies ont été exécutées à la limite de la perfection par des jeunes des deux sexes, et surtout des jeunes femmes qui se sont défoncées pour nous offrir des spectacles à couper le souffle. Que c’étaient beaux ces habits inspirés de nos traditions! 

Ce qui nous a fait oublier, l’espace de trois jours, nos incertitudes, nos questionnements, ce redémarrage qui viendrait arrêter  la dégringolade de la gourde par rapport au dollar (environ 70 G), combattre l’inflation (14.1%) qui grignote la maigre économie familiale nous plongeant davantage dans cette insécurité alimentaire. Ajouter à tout cela, les manifestations violentes de l’Arcahaie pour cette affaire de délimitation de la commune de l’Arcahaie par rapport à celle de Montrouis. Ces manifestions ont eu des conséquences désastreuses sur l’économie, en particulier sur le Grand Nord : un seul exemple parmi tant d’autres, Gonaïves est dans le noir depuis une semaine à cause du mazout qui n’a pu être acheminé depuis le lancement de ces manifestations qui ont une forte odeur de manipulations politiques.  Ce qui nous ramène à la question politique.

La nomination du Premier Ministre, Dr Jack Guy Lafontant
Durant la période carnavalesque, cette nomination surprise n’a pas défrayé la chronique. On était plutôt surpris  par la décision du Président Jovenel Moïse. Tous les noms qui circulaient sur les médias n’ont pas « assisté tirage » (un créolisme). Dr Lafontant a déposé ses pièces au Parlement. 

Alors que le PHTK et alliés ont la majorité au Parlement, on n’a pas cette impression que cette ratification se fera sans problème comme c’a été le cas pour Enex Jean-Charles. A entendre nos parlementaires, on a même l’impression que le choix du premier ministre en la personne du Dr Lafontant dérange. Est-ce que ce qui s’est passé avec Dr Fritz JEAN va se répéter ? Attendons voir.

Certes  M. Moïse a réuni les élus du PHTK sur la question. Mais les réponses des élus aux journalistes ne sont pas claires et sont assez évasives. Et M. Moïse lui-même semble s’occuper d’autres choses plus urgentes comme la situation à l’hôpital général, la résolution du problème de passeports à la direction de l’immigration. En tout cas, des  négociations en sous mains semblent en cours avec le parlement pour la constitution du Gouvernement. Ce qui s’est passé sous le gouvernement de Privert risque de se répéter sous l’administration Moïse : Le Parlement devient partie prenante de l’Exécutif. Ce qui créerait  une confusion dans les rôles et responsabilités des institutions étatiques. Certes il est important que les alliés se concertent pour choisir le personnel gouvernemental, mais il est impératif qu’il n’y ait pas de confusion de rôles et responsabilités au niveau de ces deux institutions étatiques.

La collusion entre le Parlement et l’Exécutif
Depuis la prise du pouvoir par notre ami Privert, alors Président du Sénat, le Parlement veut continuer à mener la danse au sein de l’Exécutif. Dans le passé, il y a eu collusion entre le Parlement et l’Exécutif pour la gestion de la chose publique, sous l’administration Aristide, sous l’administration Préval et même sous l’administration Martelly, qui n’avait que trois (3) élus au Parlement. Mais sous l’administration Privert, cette pratique de partage direct du pouvoir exécutif est devenue la norme. En dépit de tout, les parlementaires n’ont pas fait de cadeau à Privert. Celui-ci, qui était un des leurs, a su jongler pour arriver à accomplir sa mission. M. Moïse, qui est novice en politique, aura-t-il cette capacité d’évoluer en eau trouble et de pouvoir accomplir sa mission et délivrer la marchandise ? On le dit super intelligent, lui qui a su se défaire de la tutelle de Martelly pour émerger en tant que leader durant la longue campagne électorale et construire un discours propre qui a séduit une bonne partie de l’électorat, ce que ses compétiteurs immédiats n’ont pas su faire, sauf Jean-Charles Moïse. Il serait, selon certaines personnes qui l’ont côtoyé, un Soulouque démocrate.  Il serait en mesure de gérer les divers secteurs et forces qui ont favorisé son élection à la présidence, de les neutraliser même, parmi lesquels les parlementaires. Tout ceci reste à prouver. L’avenir dira le reste.

En attendant, le Président Jovenel Moïse doit faire plus que d’organiser le carnaval national aux Cayes et désigner son Premier Ministre en la personne du Dr Jack Guy LAFONTANT. Il doit s’assurer de la ratification de sa déclaration de politique générale (DPG) et de son gouvernement d’autant que le PHTK et alliés sont majoritaires au Parlement. En tant que leader élu sous la bannière de PHTK, le Président ne peut se permettre un échec à ce niveau sous peine de jeter des doutes sur sa capacité à gérer le pays. Haïti, en proie à des doutes depuis le tremblement de terre et le passage de Matthew, attend donc Jovenel au tournant. 



[1] Lilianne Pierre Paul et Jean Monard Metellus
[2] Il s’est permis un « dégui »  le mercredi des cendres
[3] Sweet Micky ou Michel Martelly est l'expression même de la grande déchirure haïtienne!

mardi 7 février 2017

DOCUMENT D’ORIENTATION POUR LA REFONDATION DE L’ETAT D’HAÏTI SELON UNE VISION HAÏTIENNE

DOCUMENT D’ORIENTATION POUR LA REFONDATION DE L’ETAT D’HAÏTI SELON UNE VISION HAÏTIENNE

FONHDILAC 
Avril 2011 
Actualisé par JR JEAN-NOEL
7 Février 2017

Remerciement.
La Fondation Haïtienne pour le Développement Intégrale Latino-Américain et Caribéen (FONHDILAC) tient à remercier celles et ceux qui ont rendu ce document possible. Ce document est le second de la série ; il a été revu, corrigé, augmenté, donc actualisé en Février 2017,  et se veut être un humble hommage à la mémoire des trop nombreuses victimes du séisme du 12 janvier 2010 et des ouragans, dont Matthew de catégorie 4 (3-4 Octobre 2016), qui ont ravagé Haïti. La fondation tient à manifester également sa gratitude au Forum Agricole Goâvien (FAG) qui a facilité une validation certaine des communautés rurales et périurbaines de cet exercice en Mai 2011. Ce document est repris en ce début d’année de grâce 2017 pour dire  à tous et à toutes qu’il y a encore de l’espoir pour notre pays.


I. CONTEXTE

La République d’Haïti occupe le tiers occidental de l’île d’Haïti (Quisqueya) dans la Mer des Caraïbes sur une superficie totale de 27 750 km2. La population haïtienne était estimée à 10, 911,819 habitants en 2015 alors que le pays ne comptait que 3 millions de personnes en 1950 (IHSI). Cette forte croissance démographique se traduit en une forte densité d´environ 393 habitants par km2. Malgré une tendance à l’urbanisation progressive (52%), la population en milieu rural représente environ 48% de la population totale.

Le pays est administrativement divisé en dix (10) départements. Parmi ces 10 départements, celui de l’Ouest à lui seul absorbe 37% de la population totale avec une très forte concentration dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince (25% de la population).

Située sur la route des cyclones, Haïti est régulièrement victime des ouragans. En 2004, elle a fait les frais de deux inondations majeures suite à des phénomènes climatiques exceptionnels à Mapou/Fond Verrettes en mai et aux Gonaïves en septembre qui ont fait plus de 4,000 morts. En 2008, elle a été dévastée par quatre tempêtes tropicales (Fay, Gustave, Hanna, Ike) ayant frappé neuf (9) des dix (10) départements du pays. Ces ouragans dévastateurs avaient fait, d’après les organisations humanitaires, plus de 800 morts, 800,000 sinistrés, et causé des pertes matérielles estimées à environ 1 milliard de dollars américains (15% du PIB). En dépit de cette situation, des efforts du Gouvernement et ceux de la communauté internationale  avaient permis, contre toute attente, à des résultats surprenants en 2009 (taux de croissance du PIB de 2.9%), le seul PMA de la région Amérique Latine et Caraïbe (ALC) venait de surprendre tout le monde dans une année de récession mondiale.

Malheureusement, Haïti a subi, le 12 janvier 2010, un violent séisme de magnitude 7.3, dont l’épicentre se trouvait à 10 Kms de profondeur aux environs de la ville de Léogâne. Ce séisme a provoqué des dégâts dans plusieurs villes haïtiennes dont la Capitale, Port-au-Prince, et l’effondrement de la quasi-totalité des symboles physiques de l’État (120% du PIB de 2009 selon le PDNA 2010). Il a été enregistré, selon les autorités compétentes, 316,000 morts, 3,5 millions d’individus en situation d’urgence médicale, 4,000 amputés, 1,3 million de sans abri. Dans le cadre du plan national pour la relèvement et le développement national d’Haïti (PARDNH), il est prévu 34.5 milliards d’USD pour la reconstruction du Pays durant 22 ans. Ce plan présenté à New York, le 31 Mars 2010, a reçu 9.9 milliards d’USD de promesse de la Communauté Internationale (CI). La continuité des travaux prévus dans le cadre du document stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP2008-2011) et les premières actions humanitaires et de relèvement dans le cadre du PARDNH, n’ont certes pas permis de maintenir le taux de croissance du PIB de 2009, mais ont évité un taux de croissance négatif à deux chiffres (taux de croissance 2010 : -5.1% ). Des 9.9 milliards d’USD, 37.2% ont été engagés jusqu’en mars 2011, selon Bill Clinton, dans la cadre de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH). Avec ce taux de croissance négatif, la situation de la population haïtienne (taux de croissance de population 2.5% 1982-2003 selon IHSI) s’est donc aggravée : augmentation de la pauvreté, insécurité alimentaire, « 55% de la population vit dans des conditions infrahumaines liées à la faiblesse institutionnelle nationale et locale et aux inégalités spatiales dans l’offre des équipements collectifs » (Guichard Doré in Le Matin du 15 au 21 avril 2011).

De plus, en 2010, Haïti a dû faire face à d’autres problèmes découlant du choléra (plus de 10,000 morts (?) depuis novembre 2010), du cyclone Tomas, des résultats des élections du 28 novembre 2010 (100 M d’USD de dommages et pertes) et du 20 mars 2011 (perturbations au niveau de certaines villes et sur les routes nationales). 

Malgré tout, lors des journées de la finance (4-8 Avril 2011) organisées par le Group Croissance et la Banque de la République d’Haïti (BRH), le Ministre de l’économie et des finances, Ronald Baudin, affirmait que, en dépit des perturbations politiques enregistrées au cours du premier semestre de l’exercice fiscal 2010-2011, le taux de croissance du PIB de 8.9% prévu serait autour de 8% à la fin de l’exercice, à moins que l’on enregistre des catastrophes graves avant septembre 2011. Contrairement aux prévisions du ministre Baudin, il a été enregistré en réalité un taux de croissance de 5.1% du PIB. 

D’un autre côté, le mercredi 4 avril 2011, à la cérémonie d’ouverture de cet événement, le Gouverneur de la BRH, Charles Castel, tablait sur des hypothèses de taux de croissance de 7% du PIB durant les 10 prochaines années pour passer de 700 USD du PIB per capita à 1400 USD du PIB per capita. L’économiste, Charles Clermont, pensait qu’avec une politique axée sur le développement des PME, Haïti pourrait doubler son PIB per capita tous les cinq (5) ans avec une hypothèse de taux de croissance annuel de 15% du PIB. Quant au banker, Carl Braun, du Groupe UNIBANK, il pensait que  Haïti pourrait doubler son PIB per capita tous les six(6) ans,  avec une hypothèse de taux de croissance annuel de 12% du PIB. 

Lors de la réunion mensuelle du deuxième dimanche du mois de la FONHDILAC, le 9 avril 2011, les cadres de l’institution, comme ils ont fait après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, ont pris la résolution de mettre en place un comité de rédaction pour l’élaboration d’un document d’orientation qui pourrait contribuer à orienter le pays durant les 25 prochaines années, y inclus le quinquennat du nouveau président SEM Michel Joseph Martelly.

Malheureusement, à cause de la crise politique qui s’est maintenue durant tout le règne de Martelly, Haïti a certes connu des taux de croissance positifs mais très, très loin des prévisions (5.1% en 2011, 2.9% en 2012, 4.2% en 2013, 2.8% en 2014, 1.2% en 2015, 1.4% en 2016). Cette entropie politique  a forcé Martelly à négocier son départ en février 2016 et son remplacement par le président du Sénat, Jocelerme Privert, faute d’aboutissement du processus électoral démarré en Aout 2015. Le processus a pu être mené à bien par l’administration Privert, s’est soldé, au niveau présidentiel, par l’élection de Jovenel Moïse , au niveau du Parlement, par une écrasante majorité du PHTK et alliés, le parti de M. Martelly, et s’est pratiquement achevé, le 29 Janvier 2017, par le 2e tour des sénatoriales partielles et les collectivités territoriales (CASEC, Délégué de ville, en attendant les élections indirectes : Assemblée des sections communes (ASEC), Assemblée Communale (AC), Assemblée Départementale (AD), Conseil interdépartemental (CID).

Il faut noter que durant tout le règne de Martelly et de Privert, Haïti n’a cessé de faire face à des catastrophes naturelles : Isaac et Sandy en 2012, Erika en 2015, et surtout Matthew en 2016 de catégorie 4 qui a causé des dommages et pertes estimés à plus de 30% du PIB (2.8 Mrds USD), selon le ministre de la planification et de la coopération externe, Me Aviol Fleurant (Réf. Interview du 1er Janvier 2017 avec Kesner Pharel, Radio Métropole).

Ce qui se traduit par un changement d’administration, le 7 Février 2017, l’administration Moïse qui prend la place de celle de Privert. L’administration Moïse semble opter pour une continuation des actions de Martelly, des corrections par rapport à des actions jugées imparfaites et des innovations.

Ainsi, ce changement d’administration et de vision politique a poussé les cadres de la FONHDILAC à réfléchir, suite à leur Plaidoyer pour la refondation de l’Etat d’Haïti selon une vision Haïtienne, sorti en février 2010, sur une version actualisée du document intitulé : Document d’orientation pour la Refondation de l’Etat D’Haïti selon une vision haïtienne, sorti en Avril 2011. Ce document, qui se veut une suite logique du premier, s’articule autour d’une vision, des objectifs, d’un cadre philosophique, des principes directeurs, des résultats attendus, des grandes lignes d’orientation, des actions, d’une stratégie globale de mise en œuvre, du chiffrage des actions, d’un chronogramme des actions, des risques et de leur gestion.

C’est un document basé sur des hypothèses optimistes (8-12% de croissance économique annuelle et 1% de croissance annuelle de la population) en dépit du fait que Haïti, pays de surprises négatives mais aussi capable d’exploits les plus extraordinaires et de résultats les plus surprenants dans des contextes mondiaux hostiles, puisse faire mentir les plus pessimistes et entrainer ses fils et filles vers des résultats axés sur une vision d’ensemble assez claire et des objectifs précis basés sur des hypothèses de travail certes optimistes, mais réalistes dans un contexte haïtien de réconciliation nationale, d’envie de vivre ensemble et disposant de ressources en sous-sol (Iridium, or, pétrole, mercure, etc.,) estimées à 100 Trillions de dollars américains, en vue de refaire de notre pays, la perle des Antilles, l’exception culturelle de la Caraïbe, et être un pays émergent à l’horizon 2040

II. LA VISION ET LES OBJECTIFS

Selon le ministère de la planification et de la coopération externe (MPCE) (réf. http://www.mpce.gouv.ht/fr/vision-long-terme-du-developpement-dhaiti)  , qui a repris en l’amplifiant la vision exprimée dans le PDNA de 2010, « La Vision à long terme du développement d’Haïti est la refondation de la nation haïtienne transformant la catastrophe du 12 janvier 2010 en une opportunité pour qu’Haïti devienne un pays émergent d’ici 2030. Cette refondation doit se matérialiser en :
·  une société équitable, juste, solidaire et conviviale, vivant en harmonie avec son environnement, sa culture, une société moderne où l’état de droit, la liberté d’association et d’expression et l’aménagement du territoire sont établis ; 
·  une société dotée d’une économie moderne, diversifiée, forte, dynamique, compétitive, ouverte, inclusive, et à large base territoriale ; 
·   une société où l’ensemble des besoins de base de la population sont satisfaits en termes quantitatifs et qualitatifs ;
·    une société apprenante dans laquelle l’accès universel à l’éducation de base, la maitrise des qualifications dérivant d’un système de formation professionnelle pertinent, et la capacité d’innovation scientifique et technique nourrie par un système universitaire moderne et efficace, façonnent le nouveau type de citoyen dont le pays a besoin pour sa refondation ; et
·       le tout supporté par l’encadrement d’un État unitaire, fort, responsable, garant de l’application des lois et de l’intérêt des citoyens, ainsi que fortement déconcentré et décentralisé ».

En effet, la vision de cette Haïti de demain n’est pas différente de celle exprimée dans le document stratégique national pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP 2008-2011). Cette vision a été énoncée dans le discours de lancement du PDNA 2010, le 18 février 2010, à Karibe Convention Center, Pétion ville : « Nous partageons un rêve : celui de voir Haïti comme un pays émergent d’ici 2030, société de la simplicité, équitable, juste et solidaire, vivant en harmonie avec son environnement, sa culture et une modernité maîtrisée où l’Etat de droit, la liberté d’association et d’expression et l’aménagement du territoire sont établis, dotée d’une économie moderne, forte, dynamique, compétitive, ouverte et à large base territoriale, où l’ensemble des besoins de base de la population sont satisfaits et gérés par un Etat unitaire, fort, garant de l’intérêt général, fortement déconcentré et décentralisé ».

Cette vision gouvernementale n’est pas non plus trop différente de celle déjà exprimée par la société civile tant en Haïti que dans la diaspora. En tout cas, elle résume bien le texte de plaidoyer de la FONHDILAC, et sied parfaitement à la vision exprimée par la FONHDILAC et à la philosophie dégagée dans le cadre de l’approche hexagonale.

Objectif Principal

L'objectif principal du Document d’orientation pour la refondation de l’Etat d’Haïti selon une vision haïtienne est de formuler des propositions concrètes aux instances concernées par la refondation de l’Etat d'Haïti, en se basant sur des réflexions menées de manière participative tant au niveau de la FONHDILAC qu’au niveau d’autres entités de l’Etat, de la société civile et de la communauté internationale collaborant avec Haïti, et en profitant au maximum des expertises et sensibilités disponibles tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays.

Objectifs spécifiques

1. Promouvoir les actions visant la refondation de l’Haïti de demain, plus équitable, fondée sur le droit, le partage, la solidarité, l'éducation, le respect de l'environnement et le culte du bien commun;

2. Promouvoir la mise en place d’un système tendant vers un citoyen responsabilisé dans « une société économiquement riche, socialement équitable et politiquement responsable ».

3. Promouvoir le développement d'Haïti par une planification stratégique basée sur l’humain, le social, l’environnemental, sur l’infrastructurel, et sur une bonne gouvernance économique, financière et politique, et tenant compte de l’utilisation efficace des ressources humaines disponibles tant à l'intérieur qu'à l'extérieur ainsi que des ressources naturelles à l’intérieur d'Haïti;

4. Mettre en place des mécanismes permettant une solidarité internationale plus efficiente à l'égard d'Haïti dans le cadre de la réforme de l’Etat visant une meilleure distribution de la justice, une meilleure distribution de la richesse du pays, la déconcentration administrative, la décentralisation et l’aménagement du territoire selon 4 régions (Nord, Centre, Ouest et Sud), 10 départements, 42 arrondissements, 140 communes et 570 sections communales, avec accent sur 4 grands pôles régionaux de croissance et de développement et de 32 micros Pôles au niveau des arrondissements.

III. LE CADRE PHILOSOPHIQUE ET LES PRINCIPES DIRECTEURS

Approches philosophiques

Le cadre philosophique de ce document d’orientation s’articule autour des approches participatives, territoriales et se base surtout sur l’approche hexagonale développée par la FONHDILAC. « L’approche hexagonale est étroitement liée aux approches Bassin Versant, territoriale, Cluster, à l’approche participative et ses diverses dérivées : le partenariat, la synergie, la responsabilisation individuelle et collective, la mise en réseau aux niveaux local, national, régional et mondial. Elle peut constituer le cadre de diagnostic, d’analyse et d’application de tout le processus de développement durable à ces divers niveaux » D’où les principes directeurs retenus.

Principes Directeurs

Dans le cadre de ce document, nous avons adopté les six principes du groupe GRAHN :

« 1. Justice sociale et participation citoyenne : reconstruire une citoyenneté partagée qui permet à chaque Haïtienne/Haïtien de jouir pleinement de ses droits, sans aucune forme de discrimination, tout en assumant pleinement ses devoirs envers la société;

2. Droit et accessibilité aux services de base : reconnaître le droit de tout citoyen à des services de base tels l'éducation, la santé, l'alimentation, l'eau potable, le logement, et entreprendre les actions nécessaires visant à terme l'accessibilité de ces services de base à tous les Haïtiennes/Haïtiens, sans exclusive;

3. Continuité des actions positives : identifier, valoriser et poursuivre les bonnes initiatives qui ont cours dans le pays, en évitant de faire table rase des expériences édifiantes pour repartir de zéro;

4. Arrimage avec le pays intérieur comme manifestation de la solidarité nationale : prendre en compte les aspirations et les préoccupations de la société civile haïtienne afin de contribuer à la réalisation de celles-ci et de les porter au-devant de la scène internationale;

5. Urgence compatible avec le long terme : régler les problèmes urgents d'aujourd'hui en ayant recours à des solutions intelligentes et responsables qui n'hypothèquent pas l'avenir du pays;

6. Développement durable : privilégier les choix de reconstruction et de développement qui préservent les générations futures ».

Auxquels, nous ajoutons les principes directeurs définis par la FONHDILAC en relation avec les axes fondamentaux de l’approche hexagonale :

Axe humain
Le principe fondamental est la satisfaction des droits humains fondamentaux en référence à la déclaration universelle des droits de l’homme, la constitution de 1987 et les 17objectifs de développement durable (ODD 2016-2030).

Axe socio-culturel
Au niveau de cet axe, nous avons deux principes fondamentaux
1. Participation-responsabilisation
2. Promotion et Protection de la culture nationale

Axe environnemental
Le principe fondamental est le développement durable, exploitation « conservatrice » des ressources naturelles.

Axe infrastructurel
Au niveau de cet axe, nous avons deux principes fondamentaux :
1. l’aménagement du territoire doit respecter le principe du développement durable
2. les investissements doivent être répartis de manière équilibrée sur l’ensemble du territoire (déconcentration économique).

Axe économique et financier
Le principe fondamental est l’accès équitable aux biens et services résultant des activités de production et de distribution.

Axe politique
Le principe fondamental est une répartition équitable, socialement (principe démocratique) et géographiquement (décentralisation, déconcentration administrative), de la participation de la population aux décisions et de leur mise en œuvre.

En référence au cadre philosophique et aux principes directeurs retenus et développés, on peut s’attendre à des résultats tels que détaillés au point 4.

IV. LES RESULTATS ATTENDUS

Les résultats attendus le sont eu égard à l’approche hexagonale. L’approche hexagonale vise, tout en s’appuyant sur la démarche participative, à développer un cadre harmonieux pour l’évolution de l’humain dans un cadre social équitable, dans un cadre naturel régénéré et bien équipé par des infrastructures adaptées, dans un cadre économique et financier incitatif et dans un cadre politique responsable et démocratique (bonne gouvernance). D’où l’accent mis sur les six capitaux : le capital humain, le capital social, le capital environnemental, le capital infrastructurel, le capital financier et économique et le capital politique (gouvernance). Ce qui peut se schématiser de manière logique avec l’humain à l’intérieur du social, les deux à l’intérieur de l’environnemental, et l’aménagement de l’environnemental de manière telle à ce que l’ensemble soit en harmonie, le système financier et économique pour réaliser cet ensemble et le perpétuer dans le cadre d’une gouvernance économique régulatrice et incitatrice, et le système politique pour la gestion globale et le maintien de l’équilibre harmonieux du système global.

En clair, le résultat final se traduira par la mise en place d’un nouveau système favorisant une Haïti émergente et moderne à l’horizon 2040 axée sur :

(i) Le capital humain comme tenant et aboutissant du processus de développement local et national avec un taux de croissance de population autour  de 1% ; Ce qui se traduira par une masse critique de gens éduqués (90% de la population) tant au niveau primaire (100%), secondaire (100%), universitaire (70%) et professionnel (100%), en bonne santé disposant de services de santé, d’eau potable, d’électricité, de communication, d’emploi (90%) à leur portée et leur permettant de satisfaire leurs besoins primaires (se nourrir, se loger, s’éduquer, se divertir) ;

(ii) Le capital social et Culturel comme élément fondamental du système social et de socialisation (60% de la population regroupés dans des associations) ; en promouvant sa force culturelle, l’haïtien se regroupe en société selon sa religion, son métier, ses intérêts, ses champs de compétences, de loisirs ;

(iii) Le capital environnemental ou naturel comme cadre naturel, environnemental et géographique d’évolution de l’humain et des groupes sociaux ; l’haïtien procède à la régénération de son environnement naturel (25% de forêt primaire ajouté au 29% de couverture végétale actuelle mise à mal par l’ouragan Matthew ) qu’il perpétue avec amour à l’intérieur de ses organisations sociale, culturelle, écologique, économique et politique, en réseaux entre elles et avec des organisations de mêmes types au niveau de la caraïbe, de l’Amérique Latine et du monde ;

(iv) Le capital physique et infrastructurel comme cadre de confort de l’humain et de l’humain regroupé en société ; avec l’aide de la communauté internationale, l’Etat d’Haïti, à travers ses gouvernements, procède, à partir d’un excellent plan d’aménagement du territoire, à la réhabilitation, la construction des équipements (logements (70%), bâtiments administratifs (100%), scolaires (100%), universitaires (4 grandes universités dans 4 régions), sanitaires (70%), industriels (50%), commerciales (50%) et touristiques (40%), réseaux d’irrigation (100%), de routes (100%), d’eau potable (100%), d’électricité (90%), de télécommunications (70%), etc.

(v) Le capital financier et économique ( taux de croissance du PIB 8-12% par an, PIB 2040 : 3.5-4500 USD/Hab., à partir de la bonne gouvernance et avec l’appui de la communauté internationale dans un premier temps, et du secteur privé tant haïtien qu’étranger et à partir de fonds propres issus de l’exploitations des nombreuses ressources du pays, comme cadre de financement de l’ensemble et cadre d’évolution des activités économiques et financières susceptibles de contribuer à l’autonomisation de l’humain et des catégories sociales évoluant dans le système et le perpétuer, et

(vi) Le capital politique (Gouvernance) comme cadre fondamental de planification, de conception, de coordination, d’incitation, d’orientation et de régulation grâce à la bonne gouvernance, s’oriente vers une Haïti compétitive exploitant à fonds ses richesses naturelles et minières en les répartissant de manière la plus équitable possible grâce à une politique de décentralisation et de déconcentration administrative basée sur les potentialités des différentes régions du pays (Macros Pôles) et d’une trentaine de  micros pôles de croissance et de développement au niveau des arrondissements.

V. LES GRANDES ORIENTATIONS

Les grandes orientations stratégiques de ce document d’orientation s’articulent autour des grandes lignes suivantes :

(i) Une politique de population et de développement des ressources humaines axée sur le respect des règles de la vie associative, de la gestion financière et économique, et de la vie politique, sur le respect de l’environnement et des infrastructures mises en place avec et pour la population, et se basant sur un taux de croissance avoisinant 1% au lieu de 2.5 % actuellement, sur une politique sanitaire visant la couverture sanitaire de tout le pays depuis la section communale la plus reculée jusqu’au niveau de la ville , sur une politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle visant la satisfaction des besoins de la population en la matière jusqu’au niveau de souveraineté alimentaire le plus élevé possible et tenant compte des aspects sanitaires, éducatifs, environnementaux, agricoles, culturaux, économiques et financiers ;

(ii) Une politique de mise en place d’un système social et culturel plus équitable basé sur l’éducation visant la compétitivité, en passant par la scolarisation universelle, le nouveau secondaire, l’université, tenant compte de la culture haïtienne avec des ouvertures sur l’extérieur, en particulier la Caraïbe, l’Amérique Latine, l’Afrique, l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie et le monde, et promouvant une vie associative riche et bien régulée par une gouvernance sérieuse et incitative, des structures de gestion de l’environnement, des infrastructures, des structures de participation à la vie économique et à la vie politique avec des investissements importants dans le système social ;

(iii) Une politique de protection de l’environnement et des ressources naturelles axée sur l’éducation au respect de l’environnement, sur la gestion des risques et désastres, sur la participation de la population et de ses organisations à la gestion de l’environnement, sur sa réhabilitation totale, sur la promotion de l’écotourisme, du tourisme culturel, sur la mise en place des structures de gestion de l’environnement tant au niveau étatique, que des collectivités territoriales et de la société civile, et sur des investissements importants au niveau de l’environnement ;

(iv) Une politique d’aménagement du territoire agressive axée sur l’éducation au respect des infrastructures, sur la participation des structures sociales, de la société civile, des collectivités territoriales et étatiques dans la gestion des infrastructures, avec un zoning strict des aménagements (logements, routes, irrigation, eau potable, écoles, hôpitaux, etc.) respectueux des normes environnementales, tenant compte de la nature montagneuse de la République d’Haïti et de la situation de la vulnérabilité de l’environnement haïtien et de ses nombreux risques et des investissements importants y relatifs ;

(v) Une politique économique et financière visant un système financier et économique non inflationniste (taux d’inflation < 10%), protectionniste au même niveau que la Caraïbe sur certains aspects et libérale sur d’autres aspects, basée sur des grands choix économiques et financiers, sur l’harmonisation des politiques fiscales (taux de taxation autour de 15%) et monétaires (taux de change autour de 50 HTG pour 1 USD) et des taux de crédit incitatifs et favorables au développement des petites et moyennes entreprises (PME) et une couverture d’assurance à toutes épreuves couvrant tous les risques auxquels fait face le Pays Haïtien. Tout ceci est soutenu par une éducation économique et financière à la base, une incitation à la vie économique, à la priorisation de la protection de l’environnement, à la répartition équitable des infrastructures sur tout le territoire national ;

(vi) Une gouvernance politique visant le bien être de la population haïtienne et axée sur l’éducation politique de la population, sur sa participation à la vie politique, à la gestion de l’environnement, à la gestion des infrastructures, à la gestion des ressources financières, sur la déconcentration administrative, sur la décentralisation à partir des 4 régions, des 10 départements et des 42 arrondissements, sur une justice équitable , sur la réforme de l’Etat, sur la répartition des richesses eu égard aux potentialités de chaque région et des pôles de développement susceptible de garantir une croissance soutenue du PIB autour de 8-12% sur une période de 25 ans.

VI. LES ACTIONS

De ces grandes orientations découlent les actions suivantes articulées autour des ressources humaines comme tenants et aboutissants du processus de développement durable. Partant de la gouvernance politique qui englobe l’éducation politique, la participation à la vie politique, à la gestion de l’environnement, des infrastructures, des ressources financières, les politiques d’Etat axées autour des six axes et exprimées en termes d’éducation, de gestion, de respects des normes et des règles du jeu établies et en termes d’investissements publics et privés, ne visent qu’au renforcement du cadre de vie de l’Haïtien et de ses associations. Toutes les actions exprimées et articulées autour des six axes sont autant de politiques publiques à renforcer et à mettre en œuvre pour aboutir à l’Haïti de demain rêvée par tous les haïtiens.

VII. LA STRATEGIE DE MISE EN OEUVTRE

La stratégie de mise en œuvre du nouvel Etat d’Haïti selon une vision haïtienne, tout en s’inspirant de certaines propositions de réformes de l’Etat glanées ça et là et de certaines pratiques en cours au niveau de l’actuel Etat d’Haïti pour faciliter la transition et la continuité, se base sur deux points importants à notre avis : A) la réorganisation de l’Etat d’Haïti, et B) la gestion des grandes catégories d’actions.

A. La réorganisation de l’Etat d’Haïti

Pour la mise en œuvre de l’ensemble des actions ou politiques publiques décrites plus haut, il faudrait procéder par une réorganisation profonde de l’appareil étatique et gouvernemental. La constitution de 1987 modifiée, le plan stratégique de sauvetage National (PSSN), les travaux de réformes de la commission Nationale de réforme administrative (CNRA), les travaux du Groupe de Réflexion et d’Action pour une Haïti Nouvelle (GRAHN), les Travaux des diverses commissions présidentielles, les travaux de la société Civile et du secteur privé Haïtien pourront contribuer à la mise en œuvre de ce document d’orientation.

Le regroupement des ministères selon leurs missions et attributions

L’ensemble des services de l’Etat seront regroupés en onze (11) grands ministères : (i)Le Ministère de l’intérieur, de la défense nationale et des collectivités territoriales,(ii) le Ministère des affaires étrangères, de la coopération externe et des Haïtiens vivant à l’Etranger,(iii) le Ministère de la planification, de l’Aménagement du Territoire, de la fonction publique, (iv) le Ministère de l’économie, des finances, du commerce et de l’industrie, (v) le Ministère des travaux publics, transports et Communications, (vi) le Ministère de l’éducation Nationale, de la jeunesse, des sports et des Services civiques,(vii) le Ministère de la Santé publique, de la population et de la condition Féminine, (viii)) le Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles, de l’environnement et de la pêche, (ix) le Ministère de la culture, de l’Information et du Tourisme,(x) le Ministère des affaires sociales, humanitaires, des cultes et de l’emploi. (xi) Le Ministère de la justice et de la Sécurité publique.

Les secrétaireries d’Etat

Chaque Ministère sera subdivisé en secrétaireries d’Etat. Les ministères actuels regroupés sous le label d’un un autre ministère seront dirigés automatiquement par un Secrétaire d’Etat. Chacun des services de l’État se retrouve déconcentré au niveau des 10 départements et des 42 arrondissements avec tout le personnel et l’équipement nécessaire pour faire fonctionner le service au niveau local et satisfaire les besoins de la population concernée en la matière.

Ce mode d’organisation de l’Etat permettrait un fonctionnement optimum jusqu’à l’adaptation finale qui correspondrait à la vision de changement du nouveau pouvoir. Le changement ne devrait pas être seulement un changement de certaines personnes, mais aussi et surtout un changement de mentalité et de structure organisationnelle de l’Etat avec obligation de résultats périodiques et finaux.

L’organisation des Collectivités Territoriales en 4 régions et 42 arrondissements

Les collectivités territoriales seront regroupées dans 4 régions ou 4 macros pôles : Nord, Centre, Ouest et Sud et administrées au niveau de 42 arrondissements regroupant communes et sections communales avec 32 micros pôles de développement bien équipés , dotés de tous les services de base (hôpitaux, écoles, centres de formation professionnelle, industries, centres de loisir, etc.), et entourés de villes satellitaires tampons bien dotées elles aussi, mais à un degré moindre que les micros pôles, ainsi de suite jusqu'au niveau des sections communales. Les 4 régions seront dotées de 4 campus universitaires garantissant l'avantage compétitif de notre pays dans des domaines bien spécifiques.

B. La mise en œuvre des grandes catégories d’actions de l’Etat

Pour y parvenir, la nouvelle administration, issue des élections, tout en contrôlant, de manière stricte, la question d’insécurité, devrait s’atteler à quatre (4) grandes catégories d’actions. Il en sera de même pour toute nouvelle administration durant les 25 prochaines années avec les mêmes catégories d’actions, mais un peu différentes du point de vue thématique d’un quinquennat à l’autre. Peut-être que l’on n’aura plus besoin d’une grande concertation nationale (réf.7.B.3) après la première qu’aura organisée cette nouvelle administration issue des élections de Novembre 2016 et de Janvier 2017. De toute manière, attardons-nous sur les 4 catégories d’actions.

1. La gestion des actions d’urgences

Les actions d’urgences se regroupent en actions liées au choléra, aux dommages causés par le tremblement de terre et l’ouragan Matthew, le déplacement des sans-abris dans des endroits décents, l’élaboration d’un plan de réponse à la situation actuelle, avec accent particulier sur les urgences à prendre en compte dans un budget rectificatif; la préparation de la saison cyclonique 2017 (et autres saisons cycloniques à venir) avec plans de contingence, la poursuite des travaux de protection des villes contre les inondations périodiques, l’assainissement des villes, des villages, la réparation des rues, des routes de pénétration, des pistes rurales, le curage des drains et des canaux, etc. ; la préparation des campagnes agricoles de printemps, d’été et d’hiver en s’appuyant sur le plan préparé par le ministère de l’agriculture, le cluster agriculture pourrait grandement aider, le traitement des ravines, des rivières, des versants, la mise en place des structures biologiques et mécaniques, etc. ; la création d’emplois temporaires dans les domaines d’assainissement , d’adoquinage de rues, d’irrigation, de conservation de sols et de l’eau, d’enlèvement des débris, de construction de logements sociaux, etc. Il faudrait que les travaux d’urgences aient des liens de continuité avec les actions durables.

2. La gestion des actions durables et structurantes

Certaines actions sont en cours d’exécution au niveau des grands chantiers routiers, d’irrigation, d’eau potable, d’électricité, de constructions d’écoles, de centres administratifs, de santé, d’universités, de centres de stockage. Le Gouvernement a intérêt à poursuivre ces actions, à mettre en œuvre les études, à faire d’autres études, à réaliser d’autres projets. Le plan national d’éducation, le plan national d’investissement agricole, le plan national de sécurité alimentaire, le plan directeur de vulgarisation, les travaux des diverses commissions, les divers projets en cours, les réformes entamées au niveau de l’Etat, au niveau du système bancaire, au niveau du système d’assurance, les projets de lois, les décrets, la réforme constitutionnelle, tous ces travaux, toutes ces actions devront se faire dans un souci de continuité de l’Etat. Il y a nécessité de mettre en place une agence de développement d’Haïti (ADH).

3. La grande concertation nationale

Haïti dispose d’un ensemble de plans dont le PARDNH, le PSDH, le PSSN, le GRAHN, les plans de la société civile, du secteur privé, la grande concertation devrait en faire un plan consensuel sur 25 ans, s'attaquer à l'inégalité sociale, la justice, la déconcentration administrative, la décentralisation à partir des arrondissements, l'aménagement du territoire, l'axe capitale tel que proposé par la FONHDILAC, la mise en place de cette agence de développement d’Haïti, avec droit de regard et d'appui de la communauté internationale, les nouveaux amendements de la constitution, la réforme de l’Etat, sa réorganisation pour lui permettre d’être plus performant, le modèle de décentralisation pour Haïti par rapport aux arrondissements, les 32 micros pôles de croissance et développement à mettre en place dans le cadre de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, leur découpage, celui des quatre régions (macros pôles), les villes Tampons par rapport aux pôles de développement, la validation d’un ensemble de dossiers sur lesquels Haïti n’a pas encore de consensus, les états généraux sectoriels de la nation, etc.

Cette concertation nationale qui viserait le regain de confiance entre les haïtiens, la réconciliation nationale, devrait être inclusive, semi souveraine, car elle ne doit pas remettre en question les résultats des élections qui ont mis en place la nouvelle administration ni toute la constitution de 1987, car cette constitution est aussi une conquête démocratique et traduit une certaine vision de l’Haïti de demain par rapport à cet Etat prédateur mis en place après 1806. Les résultats de cette grande concertation nationale seront dans la mesure du possible d’application immédiate, sauf le plan consensuel qui devra prendre en compte le plan quinquennal de la nouvelle administration.

Ce plan stratégique sera suivi d’un ensemble de plans opérationnels qui seront exécutés par les ministères regroupant un certain nombre de secrétaireries d'Etat et/ou organismes autonomes sous tutelle de ces ministres avec des structures déconcentrées et décentralisées couvrant tout le pays.

4. L’Organisation des élections indirectes

La Nouvelle administration aura à organiser des élections indirectes au cours de cette année en vue de  mettre en place des institutions prévues pour la mise en place des Collectivités Territoriales (CT), les diverses assemblées au niveau section communale, au niveau communal, au niveau départemental et interdépartemental. L’amendement constitutionnel prévoit comment mettre en place le CEP permanent, une fois fait, il faudrait rapidement procéder à la mise en place de ce nouveau CEP et le Conseil Constitutionnel prévus par les amendements. La nouvelle administration pourrait, par la suite, procéder à l’organisation des élections sénatoriales, municipales et indirectes telles que prévues par les amendements constitutionnels.

Il faut noter et souligner que le Nouveau Pouvoir aura à organiser durant sa dernière année de Mandat de 5 ans, les élections générales telles que prévues par les amendements qui pourraient être confirmés et même renforcés par la grande concertation semi souveraine avec des résolutions d’application quasi immédiate.

Quant aux autres quinquennats qui viendront après, les élections générales se feront durant la dernière année de la présidence selon le « calendrier harmonisé » prévu par les amendements actuels et peut-être par d’autres issus de la Grande Concertation du Premier quinquennat.

VIII. LE CHIFFRAGE, LE FINANCEMENT

Dans notre exercice de chiffrage, nous nous inspirons des réflexions et estimations faites par des professionnels aussi bien haïtiens qu’étrangers. La proposition d’érection d’une ville universitaire de 50,000 habitants près de Ganthier se chiffre à 6 milliards de dollars américains. Le document d’orientation sur Gonaïves reste dans ces ordres de grandeur. Le DSNCRP a prévu pour sa part 4.3 milliards de dollars américains sur trois ans. Ainsi, compte tenu de tout ce qui précède, nos projections pour la construction de cette nouvelle Haïti ont été de 40 milliards de dollars américains sur une période de 10 années. Ce qui correspond à des investissements moyens de 4 milliards par an.

Maintenant que nous prévoyons la mise en œuvre du document d’orientation sur une période beaucoup plus longue de 25 ans au lieu de 10 ans, il faudra revoir à la hausse les chiffres. Le Plan Stratégique de Sauvetage National (PSSN) a prévu 100 milliards USD sur une période de 25 ans. Le Plan d’action pour le Relèvement et le développement National d’Haïti (PARDNH) a prévu 34.5 milliards d’USD sur 22 ans.

Naturellement, on aurait tendance à se baser sur le montant budgétaire annuel actuel autour de 2 Mrds USD. Toutefois, il serait plus réaliste de revoir les chiffres à la hausse et les situer au niveau du PSSN, soit 100 milliards, qui correspondent au montant prévu par la FONHDILAC par extension. D’autant que, selon les hypothèses de taux croissance annuel du PIB (8-12%) prévues par la FONHDILAC, il faudra des investissements annuels (APD, publics, privés et financement à partir de l’exploitation de nos ressources minières) de l’ordre de 4 milliards d’USD/an pour soutenir cette croissance sur une période de 25 ans pour faire d’Haïti, « un pays émergent et moderne » à l’horizon de 2040.

Haïti pourrait sur le moyen terme financer son développement si l’on se basait sur les informations fournies par l’Ing. Antoine Dimanche et le Dr Henry Vixamar dans le cadre des interviews sur Radio Métropole et d’autres sources. Haïti disposerait de 500 Trillions de m3 de gaz naturel suite au séisme du 12 Janvier 2010, selon l’Ing. Dimanche, elle disposerait de ressources minières de très bonne qualité dont l’iridium (1 tonne d’iridium coute 45 Mrds USD, selon Dr Vixamar). Une autre source a estimé à 100 Trillions USD les ressources minières d’Haïti. Il nous suffirait, si ces informations s’avéraient exactes, de bien planifier sur la durée l’exploitation de nos mines pour financer notre développement.

IX. LA DUREE

La mise en œuvre de la refondation de l’Etat d’Haïti se fera en trois phases : l’urgence sur 2 ans, le relèvement sur 3 ans et la reconstruction sur 20 ans subdivisés en périodes quinquennales. Dans la réalité, les trois phases ne sont jamais aussi séquentielles et rigides. En effet, à cause de la vulnérabilité du pays, durant au moins les dix premières années de la reconstruction, l’Etat aura à gérer les urgences annuelles liées aux intempéries, et même au-delà, il y aura toujours des urgences à gérer. C’est pourquoi, il faudra des phases parfaitement imbriquées, articulées et intégrées de façon à former un tout cohérent conduisant au développement durable de notre pays. Ce calendrier doit tenir compte des investissements prévus dans le plan stratégique développement d’Haïti (PSDH) qui a remplacé le plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti (PARDNH), des investissements des secteurs privés haïtiens et étrangers, de la diaspora haïtienne et de l’exploitation de nos ressources propres (humaines, naturelles et minières). Une période de 5 à 7 ans serait suffisante pour atteindre la vitesse de croisière, si nous arrivions à bien gérer les risques inhérents à une telle entreprise aussi ambitieuse de refonder un Etat, et pas n’importe lequel, le plus imprévisible de tous et aussi le plus surprenant.

X. LES RISQUES ET LA GESTION DES RISQUES EN GUISE DE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Avec l’Etat d’Haïti actuel, les risques en temps normal se retrouvent à chaque pas. Dans le cas qui nous concerne de promouvoir la mise en place d’un nouvel Etat, la refondation de l’Etat d’Haïti selon une vision haïtienne, il faudra les multiplier par 4 sinon plus. Aussi allons-nous sélectionner quelques-uns qui pourraient surgir à n’importe quelle phase du processus de refondation de l’Etat.

La gestion des risques et désastres
Haïti fait face à des risques cycloniques et sismiques, car elle est sur la route des cyclones qui pourraient atteindre la catégorie 5 avec le changement climatique, et basée sur un réseau de failles sismiques susceptibles de provoquer des tremblements de terre assez violents (7, 8 de magnitude) et d’éventuels tsunamis. Son degré de dégradation environnementale la rend encore plus vulnérable. Ces données doivent être prises en compte dans les politiques publiques. C’est pourquoi, chaque année, dans le budget de la République, les fonds pour la mise en œuvre d’un plan annuel de contingence doivent être inscrits pour gérer ces risques jusqu’à ce que le pays atteigne un niveau de développement qui tienne compte de ces données et qui permettent, une fois le niveau de vulnérabilité jugé assez réduit, de diminuer proportionnellement les coûts prévus pour manager ces risques et désastres. Donc, il faut éviter de refaire pareil.

Tentation de refaire pareil
Dans le cas d'Haïti dévastée, il ne peut s'agir seulement, ni d'abord, de reconstruction technique d'infrastructures et de structures. Il s'agit fondamentalement de reconstruction politique et sociale orientant la reconstruction économique et technique. Ce serait gaspiller l'aide internationale et toute la solidarité citoyenne partout mobilisée à tous les niveaux, si l'on se contentait de refaire une copie neuve sur papier vélin de la société d'avant le séisme et Matthew.

Dans cette perspective, il ne suffit point de déclarer dans des discours politiquement corrects qu'on reconnaît et respecte la souveraineté d'Haïti. Il faut le montrer dans la pratique et les formes d'aide. C'est d'autant plus nécessaire que l'État haïtien, fragilisé avant le séisme, s'est quasiment effondré après le séisme et l’ouragan Matthew. Ainsi blessé presque à mort, il est devenu une proie facile pour tous les États forts tentés de se conduire en redresseurs d'États fragiles. La nouvelle administration devra être très vigilante dans ses rapports avec ses partenaires de la communauté internationale.

Les rapports avec la communauté internationale
L'extrême fragilisation des gouvernements successifs depuis 2004 et de l'État pourrait faire croire à certains qu'Haïti n'a plus les moyens de s'autogouverner dans le court terme. D’où la CIRH et « cette assistance mortelle» décrite par Raoul Peck. Nous voulons avoir des relations équilibrées avec la communauté internationale telles que prévues par les principes de la déclaration de Paris. Le peuple haïtien n'a besoin d'aucun «consortium» de pays amis pour gérer la crise à sa place, ce qui mettrait entre parenthèses la souveraineté d'Haïti. Même si l’expertise technique ainsi que l’appui financier de ces pays demeurent incontournables, tout au moins dans un premier temps. Donc, ni protectorat déclaré, ni tutelle déguisée! La refondation de l’Etat d’Haïti exige des rapports harmonieux, mais aussi équilibrés entre partenaires.

La lenteur de l’Etat à décider
Pour avoir une chance de réaliser ce rêve de refonder Haïti, l’Etat doit se départir de sa lenteur proverbiale. Il est impératif que l’Etat Haïtien entame des démarches pour sauvegarder l’intérêt collectif en mettant en place cette Agence de développement d’Haïti pour assurer le suivi du PSDH. Ce faisant, il éviterait que les haïtiens, individualistes invétérés, en l’absence de l’État, ne continuent à construire n’importe comment comme ils le font déjà, selon le « common sense » et en fonction purement de leurs intérêts égoïstes, il donnerait un signal fort à la CI sur son intention d’investir dans le durable. Dans le cas contraire, un travail de sensibilisation auprès des trois (3) pouvoirs de l’Etat devrait être entrepris par tous ceux qui se retrouvent un tant soit peu dans ce document d’orientation et qui y adhèrent même informellement.

La résurgence des vieux démons de division
Durant les premières heures après le séisme et de l’ouragan Matthew, la solidarité entre haïtiens a été vantée par les observateurs étrangers. Beaucoup de gens se sont sacrifiés pour sauver d’autres frères et sœurs. Avant l’arrivée des secours, on a partagé même un morceau de pain. Mais, depuis quelque temps et durant la période électorale, on sent l’exacerbation de la division. Le pays a payé les pots cassés. La bataille pour le pouvoir en 2010 a fait des morts et des dégâts estimés à plus de 100 M d’USD. A partir des résultats contestés  de la présidentielle de novembre 2016, les blessures de division risquent de prendre du temps pour se cicatriser. D’où la nécessité de cette grande concertation nationale pour nous réconcilier avec nous-mêmes. Il faut à tout prix arriver à gérer cette division en nous concentrant sur l’essentiel, la reconstruction du pays, la refondation de l’Etat d’Haïti.

La mainmise d’un petit groupe avec l’appui de la communauté internationale
La communauté internationale (CI) a sa clientèle en Haïti, un petit groupe qui le plus souvent voit ses intérêts avant ceux du pays. Il faut qu’elle change sa façon d’opérer pour se mettre à la hauteur de l’évènement et s’ouvre un peu plus sur d’autres catégories de gens. Les gens de bien qui veulent voir changer les choses pour de bon doivent se liguer contre ce petit groupe. Et la CI doit faire l’effort aussi de s’ouvrir à d’autres groupes qui, certes, ne maitrisent pas son jargon mais qui ont les compétences et l’honnêteté nécessaire pour accompagner cette refondation de l’Etat dans le sens de la collectivité.

La lutte hégémonique entre les grands pour des raisons économiques et géo-stratégiques
Ce séisme et le passage de Matthew montrent déjà la volonté des grands de se battre pour avoir le leadership de la refondation/reconstruction. Cette bataille entre les grands pourrait compromettre cette reconstruction ou la conduire dans des directions opposées à cette vision à l’haïtienne. Les haïtiens doivent faire preuve d’intelligence pour tirer le meilleur parti pour Haïti dans cette lutte des grands. Selon certains experts, il est de plus en plus sûr que notre sous-sol dispose de certaines matières assez rares et même du pétrole, on estime à 100 trillions de USD les ressources enfouies dans notre sous-sol ; en tout cas, notre pays est placé dans une position stratégique par rapport au reste de la Caraïbe et de l’Amérique Latine. Il nous faudrait avoir une conscience informée de notre réalité pour bien négocier cette solidarité internationale conduite par les grands de ce monde ou tout au moins la gérer pour le mieux.

La barrière constitutionnelle
La constitution de 1987 pourrait constituer une barrière sur certains aspects liés à la refondation de l’Etat suivant la vision dégagée. Il faut voir cette refondation au-delà du prisme de la Constitution de 1987. Il faudrait, si nécessaire, soit la modifier, soit la changer. Même si en tant qu’élément de notre lutte démocratique, il serait préférable de l’amender dans le cadre d’une grande concertation nationale semi souveraine au lieu de la changer pour préserver son côté symbole.

L’amélioration de l’image du pays
L’image du pays n’a cessé de se dégrader au cours de ces 30 dernières  années. Les agences internationales dans leur évaluation périodique continue à considérer Haïti comme un endroit à risque de plus en plus élevé. Ces considérations ne sont pas sans conséquences sur la gestion de la collaboration avec les bailleurs de fonds. Les conditions se durcissent, rendant du coup la mise en œuvre des projets et programmes de développement plus compliqués à se mettre en œuvre dans des délais convenables. Un effort sensible au niveau de la gouvernance s’avère être aussi important qu’urgent. Des actions visibles visant la réduction de la corruption et/ou tout au moins sa perception, par exemple, seraient de grande utilité pour amorcer un changement positif de l’image que nous donnons au monde.

La résistance au changement
La résistance au changement va être l’obstacle le plus difficile à gérer, selon Charles Cadet, l’ex-responsable de la très sérieuse Commission Nationale de la Réforme administrative (CNRA) qui avait fait des propositions pertinentes et innovantes pour la restructuration et la refondation de l’Etat, oubliées jusqu’à cette minute dans les tiroirs de l’administration de l’Etat. Il faudrait plus qu’un simple groupe comme la FONHDILAC, mais l’adhésion de la Nation Haïtienne pour porter cette vision de la refondation/reconstruction/construction de l’Etat d’Haïti qui doit redevenir, à terme, La perle des Antilles ou l’exception culturelle de la Caraïbe, et rentrer dans le cercle des pays émergents à l’horizon 2040.

FONHDILAC. Avril 2011

Actualisé en Février 2017