VideoBar

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher dans ce blog et le WEB

samedi 30 septembre 2017

HAITI : BUDGET 2017-2018, PRETEXTE DE DECHOUCAGE OU AMORCE DU PROCESSUS DE DIALOGUE POLITIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT ?


HAITI : BUDGET 2017-2018, PRETEXTE DE DECHOUCAGE OU AMORCE DU PROCESSUS DE DIALOGUE POLITIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT ?

JEAN-ROBERT JEAN-NOEL

30 SEPTEMBRE 2017    
      
Le 12 septembre 2017, Haïti a connu ses premières manifestations violentes depuis le 22 janvier 2016, tout au moins au niveau de sa capitale, Port-au-Prince. Cette fois-ci,  c’était contre le budget 2017-2018 de 144. 2  milliards de gourdes (2.3 Mrds d’USD), voté  haut la main par le Parlement acquis à la cause du pouvoir en place et malgré le travail d’intoxication de la minorité parlementaire qui a gagné la bataille médiatique. La mise à feu  des véhicules de l’Etat, des privés, la casse des pare-brises de tous types de  véhicules, de magasins, l’attaque en règle de certains gros intérêts privés, la panique généralisée, le traumatisme des écoliers, l’affolement des parents pour récupérer les enfants à l’école, c’est le bilan de cette journée de manifestation organisée par Jean-Charles Moïse, le leader de « Pitit Desalin ».Heureusement que, cette fois-ci, il n’y a eu que des dégâts matériels et psychologiques et non de perte en vie humaine. Du 12 septembre à date, il va y avoir une série de manifestations  contre le budget, entre temps, publié dans le Moniteur, le journal officiel, et surtout contre le Président de la République, Jovenel Moïse, qui a été à l’assemblée générale des Nations Unies  délivrer son message où il a parlé, entre autres, du processus de dialogue entamé avant son départ avec « presque tous les partis politiques » et qui va continuer jusqu’aux « états généraux sectoriels », énième fois promis par l’administration en place. Le budget 2017-2018 est-il un prétexte pour déchouquer le Président Moïse ou favorise-t-il un processus de dialogue politique en vue de déboucher au développement durable de notre pays ? Pour répondre à cette double interrogation, essayons d’analyser la conjoncture en nous basant sur certains faits susceptibles de jeter un éclairage sur la situation actuelle du pays au bord d’une nouvelle crise dans la crise quasi permanente après les sept (7) premiers mois de la présidence de M. Moïse. Rappelons que le coup d’Etat contre le président Aristide a eu lieu le 30 septembre 1991 après un voyage à l’ONU.

L’origine et la cristallisation des grognes à partir du budget 2017-2018 comme prétexte

Le 22 janvier 2016, le processus électoral, entamé en août 2015, a été stoppé net par l’opposition à Martelly par une manifestation gigantesque avec des pertes en vies humaines, des blessés et des casses. Jovenel Moïse, classé premier au premier tour de la présidentielle, n’a pu affronter Jude Célestin, classé 2e, qui a refusé de participer à cette parodie de « yon sel grenn soulyé » (d’une seule chaussure), pour répéter le mot du premier ministre d’alors, M. Evans Paul. Martelly est parti le 7 Février 2016, en négociant son départ et M. Jocelerme Privert, Président du Sénat, fut élu au second degré par le Parlement constitué de Sénateurs et Députés élus pour la plupart au premier tour du processus électoral avorté au niveau présidentiel (second tour) pour cause de fraudes massives.

L’administration Privert a remplacé le Conseil Electoral Provisoire (CEP) par un autre selon l’article 289 de la Constitution de 1987. L’opposition politique à Martelly avait donc tous les atouts en mains pour diriger le pays et gagner les élections transparentes reprises totalement aux niveaux présidentiel et local, et partiellement au niveau parlementaire, après les recommandations de l’évaluation du processus par une commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale (CIEVE). Jovenel Moïse et son parti PHTK (Parti Haïtien Tèt Kalé) en sont sortis vainqueurs à tous les niveaux. Un fait marquant mais contesté par l’ancienne opposition à Martelly (au pouvoir au moment de ces élections) Jovenel Moïse a été élu Président de la République d’Haïti au premier tour de la Présidentielle et a prêté serment le 7 février 2017 devant le Parlement avec l’absence remarquée des 4 sénateurs de l’opposition qui ont boycotté la séance sous prétexte de l’inculpation du président indexé par l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC). A noter que les candidats Maryse Narcisse (4e ) de LAVALAS , Jean-Charles Moïse ( 3e ) de Pitit Desalin et Jude Célestin ( 2e ) de LAPEH n’ont jamais accepté leur défaite à ces élections plutôt acceptables organisées par l’administration Privert et ont contesté la présidence de Jovenel Moïse.

Durant les sept (7) mois de cette présidence, mises à part les contestations  au niveau de l’Arcahaie transformées pour les besoins de la cause en manifestations périodiques avec casses, pertes en vies humaines et blocages de la Nationale N0 2, pour cette histoire de relèvement de Montrouis au rang de commune avec grignotement sur le territoire de l’Arcahaie, et les grognes suivies de grèves au niveau de l’administration publique (Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif : CSCCA, OAVCT : Organisme d’Assurance véhicules contre Tiers,  etc.), au niveau de la justice (Greffiers et Magistrats), au niveau de la sous-traitance (bataille pour le salaire minimum),  le pays semblait reprendre un certain niveau de fonctionnement normal, malgré la hausse du prix du carburant. L’Arcahaie aurait donné lieu à une attaque armée sur le cortège présidentiel revenant d’une visite dans le cadre de la caravane du changement, lancée en grande pompe par M. Jovenel Moïse, à Lagrange dans l’Artibonite. Et les grognes semblaient commencer à trouver leur point de convergence avec la hausse du prix de carburant. Les éléments du puzzle se sont mis petit à petit en place avec une exploitation politicienne mais intelligente de Moïse Jean-Charles et du Sénateur Cheramy (Don Kato). Le projet de loi des finances 2017-2018, plus connu sous le nom du budget 2017-2018, est venu à point nommé pour une exploitation intelligente (o combien mensongère !) de l’opposition politique qui du Parlement à la rue a su gagner la bataille médiatique par rapport au pouvoir en place qui s’est retrouvé sans repères sur la scène médiatique. Il a fallu la sortie tardive du Président pour redonner un peu de confiance à l’équipe au pouvoir au bord du chaos après le 12 septembre 2017.

Et puis, le pays, manquant de moyens selon le judicieux diagnostic fait par le Premier Ministre mais imputant maladroitement  cet état de fait à la seule administration précédente, n’a pas pu et su créer des emplois temporaires pour soulager la misère des petites bourses et apaiser la tension sociale au niveau du pays, malgré le budget 2016-2017 rectifié qui aurait pu être exploité pour favoriser la rentrée scolaire le 4 septembre 2017. Les tentatives en ce sens  ont été un peu tardives et n’ont pas eu une envergure nationale pour injecter du numéraire dans l’économie. Et cette course folle des jeunes vers le Chili n’a pas arrangé les choses. On dirait des gens qui ont une prémonition que quelque chose de grave va arriver à ce pays et qui essaient de s’en échapper à tout prix. N’est-ce pas Valery Numa ? Le documentaire de Valery est donc venu à point nommé pour expliquer ce phénomène de migration vers le Chili.

Face à cette situation d’aggravation de la crise et son exploitation au niveau de la rue qui exige maintenant le départ du Président seulement sept (7) mois après sa prise de fonction, il pourrait s’enorgueillir  du succès relatif de la caravane du changement et de certains aspects positifs du budget prévoyant  le paiement des arriérés pour les professeurs et l’intégration de la grande majorité dans le système, la réduction de 15 à 10% de l’impôt locatif sur les propriétés bâties (CFPB)pour la tranche locative supérieure à 200,000 G, et de certaines mesures d’apaisement pour atténuer les aspects négatifs comme le relèvement du plancher de 60,000 à 120,000 G/an, le minimum assujetti au paiement de l’impôt sur le revenu, et la sanctuarisation des 500 millions de gourdes réclamées par les 49 maires qui avaient fermé leurs portes durant trois jours. Certes ces mairies appartiennent  plutôt à l’opposition politique mais leur  revendication sera profitable à tous les maires et il y aurait la possibilité de régler le conflit latent entre les maires et les députés pour la mise en œuvre des actions de développement. Malgré tout,  les aspects négatifs du budget 2017-2018 semblent avoir la faveur de l’opinion publique.

Le rache mayok ne fait pas l’unanimité

Pourtant le raché mayok, c’est-à-dire la mise à pied du Président, à partir du budget comme prétexte, ne semble pas faire l'unanimité, en tout cas pas encore.  Dès le départ, la vraie finalité des manifestations de rue organisées par l’opposition a été la mise à pied du Président Jovenel Moïse, selon un cadre de Lavalas lors d’une émission de RAMASE, et Lucien Jura avait relevé cette flèche lancée par ce cadre.  Il semble que le Président aurait dérangé de gros intérêts à partir de ses promesses d’électricité 24/24 en 24 mois, et de sa lutte annoncée contre la corruption. Avec l’appui en sous-main des représentants de ces gros intérêts à l’opposition politique, si l’on en croit des sources proches du pouvoir, une frange de cette opposition aurait mis en place ce processus de déchoucage. Financement ou pas, il est clair que la finalité recherchée par cette opposition qui n’a jamais accepté Jovenel Moïse comme président n’est autre que son déboulonnage (Ref. http://lenouvelliste.com/article/177141/une-manifestation-anti-gouvernementale-emaillee-de-violences).

Et si la bataille pour le budget favorise l’amorce du processus de dialogue politique

On peut déplorer l’utilisation du budget comme prétexte pour essayer de déboulonner le président, mais on doit se mettre d’accord sur le fait que l’intérêt actuel du commun des mortels pour le budget est une bonne chose. Cette bataille lancée par Kesner Pharel depuis des lustres semble prendre une autre tournure  plutôt positive.  Le budget c’est l’affaire de tout le monde. Pour une famille, c’est la maman, le papa et parfois les enfants  en mesure de le faire qui contribuent à l’exécution du budget familial. Pour un pays  comme Haïti, c’est la même chose. Ce sont les citoyens qui contribuent  à financer le budget à partir des taxes et impôts payés à  l’Etat. Un budget traduit en chiffre les politiques du gouvernement. Combien d’écoles, d’hôpitaux, de routes, de systèmes d’irrigation, d’eau potable, de mégawatts de courant à mettre à la disposition de la population, moyennant paiement des services. Pour cela, le gouvernement s’engage à créer des meilleures conditions pour favoriser la fourniture des services et la création d’emplois. Quand le gouvernement fait bien son travail (bonne gouvernance), les gens sont plus enclins à payer leurs  taxes et impôts.  En Haïti, comme le pays n’a pas tous les moyens, en plus des taxes et impôts collectés, il est aidé par d’autres pays pour financer son budget. Aussi simple que cela.

Normalement, chaque citoyen devrait payer des taxes et impôts en fonction de l’envergure de ses activités. En d’autres termes, plus on a les moyens, plus on devrait contribuer au financement du budget. Ce n’est pas le cas en Haïti. Cela a toujours été ainsi, ce n’est pas cette administration qui en est responsable ; mais c’est une bonne chose que cette administration soit obligée d’améliorer les choses. Il faut bien commencer quelque part. Toutefois son renvoi ne résoudra pas pour autant le problème. Autant trouver avec elle une formule pour ce fameux dialogue politique pour amorcer le développement de notre pays.

Et Vive Haïti, cette fois-ci, à tout jamais unie !!!


Avant son départ pour l’ONU, le Président avait amorcé, à la faveur de la situation politique en lien avec le budget 2017-2018,  le dialogue avec presque tous les partis politiques. A l’ONU, Il a annoncé son intention d’organiser les états généraux sectoriels. Il a rencontré à son retour la conférence épiscopale haïtienne (CEH),  qui a exhorté les parties en présence à faire preuve de sagesse. Il a eu une longue séance de travail avec les maires, il a pris des engagements formels vis-à-vis d’eux. Le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures pour atténuer les effets négatifs du budget, en particulier des mesures en faveur des chauffeurs qui ont programmé deux journées de grève les 2 et 3 octobre 2017. Vont-ils revenir sur leur mot d’ordre de grève ? Il semblerait que l’administration Moïse-Lafontant soit pour un budget rectificatif dans un délai pas trop lointain. Déjà certains arrêtés pris par le pouvoir rectifient les aspects les plus critiqués du budget. De là à aller vers une grande concertation nationale pour amorcer le développement du pays, il n’y a qu’un pas. L’opposition politique, dont l’objectif est de prendre le pouvoir à tout prix y inclus le raché manyok (une forme de coup d’Etat), serait-elle prête à y prendre part au cas où la finalité de cette grande concertation ne mettrait pas dans la balance le renvoi pur et simple de l’administration Moïse-Lafontant ?  A cette administration de bien jouer  le jeu pourqu’il n’en soit pas ainsi, et à l’opposition de rentrer dans l’arène de la grande concertation pour le développement sans l’intention préalable de casser les porcelaines. A l’administration en place et à l’opposition de penser Haïti d’abord et avant tout ! A nous citoyens et citoyennes de les encourager en ce sens, d’y participer et de regarder l’avenir avec espoir et confiance ! Et Vive Haïti, cette fois-ci, à tout jamais unie !!! Dans le cas contraire, il serait possible que les bottes de l’oncle Sam nous aplatissent tous sans distinction ni exception! C’est peut-être le souhait profond de la plupart d’entre nous. Qui sait ? Alors ne soyons plus des nains et soyons les dignes héritiers de notre père fondateur, Jean-Jacques DESSALINES, le grand !

vendredi 1 septembre 2017

LA CREATION D’EMPLOIS TEMPORAIRES, UNE NECESSITE DE LA CONJONCTURE HAITIENNE ACTUELLE

LA CREATION D’EMPLOIS TEMPORAIRES, UNE NECESSITE  DE LA CONJONCTURE HAITIENNE ACTUELLE
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
31 AOUT 2017     
Revu, corrigé et augmenté le 8 Septembre 2017

La conjoncture actuelle exige un changement de sujet par rapport aux trois derniers articles publiés ayant eu comme toile de fond la caravane du changement. L’article du mois d’Août, sans laisser de côté totalement la caravane du changement, se concentrera sur la  nécessité de la création d’emplois, en particulier l’emploi temporaire. Cet article se subdivise en deux grandes parties: les faits saillants du mois et la nécessite de la création d'emplois temporaires.

Les faits saillants du mois: l’émigration, le budget 2017-2018, la réouverture des classes, le scandale de la surfacturation...

Les jeunes haïtiens continuent de partir pour le Chili. Le journaliste Valery Numa est actuellement dans ce pays pour un documentaire sur les Haïtiens au Chili, estimés à 85000 personnes (110,000 suppose Le Nouvelliste sous la plume d'Etzer Emile, 36 M d'USD de transferts vers Haiti en 2016, 7.5 M pour le seul mois de mai 2017). Le titre du documentaire est « Chili à tout prix ». Ces jeunes partent à l’aventure à la recherche d’un emploi. Donald Trump fait peur avec son « America First ». Les haïtiens en situation illégale aux USA foncent vers le Canada par crainte d’être refoulés en Haïti par le milliardaire président. Avec le cyclone Harvey qui ravage le Texas et la Louisiane, la situation économique aux USA subit un coup dur et les haïtiens qui habitent ces états américains seront frappés de plein fouet, tandis que ceux-là qui vivent dans les autres états vont sentir les effets néfastes de ce cyclone sur l’économie américaine.

En Haïti, le budget de 144 milliards de gourdes (2.30 Mrds d’USD) est voté par la Chambre des députés. Ce budget est en phase d’analyse au Sénat. A ce niveau, les choses se corsent. Dans un budget il y a les prévisions de dépenses, il y a aussi les voies et moyens pour financer le budget. L’une de ces voies est la taxation. Le gouvernement actuel semble ne pas aller de main morte, mais la pression fiscale globale n'a pas tellement évolué (12.7% selon Pharel, Radio Vision 2000, Invité du jour 4/09/17), très faible par rapport au reste de la Caraïbe.

Pour une propriété bâtie  dont la valeur "locative" est supérieure à 200,000 G, il faudrait payer 10%, ce qui fait 20,000 G, si mon interprétation de la loi des finances est correcte. L'adjectif "locative" change totalement l'analyse de la version précédente de cet article. Je m’étais donc trompé et je demande à mes lecteurs de ne plus considérer la partie de la version précédente concernant la propriété bâtie.

En outre, il y a le débat sur l’impôt forfaitaire  sur le revenu de 10,000 G, exploité à merveille par l’opposition politique en travestissant la vérité pour les besoins de la cause. Il y a aussi :  La menace des greffiers de reprendre leur grève pour non-respect de la parole donnée par le ministère de la Justice et celle des juges en cas de non considérations salariales et autres en octobre 2017; l’accident d’un voilier reliant la grande terre à l’Ile de La Tortue dont le bilan est de « *6 morts, 9 disparus et 21 rescapés, selon le délégué départemental du Nord-Ouest, Owell Théock, rapporté par Radio Kiskeya ; l’éclipse solaire du 21 Août 2017, qui a été partielle sur Haïti et masquée au niveau de la zone métropolitaine par d’épais nuages et qui a considérablement ralenti les activités ce jour-là; la suspension par l’Exécutif du processus électoral en lien avec les élections indirectes, répondant ainsi et un peu tard à une résolution du Sénat publiée dans le Journal officiel, Le Moniteur ;  les préparatifs du gouvernement en vue de la réouverture des classes, le 4 septembre 2017, exprimés par le lancement au niveau de la zone métropolitaine des travaux de création d’emplois à haute intensité de main d’œuvre (HIMO) à travers les mairies , balayage de rues et ramassage d’ordures dont les effets favorisent une certaine amélioration de la situation sanitaire , les travaux de réparation des points à temps au niveau de plusieurs rues de la zone métropolitaine (Pétionville, Port-au-Prince, Delmas, Tabarre, etc.,) qui améliorent la circulation des véhicules, et le scandale de la surfacturation de kits  scolaires de 17 USD à 36 USD/unité, qui a forcé le gouvernement à mettre à pied le ministre des affaires sociales, Roosevelt  Bellevue, en attendant le résultat de l’enquête en cours sur cette affaire, et à le remplacer provisoirement par le Premier Ministre, Jack Guy Lafontant, celui-ci promet de « lutter contre la corruption ». C’est la Radio Scoop Fm qui a dénoncé cette affaire à partir d’une source du Palais National.

La création d'emplois temporaires

... éléments d’appréciation par rapport à la population et au secteur agricole à partir d'une journée de dialogue organisée par le Dr Paul Latortue 

Ce survol de la situation en Haïti nous ramène au sujet du jour, la création d’emplois. Mais, bien avant de nous y attarder,  essayons ensemble de regarder quelques éléments d’appréciation à partir des documents de base présentés par le CIRAD à « la Journée de dialogue organisée au siège de la BID par le Programme du Master of Business Administration, Université Notre-Dame d’Haïti » au siège de la BID, le 23 Aout 2017 (Dr Paul Latortue)

Graphe 1

Dans plusieurs articles publiés, j’ai insisté sur les piliers du développement de notre pays, la sécurité, l’environnement et la population[1]. Dans le graphe présenté plus haut (graphe 1) ,  il est pris en compte deux aspects l’environnement avec la question d’urbanisation sans industrialisation et la démographie. Avec le taux de croissance actuel de la population, si nous ne mettons pas en place une politique de population visant un taux de croissance inférieur ou égal à 1%, la population haïtienne en 2050 avoisinerait 14 millions d’habitants, l’urbanisation anarchique continuerait, l’environnement subirait les conséquences de la surpopulation, la sécurité du pays et des citoyens en partirait, le développement de notre pays serait compromis.

Graphe 2

Or actuellement la base de développement d’Haïti est le développement de l’agriculture, même si dans le graphe 2 ci-dessus, l’économie haïtienne se tertiairise alors que les PIB agricole et industriel se stabilisent. L’administration actuelle a fait le choix de l’agriculture comme la « locomotive de la croissance » et l’un des piliers du développement, tout au moins  dans le cadre de la stratégie de la caravane du changement.  Tant au niveau de l’Artibonite qu’au niveau de la Péninsule Sud, les actions prévues et réalisées sont essentiellement liées au secteur agricole et au domaine de l’environnement. Il faut noter aussi que l’emploi agricole représentait 57.2% en 2013 par rapport à l’emploi total dans le pays (Graphe 3 ci-dessous). L'agriculture demeure donc le premier pourvoyeur d’emplois du pays.

Graphe 3

Les emplois et la caravane du changement

Dans le cadre de la Caravane, il est prévu deux types d’opérations : une opération d’urgence ou coup de poing de 3 à 6 mois et une opération structurante durant tout le quinquennat. Dans les deux cas, il est prévu des emplois temporaires et durables. Lors de l’opération coup de poing, l’utilisation de l’approche haute intensité d’équipement (HIEQ) crée des emplois temporaires mais pas en quantité suffisante ; par contre l’approche haute intensité de main d’œuvre (HIMO) crée beaucoup d’emplois temporaires.

          Pour les emplois durables, pour chaque hectare de terre mis en valeur, il serait créé automatiquement 5 emplois au minimum.  Tout de suite, après le passage de la caravane dans la Vallée, les agriculteurs ont amplifié les travaux des champs. Selon les premières estimations faites sur la base d’une visite des lieux en Août 2017 sur  le grand périmètre de l’ODVA, la superficie emblavée en riz avoisinerait 30,000 ha[2]. Ce qui correspondrait à 150,000 emplois durables, sans tenir compte des emplois connexes au niveau des moulins qui décortiquent le riz paddy, la mise en sac, la commercialisation, le transport, etc.

Les travaux à haute intensité de main d’œuvre prévus dans le cadre du protocole d’accord avec la Fédération des associations d’irrigants de la Vallée (FASIVAL) pourraient créer jusqu’à 3000 personnes-mois de travail (P-M) . De même, les travaux HIMO liés aux activités des ministères, Agriculture, Environnement  , Travaux publics,  des services autonomes  (EPPLS/UCLBP, DINEPA) pourraient favoriser la création de plus de 50,000 personnes-mois de travail (P-M) dans la Péninsule Sud.  Il n’y a pas assez d’informations pour permettre une estimation des emplois créés à partir des travaux entrepris au niveau de la zone métropolitaine.


... et si on on utilisait une partie des 11 milliards de gourdes pour des emplois temporaires

En tout cas, ce qui est important de retenir, c’est que dans le cadre du budget 2017-2018, il y a un potentiel énorme de création d’emplois temporaires. Les critiques se font autour de 11 milliards de gourdes   consacrées aux « autres interventions publiques »,  ce qui représente 7.64% du budget. Depuis des années, il a été proposé aux gouvernements successifs de prévoir au moins 10% du budget pour créer des emplois temporaires répartis selon la distribution de la population comme c’était le cas dans le cadre du programme de création d’emplois (PCE 1993-1996) où la répartition était de 70% en milieu rural et 30% en milieu urbain. Durant cette période, il a été créé en moyenne plus de 40,000 emplois par mois dans le pays, à travers des  ONGs comme la PADF, le CECI, la CHF, la CARE-HAITI sous financements de l’USAID, de la BID, de la Banque Mondiale (BM).

Si on se basait sur le budget actuel de 144 milliards de gourdes, il faudrait 14.4 milliards de gourdes pour créer des emplois en milieu urbain (55%) et en milieu rural (45%), en fonction de la répartition approximative  actuelle de la population haïtienne. Ces emplois temporaires pourraient être créés dans l’irrigation, le drainage,  la réhabilitation/la construction de pistes rurales, de chemins muletiers, la réhabilitation de l’environnement,  les logements sociaux, la gestion des risques et désastres, la mise en place de pépinières, le traitement des littoraux, etc. La majorité de  ces cas de figure sont envisagés dans le manuel de mise en œuvre des travaux HIMO du ministère de l’agriculture.  Avec 10% du budget 2017-2018, il serait possible de créer plus de 860,000 P-M de travail durant un an, soit en moyenne 70,000 emplois par mois, renouvelables tous les trois (3) mois, ce qui ferait un total de 280,000 familles touchées à raison d'une personne par famille (paiement à la tache) .  Cette pratique, qui se ferait dans le cadre d'une organisation de chantiers très sérieuse et d'une gestion rigoureuse (éviter à tout prix le woy-woy), pourrait se répéter durant tout le quinquennat. De quoi  donner du travail à une partie de ce flot de jeunes qui abandonnent le pays et qui partent à l’aventure au péril de leur vie.

Il y a donc nécessité de créer des emplois temporaires dans le pays par cette administration durant tout le reste du quinquennat, surtout après le passage de Matthew ( Ouragan de catégorie 4, les 3-4 Octobre 2016) sur le grand sud et d'Irma (de catégorie 5, le 7 Septembre 2017) frôlant le grand nord du pays, avec des dégâts importants dans les deux cas, beaucoup plus dans le sud directement touché. Il y va de la stabilité du pays. Avec plus de 70,000 emplois temporaires, bien répartis à travers le pays et bien gérés pour éviter les cas de corruption dans des secteurs d’activités  intégrant l’action gouvernementale, il serait possible d’avoir la paix des rues, de soulager la situation de misère actuelle (un héritage des anciennes administrations) et de jeter les bases d’un développement endogène et durable de notre pays, tout en mettant sur pied une politique de population (taux de croissance < 1%) et une politique agressive de gestion environnementale et d’aménagement du territoire (déconcentration administrative et décentralisation) , avec, préalablement,   une maîtrise quasi parfaite de la question sécuritaire sur tout le territoire national. Soyons les capitaines de notre destin d'hommes libres et indépendants!




[2] Il faudrait faire survoler la Vallée par des drones pour confirmer ces estimations.

dimanche 30 juillet 2017

LA CARAVANE DU CHANGEMENT : UNE STRATEGIE INNOVANTE ET GLOBALISANTE ET NON UN PROGRAMME

LA CARAVANE DU CHANGEMENT : UNE STRATEGIE INNOVANTE ET GLOBALISANTE ET NON UN PROGRAMME

JEAN-ROBERT JEAN-NOEL

 Revu le 31 JUILLET 2017  
             
La conjoncture haïtienne est toujours dominée par la caravane du changement, malgré son redéploiement dans la péninsule Sud depuis le 1er Février 2017, le Sud, la Grande-Anse et les Nippes. Le manque de compréhension du concept caravane du changement occasionne des sorties à la limite de cette incompréhension. La position de l’association des maires du Sud (AMSUD) qui s’inquiète de la mainmise des députés  et sénateurs de la zone  sur la caravane, la position presque similaire  du maire des Cayes Gabriel Fortuné, allié du pouvoir en place, la position de l’ex-premier ministre Evans Paul qui voit dans la caravane, « un programme improvisé », etc., ces prises de position publique mettent de l’eau au moulin des opposants à la caravane, rendent encore plus sceptiques les bienpensants, calment l’ardeur des surexcités et agacent un tout petit peu les techniciens qui s’y engagent.

Dans une conjoncture marquée, en plus de la caravane, (i) par le départ massif des jeunes vers le Chili, (ii) par la bataille pour le salaire minimum fixé en dernier ressort à 350 gourdes/jour par le Président Moïse (réf. Spécial No 23 Le Moniteur) après un discours d’appel au calme au lieu des 335 gourdes recommandées par le conseil supérieur des salaires, menace de reprise des manifestations  des syndicats exigeant toujours 800 gourdes/jour + avantages sociaux ;(iii) par la grève du petit personnel de l’hôpital universitaire de Port-au-Prince (Hôpital Général) et celle des greffiers ; (iv) par  la marche programmée et avortée du Collectif du 4 Décembre ; (v) par la présence quasi permanente de fatras au niveau de la zone métropolitaine, ce qui a poussé la présidence à offrir son appui aux maires dans le cadre de travaux à haute intensité de main d’œuvre ( HIMO) pour assainir les villes constituant la zone métropolitaine, sans oublier les autres éléments de grogne liés à la situation économique difficile des ménages haïtiens dont 73.8%, selon l’IHSI, croient à une amélioration de leur situation grâce  à l’omniscience de Dieu (Dieu seul sait, avec 63 G pour 1 USD), on comprend l’effet explosif de ces prises de position dont la plupart viennent des alliés du pouvoir. Il ne faut pas non plus oublier, l’arrêté présidentiel supprimant les privilèges des anciens Chefs d’Etat non élus dont Jocelerme Privert élu au second degré, « c’est inélégant » pour répéter Evans Paul ; la sortie du Sénateur Rony  Célestin du Centre, un autre allié du pouvoir, et la question controversée du recrutement par le ministère de la Défense des jeunes devant intégrer l’Armée d’Haïti en phase de remobilisation, sans la nomination préalable d’un Etat-major et une philosophie pour la nouvelle armée, et sans l’aval des anciens militaires qui menacent de se faire entendre. Ce qui a poussé le Sénateur Latortue, président du Sénat, à faire une proposition en dix (10) points pour remédier à la situation, en attendant la convocation du ministre de la défense par un groupe de députés de la Chambre basse.

C’est dans ce contexte plutôt sombre qu’il faudrait situer la sortie de ces alliés du pouvoir et d’autres personnes face à la caravane du changement.  En un certain sens, leur incompréhension est justifiée. L’administration n’a pas mis à la disposition du grand public les documents essentiels de la caravane. Mises à part les sorties du Président et de la communication du Palais National, le grand public, tout au moins les intellectuels et la presse, n’a pas accès à ces documents. C’est en théorie la raison pour laquelle chacun y va de sa définition et de sa compréhension de la caravane du changement, même s’il faut y ajouter un bémol. Comme en général on est beaucoup plus enclin à voir les choses du mauvais côté, surtout quand il s’agit de l’administration en place, on  a vu et entendu  toutes sortes de gens parler de la caravane du changement avec l’arrogance de l’ignorance propre à nous autres haïtiens. Aristide, Préval, Martelly en ont eu pour leur compte en leur temps. Si le Président Préval n’a pas présenté de programme, Aristide en avait un, « Investir dans l’humain", Martelly aussi, « le courage de changer », transformé plus tard en 5 E ; et l’énoncé de politique général du Dr Conille, le 1er  Premier Ministre de Martelly, a été en soi tout un programme quinquennal. Dans les trois cas cités plus haut, l’administration a été sévèrement critiquée, et fort souvent en dehors des documents soumis au grand public. Toutefois, certaines personnes sont allées aux sources pour parler de ces programmes et les critiquer ; tandis que d’autres, les éternels opposants et les omniscients, ne se sont même pas donné la peine de les lire, tout en les critiquant vertement. C’est le défaut majeur de nos compatriotes, discourir avec arrogance sur des choses non bien maîtrisées.

Dans le cas de la caravane, qui n’était même prévue dans l’énoncé de politique générale du PM Lafontant, c’est la vague déferlante anti-caravane malgré la bonne performance de l’opération coup de poing au niveau de la Vallée de l’Artibonite à la satisfaction de la grande majorité des bénéficiaires directs. Cette initiative présidentielle est donc perçue comme un programme, un projet du Président. Il n’en est rien. Certes, c’est une initiative présidentielle, mais elle n’est ni programme ni un projet. Elle prend sa source dans une stratégie du ministère de l’agriculture, le développement par pôle de croissance basé sur les cinq (5) principaux châteaux d’eau du pays dont la visée était de répondre à la déclaration de l’administration Martelly de faire du secteur agricole « la locomotive de la croissance ». Le cadre budgétaire 2015-2018 du ministère de l’agriculture a été monté dans le souci d’atteindre  cet objectif. Lors de la longue campagne présidentielle de J. Moïse, il s’est tu à répéter qu’il allait « continuer, corriger et innover ». Dès sa prise de pouvoir, il a proposé la caravane du changement comme stratégie pour continuer les actions en cours, les corriger au besoin et innover. La caravane du changement est donc cette stratégie innovante. Elle n’a pas de programmes propres, elle utilise les programmes existants en les améliorant si nécessaire, quand elle intervient dans une zone. 

Le cas de l’Artibonite

C’est le cas pour l’Artibonite. Chaque année, dans le cadre des campagnes agricoles, le ministère de l’agriculture dispose de l’argent pour mener ses campagnes agricoles tout le long de l’année agricole. A l’arrivée de l’administration Moïse, le ministère disposait de 197 M HTG non utilisés, cet argent a été en partie utilisé pour l’opération coup de poing dans le cadre de la caravane au niveau du grand périmètre de la Vallée de l’Artibonite sous le contrôle de l’organisme de développement de la Vallée de l’Artibonite (ODVA). Les matériels, les cadres de l’institution ont été mis à profit, complétés par d’autres matériels et d’autres cadres pour mener à bien les actions prévues, en les corrigeant et en innovant par la mise en synergie des compétences au niveau de l’Etat, pour maximiser les effets à partir de la méthode Haute intensité d’équipement (HIEQ) pour le curage mécanique des canaux et  drains principaux et primaires et les pistes agricoles et rurales.  

Parallèlement, la cellule ad hoc de pilotage de la caravane, associée au ministère de l’agriculture, a préparé un dossier pour la mise en place de 9 entreprises agricoles  couvrant 4500 ha (actuellement en cours), un protocole pour permettre à la Fédération des Associations d’irrigants de la Vallée de l’Artibonite (FASIVAL) d’entamer les travaux de curage manuel des canaux et drains secondaires et tertiaires par la méthode haute intensité de main d’œuvre (HIMO) en vue d’améliorer l’irrigation et le drainage au niveau des parcelles, et un dossier de plus de 180 M USD pour l’aménagement complet du grand périmètre  (32,000 ha )de l’ODVA durant tout le quinquennat de cette administration et même au-delà, avec accent  particulier sur la nécessité de réorganiser l’ODVA et de renforcer FASIVAL. Ce dernier dossier se base sur une étude de la Firme GOPA (2002).

Le cas de la Péninsule Sud

Fort de l’expérience encore en cours au niveau de la Vallée de l’Artibonite, la caravane du changement, après avoir monté, à travers la cellule ad Hoc, le dossier de la Péninsule Sud d’Haïti avec les cadres des diverses directions déconcentrées et décentralisées et aussi des cadres au niveau central des divers secteurs impliqués, en se basant sur les documents existants tels le PDNA (MPCE Janvier 2017),  « Vers une stratégie régionale de la Péninsule Sud (MPCE 2008) », les documents du MARNDR et de CNSA, et d’autres documents des autres secteurs impliqués, s’est redéployée dans le Grand Sud, le 1er Juillet 2017.  Le dossier s’intitule « Le plan d’action pour le relèvement et le développement de la Péninsule Sud (PARDPS) » .Il inclut l’ensemble des secteurs opérant dans la péninsule qui ont ajusté leur budget en fonction du plan et qui assurent la gestion technique et financière de leurs programmes et projets dans le cadre de la caravane. 

Comme l’a expliqué, lors d’une réunion,  le Président J. Moïse aux partenaires techniques et financiers (PTF), dont la BID qui a préalablement accepté de financer, à hauteur de 10 M USD avec possibilité d’aller jusqu’à 45-50 M USD, certaines activités dans le cadre de la caravane sous forme de remboursement, la caravane du changement n’a pas de budget, ce sont les secteurs qui en disposent, la caravane ne fait que les pousser à faire mieux et vite.

C’est ce qui est en train de se passer au niveau de la Péninsule, malgré les difficultés inhérentes à ces genres d’initiatives. Il faut rappeler que les objectifs au niveau de la péninsule Sud sont beaucoup plus ambitieux et diversifiés que dans la Vallée de l’Artibonite.  Ce qui implique beaucoup plus de risques à gérer. C’est pourquoi, il aurait fallu beaucoup plus d’explications, de communication, de sensibilisation avant le redéploiement dans la Péninsule. A postériori, il a fallu combler cette lacune en multipliant les rencontres d’explication avec les ONG, les maires, les directions déconcentrées sur la vraie nature de la caravane, son rôle catalyseur, sa stratégie de marier l’urgence au développement, son mode opératoire basé sur deux types d’intervention : (i) une opération coup de poing (3 à 6 mois) et une opération structurante (le reste du quinquennat et au-delà).

La caravane du changement, une stratégie innovante et globalisante et non un programme

La caravane encourage les acteurs et les secteurs à imbriquer leurs actions (harmonisation), à les articuler avec celles d’autres acteurs et secteurs (coordination) et à les intégrer à l’action gouvernementale pour maximiser leurs impacts. La caravane crée aussi les conditions pour réaliser les actions à moindre coût. Elle ambitionne d’englober l’ensemble des actions des secteurs et des autres acteurs au niveau de la zone d’intervention et encourage les élus, en particulier, les collectivités territoriales à jouer, en plus de leur implication directe dans le suivi rapproché, à jouer leur rôle de vigile pour réduire drastiquement le niveau de corruption dans le mise en œuvre des actions, en les poussant à prendre des mesures répressives  contre les fautifs.


Cet article, je l’espère, favorise une meilleure compréhension de la caravane du changement. Il est écrit dans le souci de fournir une information de première main à des lecteurs de bonne volonté qui l’apprécieront selon leur conviction intime. Pour les irréductibles, rien ne changera, ils continueront à ne voir dans la caravane que  le mauvais côté, même s’ils se donnent  la peine ou non de lire cet article. Pour d’autres personnes, le scepticisme va persister jusqu’aux résultats finaux à la fin du quinquennat ; ce sont des saints Thomas (normal). Pour les convaincus, ils vont suivre cette expérience avec intérêt et peut-être se l’approprier en y apportant les modifications jugées utiles. En tout cas, ce qu’il faut retenir c’est que  la caravane du changement est  une stratégie innovante et globalisante et non un programme gouvernemental. 

dimanche 2 juillet 2017

HAITI : LE DECALOGUE DE LA CARAVANE DU CHANGEMENT

HAITI : LE DECALOGUE DE LA CARAVANE DU CHANGEMENT
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
30 JUIN 2017

Aujourd’hui a vu la cérémonie de démobilisation  partielle de la caravane du changement de l’Artibonite et le processus de son redéploiement dans la Péninsule Sud (le lendemain 1er Juillet 2017), regroupant le Sud, la Grande-Anse et les Nippes. Ce 30 Juin est la date constitutionnelle pour le dépôt du budget de 144 Milliards  de gourdes (2.30 Mrds USD) à la chambre des députés avec une priorisation des secteurs économiques comme les Travaux publics, l’agriculture, l’environnement et les secteurs sociaux comme l’éducation et la santé publique.

  Les résultats obtenus au niveau de la Vallée de l’Artibonite dans le cadre de la caravane sont très au-dessus de la moyenne selon les informations datant du 30 juin 2017 traduisent une moyenne de 94% au niveau du curage mécanique des canaux d’irrigation(185 km/197 km), de 49.42% au niveau des drains (43 km/87 km), de 140% au niveau des pistes agricoles (140 km/100 Km) et 394% au niveau de la réhabilitation des berges de canaux d’irrigation (197 km/50 km) pour une consommation de 84% du budget de 197 M de gourdes, à la satisfaction de la majorité de la population directement concernée, même quand il faudrait déplorer certaines imperfections dues à un manque de matériels de compactage au niveau des pistes réhabilitées. Ce qui n’enlève rien à la performance globale des interventions.

Cette bonne performance obtenue, en moins de 60 jours,  au niveau de la Vallée de l’Artibonite à partir de l’opération coup de poing dans le cadre de la caravane et les actions en cours pour compléter le curage des drains primaires, pour curer manuellement les canaux secondaires et tertiaires et pour la mise en place des 9 blocs de production de riz de 500 ha sur la base du principe de regroupement foncier par capitalisation (opération structurante) n’ont pas  pour autant occulté les foyers de grogne au niveau de la Capitale Port-au-Prince : manifestations de rue des ouvriers de la sous-traitance, des employés de l’OAVCT (assurance véhicules) exigeant la révocation de leur directeur pour mauvaise gestion, des étudiants réclamant justice pour  leur ami étudiant heurté par le doyen de la faculté d’Ethnologie. De plus, il y a cette cherté de la vie qui tenaille le ventre des petites bourses et le phénomène d’insécurité,  qui est sous-jacent  depuis quelque temps, frappe de temps à autre une personne de renom comme la jeune doctoresse de 33 ans assassinée à Delmas.

Le décalogue de la caravane du changement
Malgré tout, la caravane continue son petit bonhomme de chemin et met le cap sur la péninsule Sud avec des objectifs beaucoup plus  ambitieux et plus diversifiés que la Vallée de l’Artibonite, en dépit des critiques négatives des uns, du scepticisme de la plupart des biens pensants et de la surexcitation de ses partisans. Pour une meilleure appréhension de ce nouveau concept et en lien avec les informations disponibles, il est conseillé  de s’approprier les dix éléments fondamentaux de cette stratégie du pouvoir en place, qui, toute partisannerie mise à part, pourrait s’appliquer à n’importe quelle administration.

1.      La Caravane du changement est une œuvre d’imagination et de créativité qui ambitionne de mettre « ensemble la terre, l’eau, le soleil, les femmes et les hommes » pour améliorer le bien-être collectif.

2.      La Caravane du changement, qui vise à « mobiliser les forces vives d'Haïti pour transformer les rapports sociaux historiques et aboutir à un développement endogène et durable du pays », se veut une construction dynamique et collective, une approche plus adaptée aux défis de l’heure et un appel à la solidarité, d’abord inter haïtienne, pour relever nos défis.

3.      La caravane du changement est une stratégie innovante et englobante et non un programme gouvernemental. Elle favorise une imbrication sectorielle des actions, leur articulation intersectorielle et leur intégration à l’action gouvernementale pour maximiser leurs effets et impacts en vue d’apporter le changement réel dans la vie des citoyens.

4.      Toute la stratégie de la Caravane sera structurée autour des "PACTES POUR L'EMPLOI et la CROISSANCE ECONOMIQUE INCLUSIVE" (PECEI) qui engageront l'ensemble des acteurs économiques et sociaux en fonction de leurs intérêts propres et des problématiques sociétales réelles.

5.      Elle convie à  une mobilisation collective, une mobilisation des entités de l’Etat pour des actions concertées et rapides en vue de donner accès à des services de base à la population et améliorer les conditions d’accès aux facteurs de production.

6.      La Caravane renvoie à l'idée du konbit, étendu à l'échelle nationale pour enfin donner sens à notre devise "l'union fait la force" en vue de relever définitivement le défi de la misère et de la pauvreté, en continuant les actions en cours, en les corrigeant si besoin est et en innovant.

7.      La Caravane favorisera une articulation intersectorielle pour livrer des services publics en matière de sécurité alimentaire, sanitaire et autres. Elle promeut l’amélioration de la pénétration des zones de production et leur connexion aux marchés.

8.      La Caravane du changement se révèle être une manière de réhabiliter le cadre de vie de la population en tenant compte de la situation d’urgence généralisée ; elle utilise deux types d’opérations complémentaires et non compartimentées : une opération coup de poing (urgence) et une opération structurante (relèvement et développement).

9.      C’est une modalité d’intervention qui permet de toucher directement la population, en priorité les plus vulnérables ; une méthode de travail qui permet une mobilisation intelligente et efficiente des ressources au moindre coût, et une injonction aux structures de l’Etat pour qu’elles se ressaisissent, se mettre en synergie et en condition de répondre aux besoins réels de la société. 

10.  La Caravane  se présente donc comme le grand espoir de changement souhaité par  tous les Haïtiens de bonne volonté ; la réussite de cette stratégie novatrice et unificatrice de relèvement et de développement, qui permettra à notre pays de commencer à rattraper son retard, nécessite la conjugaison  de tous les efforts et toutes les bonnes volontés autour du Président de la République.

mardi 23 mai 2017

HAITI ENTRE INTEMPERIES, ELEMENTS D’INSTABILITE ET CARAVANE DU CHANGEMENT


HAITI ENTRE INTEMPERIES,  ELEMENTS  D’INSTABILITE  ET CARAVANE DU CHANGEMENT
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
23 MAI 2017

Après le passage de Matthew, nous avions prédit, nous basant sur nos observations, que la saison pluvieuse 2017 pourrait être très mouillée. Jusqu’à présent c’est  le cas. Il en a été de même après Isaac et Sandy en 2012, et après Erika en 2015. Pourquoi serait-il différent en 2017 après le passage de Matthew? En tout cas, depuis le mois d’Avril jusqu’à date, Haïti est sous la pluie, pratiquement tous les départements du pays ont enregistré leurs lots d’inondations (Cap-Haïtien, Port-de-Paix, Sud, Grande-Anse, Nippes, Bas-Artibonite, pour ne pas les citer), suivies de morts, de blessés et de sans-abris.

Parallèlement à ces intempéries, le Président J. Moïse bouge comme la caravane du changement lancée le 1er Mai 2017, à Lagrange, dans l’Artibonite. Mais, bien avant le lancement et durant le séjour de sa caravane du changement dans la Vallée, le Président est partout : au niveau de la santé apaisant les gens de l’Hôpital Général, offrant appareils de dialyse, il a récidivé très récemment à l’Hôpital OFATMA ; au niveau de l’immigration pour la question de passeports (117,000 unités non livrées à l’époque), à date, il ne resterait que 30,000 unités à livrer, dans les divers centres[1] de livraison inaugurés entre temps et réduisant la pression sur le centre de Lalue[2], en attendant d’atteindre le nombres de 40 centres à travers tout le pays dont 14 centres avant la fin du mois de Mai 2017, a-t-il promis ;  au niveau des industries (boissons gazeuses, agro-alimentaires, traitement de déchets) ; et au niveau de l’Artibonite ( Vallée de l’Artibonite, Verrettes, Saint-Michel, Desdunes, l’Estère, Grande Saline) pour superviser les travaux de la caravane, promettant d’intervenir sur les nombreux problèmes soulevés par la population et au niveau du Centre pour annoncer des actions à Maïssade sur la Rivière Rio Frio. « Qui trop embrasse mal étreint ». Le Président en a-t-il conscience ? En tout cas, c’est la boulimie. Cette boulimie dérange, intrigue et favorise la spéculation.

Les démons de l’instabilité politique
Les intempéries et la caravane du changement ont occulté tout le reste, sauf l’augmentation du prix du carburant qui a fait quelques vagues malgré les négociations avec les principaux syndicats de transport. L’ultimatum de Jean-Charles Moïse à ce sujet fait injonction au Président Jovenel Moïse de revenir sur sa décision  d’augmentation du prix du carburant sous peine de le retrouver à la tête  des manifestations pour l’éjecter du pouvoir.

Il faut souligner : (i) la grève  du personnel à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratifs (CSCCA) ; (ii) les tentatives d’attentats contre le Président et la mort suspect de son chauffeur ; (iii) les journées d’arrêt de travail  du personnel[3] du service d’immigration suite à l’arrestation d’un cadre de ce service  par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sur la base de soupçon de trafic de passeports ; (iv) les manifestations de rue des élèves à Port-au-Prince pour réclamer dans les salles de classe la présence de professeurs, qui paradoxalement les accompagnent dans la rue à la dernière manifestation en date ; (v) la réclamation des professeurs, qui fournissent des services dans le système éducatif, sans leur  intégration officiellement dans  le système ; (vi) les manifestations de rue des ouvriers du secteur sous-traitance, qui emploie 40,000 personnes à 350 HTG/jour (environ 5 USD par jour), pour réclamer une augmentation de salaire à 800 HTG/jour, plus que 10 USD par jour, réclamation qui semble avoir un bon écho  au niveau de certains membres du Parlement, en particulier ceux de l’opposition ; (vii) la vie de tous les jours devenue de plus en plus intenable malgré une certaine appréciation de la gourde par rapport au dollar américain (environ 64 G pour 1 dollar), et (viii) les menaces des maitres-bétons sociaux et politiques de reprendre du service.  Ce qui fait dire au Sénateur Salomon du Sud qu’Haïti serait au bord d’un soulèvement généralisé.

Il se pourrait que, en fonction de ces observations, les démons de l’instabilité politique à base de manifestations de rue reprennent et nous replongent dans cette incertitude. L’augmentation du prix du carburant pourrait être l’élément déclencheur de cette instabilité politique, avec la cherté de la vie comme vecteur et comme prétexte.

Le diagnostic du PM Lafontant et la rebuffade de Bastien
D’autant que le diagnostic du Premier Ministre Lafontant sur l’état de la nation confirme la situation catastrophique du pays sur le plan financier, même si, en essayant d’imputer uniquement cette catastrophe à l’administration Privert-Jean-Charles, cette tentative lui a valu une belle rebuffade de la part de l’ex-Ministre de l’économie et des finances, Yves Romain Bastien. Certes, la faute du PM Lafontant  d’accuser l’administration Privert a forcé Bastion à sortir à juste de titre de ses gongs, mais le diagnostic reste valable. Le pays va mal.

Il ne faut donc pas rejeter d’un revers de main le diagnostic du Premier Ministre. C’est un dossier sérieux qui permet de comprendre l’état actuel de la situation du pays et sur quelle base financière cette nouvelle administration a démarré. Si vraiment la nouvelle administration ne dispose que très peu de moyens au niveau du budget, il sera très difficile sinon impossible de mettre en œuvre son ambitieux programme. Un budget rectificatif qui tarde à venir et qui doit prendre en compte les actions des ministères concernés au premier chef par la caravane du changement : ministère de l’agriculture, ministère de l’environnement, ministère des travaux publics. Dans ces conditions, une reprise des manifestations de rue ne ferait que nous enfoncer davantage dans cet imbroglio qu’on n’a même pas eu le temps de nous affranchir malgré la transition, les élections générales directes réalisées, et les élections indirectes annoncées. Heureusement qu’il y a la caravane du changement qui fait aboyer « les humains haïtiens » pour paraphraser notre Lionel Trouillot national.

La caravane entre perception et réalité
En effet, la caravane du changement ne laisse personne indifférent. Ni ses opposants, ni ses partisans, ni la majorité silencieuse. Pour la grande majorité et surtout ceux-là qui ont marre de cette situation léthargique qui prévaut dans le pays depuis trop longtemps,  un certain espoir renait avec le discours optimiste du nouveau Président, sa caravane du changement, même si la réalité et le passé récent  sont là pour nous rappeler à l’ordre. Seul le bruit de la caravane du changement (par médias interposés) nous force à nous émerger du cauchemar quotidien dans lequel nous sommes plongés.

Depuis le lancement de la Caravane du changement le 1er Mai 2017 à Lagrange, le jour de la fête de l’agriculture et du travail (foire du 1er Mai 2017 aux champs de Mars, un succès), les médias s’en emparent. A partir des infos tirées des apparitions du Chef de l’Etat dans des spots publicitaires, des visites de terrain de ce dernier, des interventions des spécialistes et des spéculations de la plupart des intervenants, le commun des mortels se trouve perdu entre perception et réalité par rapport à la caravane du changement. 

La caravane du changement est perçue négativement selon que l’on soit opposant à PHTK, à Jovenel Moïse, ou septique par rapport à tout ce qui se fait ici en Haïti, ou réaliste par rapport à la situation économique et financière du pays. Ce qui fait que les explications sont souvent biaisées, mais aussi évolutives au fur et à mesure que les informations se précisent. Certaines personnes, qui étaient contre la caravane au départ, ont changé d’avis après les premières réalisations, mais restent réticentes par rapport à la manière d’opérer, par rapport à certaines figures de la cellule de pilotage ad hoc de la caravane. D’autres doutent de la durabilité de la caravane, et une dernière catégorie ne croira jamais à cette caravane même en cas de succès à la fin du quinquennat.

En réalité, la caravane du changement au niveau de la Vallée de l’Artibonite, vise, dans un premier temps, à curer mécaniquement 197 Km de Canaux et drains et réaliser 100 Km de pistes durant les 45 jours de l’opération coup de poing ; tandis que, dans un second temps, les actions visant à achever le grand périmètre de l’ODVA traverseront le quinquennat. Parallèlement, il a été procédé à la mise en place d’un bloc sanitaire moderne équipé de panneaux solaires, d’une petite centrale de traitement de l’eau du Fleuve Artibonite comme eau de boisson et la distribution à prix subventionnés des kits à énergie solaire pour l’éclairage des maisons à Lagrange, l’expérimentation de 9 blocs (4500 ha) de production du riz avec l’ambition de réaliser 4.5 TM de riz  à l’hectare durant une campagne au niveau de la Vallée qui en compte deux.

Cette réalité sera répliquée, en l’adaptant, à d’autres zones dépendant de leurs spécificités et potentialités propres, tout au moins c’est ce qui est projeté pour la Grande-Anse, le Sud et les Nippes, et, par extension, pour l’ensemble du pays. Les moyens dont disposera le budget rectificatif ne permettront pas de réaliser le programme ambitieux prévu, sauf si d’autres ressources seront mobilisées. Où les trouver?

En guise de conclusion, pour arriver à « mobiliser les forces vives d'Haïti pour transformer les rapports sociaux historiques et aboutir à un développement endogène et durable du pays », qui est la finalité de la caravane du changement, il reste beaucoup à faire, en commençant par un travail en profondeur d’information, de sensibilisation, de communication et de fine planification autour de cette stratégie innovante mise en place par la nouvelle administration et inspirée de la  stratégie  initiée par le ministère de l’agriculture[4] sur les cinq (5) pôles[5] de croissance et de développement basés sur les cinq (5)  principaux châteaux d’eau du pays. Le pôle 1 regroupant le Nord et le Nord-Est, le pôle 2 imbriquant le Nord-Ouest, le Pôle 3 regroupant l’Artibonite et le Plateau Central, le Pôle 4 regroupant l’Ouest et le Sud-Est, et le pôle 5 regroupant les Nippes, le Sud et la Grande-Anse. Les actions sectorielles liées à la caravane seront menées à l’intérieur des pôles de croissance et de développement. Tel est le cas pour le grand périmètre de la Vallée de l’Artibonite au niveau du pôle 3, et prochainement le Grand Sud au niveau du pôle 5. 

La saison cyclonique qui démarre le 1er Juin et les premiers signes d’instabilité politique mettront-ils des bâtons dans les roues de la caravane du changement? Ou la caravane sera-t-elle assez forte et solide pour traverser ces turbulences sans se faire dérailler, si turbulences il y aura?



















[1] Dans ces centres, selon les autorités, il est possible de retirer son extrait de naissance, sa carte d’identification nationale, son passeport, sa carte d’identité fiscale.
[2] à Pétionville, Rue Lamarre à Port-au-Prince, à Verrettes, à Tabarre, à Delmas, à Arcahaie, à Vaudreuil  au Cap-Haïtien, et très prochainement à Croix-des-Bouquets.
[3] Un arrêt de travail a été observé aussi au niveau des greffiers suite à l’arrestation de l’un des leurs pour corruption
[4] L’agriculture a été désignée locomotive de la croissance par l’administration Martelly en 2015.
[5] Cadre budgétaire et de programmation 2015-2018, Ministère de l’Agriculture Octobre 2015.