Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

jeudi 29 mars 2012

HAITI: EN ATTENTE DU VERDICT DU PARLEMENT, DES INTERROGATIONS SANS REPONSES POU LE SAUVEUR LAMOTHE?


HAITI: EN ATTENTE DU VERDICT DU PARLEMENT,  DES INTERROGATIONS SANS REPONSES POU LE SAUVEUR LAMOTHE?
JEAN ROBERT JEAN-NOEL
29 MARS 2012

C’est le 25e anniversaire de la Constitution aujourd’hui. Ce jour-là, on avait tellement d’espoir ! On était tellement content ! 25 ans plus tard, quel désenchantement! La constitution amendée sera-t-elle publiée ? Et puis, publiée ou pas, qu’est-ce qu'on en gagnerait ? « Constitusyon se papye, bayonet se fè ». On continuerait à la violer, à en abuser comme notre chère Haïti ? Où est donc passé mon optimisme proverbial ? En tout cas, bonne fête à notre Constitution ! Voyons ce qui s’est passé durant ce mois.

Depuis l’annonce de la démission du Dr CONILLE comme Premier Ministre, le pays fonctionne au ralenti. Le Président MARTELLY a désigné un nouveau Premier Ministre en la personne de Mr Laurent Salvador LAMOTHE, qui a déjà déposé ses pièces par devant la commission sénatoriale créée à cet effet. Mr  LAMOTHE, ami et associé du Président, vu l’aversion de certains parlementaires vis-à-vis du Président, et cette grande solidarité constatée au sein du Parlement  dans son duel avec l’Exécutif, en particulier avec le Président, quel sera le sort de LAMOTHE ? Combien de temps cela va durer avant le verdict du Parlement ? Après les fêtes de Pâques ? « Après le départ des dinosaures du Parlement en mai 2012 » ? Pour répéter Daly VALET  et Valéry NUMA de Radio Vision 2000. Et avec «  le départ des dinosaures », la majorité changera de camp. LAMOTHE ne subira-t-il pas le sort de ROUZIER et de GOUSSE ? En tout cas, Mr CONILLE, lui, il en marre de liquider les affaires courantes. Il en aurait fait part au Président du Sénat. Que faire en de pareil cas ? Agir comme le Président PREVAL durant son premier mandat après la démission du Premier  Ministre, R. SMART et sa cessation de liquider les affaires courantes ? C’est à devenir fou ! Quel singulier petit pays !!! Continuons.

Parallèlement à tout ce cirque, le pays périclite au grand dam de la majorité silencieuse qui se terre dès 7 h du soir avec le changement d’heure qui revient avec le Président MARTELLY. Serge Beaulieu protesterait contre ce sacrilège de changer « l’heure nationale ». Laissons Serge dans sa tombe. Il est certainement mieux que nous là où il est !

 Toujours est-il que le Président a soumis ses passeports à la Commission Sénatoriale sur la double nationalité par l’intermédiaire du groupe interreligieux «  Religion pour la paix » après « un show médiatique » au Palais National. Selon l’ambassadeur américain présent à ce show, le Président MARTELLY n’est pas américain. Le doute sur la nationalité du Président, tout au moins sur sa nationalité américaine, est donc levé? Aussitôt, le principal adversaire du Président saute  sur l’occasion pour accuser le Président de frauder car sur sa carte de résidence il se prénomme « Michael » et non  Joseph Michel. Si fraude il y avait, cette fraude concernerait-elle Haïti ou les USA ? Combien de temps va encore durer cette affaire ? Que faudra-il faire pour l’évacuer définitivement ?

 Au niveau de la Chambre basse, c’est le rapport mitigé sur « l’affaire Bélisaire » qui met en exergue la responsabilité du Président dans l’arrestation du Député. Mais  la Chambre basse « renonce, au nom de la Nation, à enclencher la procédure de destitution du Président Michel MARTELLY », tout en se réservant «  le droit de prendre telle mesure que de droit en temps opportun ». La menace de destitution est donc différée. Pour combien de temps ? Mr BELISAIRE est revenu à la charge en accusant le Président de se prénommer «  Olivier » et qu’il irait jusqu’à la  destitution du Président  pour fraude du fait d’avoir utilisé aux USA le prénom d’Olivier. Il détiendrait des « preuves irréfutables » comme l’autre. Là encore au cas cela se révèlerait vrai, est-ce à la Chambre des députés de statuer sur cette fraude qui concernerait au premier chef les USA ? A notre connaissance, c’est Joseph Michel qui est président et non Olivier. Que faire ?

Au niveau du Pays, en attente de son nouveau Premier Ministre, c’est la remontée de l’insécurité ; c’est l’ « ancienne armée d’Haïti » qui fait les siennes en paradant dans les rues et en occupant les locaux publics, en particulier dans le Nord du Pays là où l’Etat concentre ses investissements (environs 500 M USD), une zone qui aurait dû être sécurisée. Qui a donc intérêt à montrer que cette zone prioritaire en termes d’investissements n’est  pas sure ?  Alors, quelles sont les mesures appropriées à arrêter pour adresser ce problème d’insécurité ? Comment mieux utiliser la MINUSTAH et la Police Nationale pour faire face à l’insécurité même en période de crise ? Encore que démission ou pas du souffrant Chef de la Police avant la fin de son mandat en août 2012 ? Août c’est demain, pourquoi vouloir une démission de ce Monsieur maintenant ? Quelle est l’économie d’une telle démission ? Que de mauvais signaux adressés aux méchants loups !

C’est aussi l’arrivée des premières pluies avec les dégâts que l’on sait. La saison pluvieuse arrive plus tôt que prévu. Est-ce le phénomène « El Nino » comme l’a annoncé la CNSA ? En tout cas, le ministère de l’agriculture en a profité pour commémorer avec ses partenaires « la journée mondiale de l’eau » sous le thème : « l’eau et la sécurité alimentaire »,  et pour lancer la campagne de Printemps, 825 M GHT selon la CNSA, avec  la probabilité d’une bonne réussite vu les conditions climatiques favorables qui pourraient provoquer des pluies abondantes très bonnes pour l’agriculture pluviale de loin la plus importante en Haïti, mais aussi avec des risques d’inondations en aval au niveau des périmètres irrigués, des terres agricoles, des villes et villages à cause de la vulnérabilité du pays liée à la dégradation des bassins versants. Haïti, pays de paradoxes !

Au cours de cette campagne de printemps, le ministère de l’agriculture avait préparé un programme spécial pour l’augmentation de la production de maïs avec des investissements importants. A ce qu’il parait, les fonds espérés n’ont pas été mis à disposition, le projet WINNER et la FAO qui  investissent beaucoup dans cette campagne de maïs (environ 20,000 ha emblavés en bonnes semences de maïs) avec l’aval du ministère de l’agriculture, permettront-ils au pays de garantir une production  de 60 à 70,000 TM en plus de la production paysanne qui se fait à base de grains comme semences? Le programme ABA GRANGOU permettra-t-il d’avoir accès à des financements pour ces genres de programmes qui devraient marcher de paire avec les campagnes agricoles ? Ne serait-il pas bon désormais d’exiger que les agences de coopération, les projets/programmes agricoles financés par la communauté internationale, les ONGs contribuent à la réussite de ces campagnes agricoles et qu’ils en tiennent compte dans leurs programmes annuels ?

C’est l’amplification des répliques du tremblement de terre du 12 janvier 2010, et de petits séismes inférieurs à 5. Donc, il y a risques sismiques et conséquemment de tsunamis qui pourraient atteindre des vitesses de 280 Km/h et des hauteurs d’eau de 3 à 5 m dépendant de la magnitude des séismes les provoquant. Heureusement il y a une prise de conscience au niveau de la population et, en principe, au niveau de l’Etat. Mais cette prise de conscience est-elle suffisamment forte pour conduire à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques y relatives ?

La Quinzaine de la Francophonie a été un succès. Une fois de plus, la culture haïtienne a montré sa force. Franck Etienne, ce vieillard qui chante, qui danse, qui débite sa poésie dans une langue propre à lui, est à lui seul tout un pays, toute une culture. Alors pourquoi ne pas baser notre développement sur notre culture, Haïti l’exception culturelle de la Caraïbe ?

Durant la Semaine de la Diaspora, la culture haïtienne a été à l’honneur. Le ministère des Haïtiens vivant à l’étranger a fait de son mieux  pour la réussite de ces grandes retrouvailles annuelles. Jimmy Jean-Louis, le grand acteur haïtien qui triomphe sur la scène internationale et particulièrement dans le film Toussaint Louverture, était de la partie. Il y a de quoi en être fier. Revivre cette tranche d’histoire à travers le film, quel régal !!! Nos politiciens actuels sont-ils trop petits pour atteindre la dimension de Toussaint ? Ont-ils cette ambition de marquer leur temps, ne serait-ce qu’un tout petit peu ? Si c’en avait-été le cas, ils se seraient comportés autrement vis-à-vis de ce coin de terre, en lui témoignant un amour indéfectible jusqu’au sacrifice  dans la dignité et malgré la privation. C’est cela, l’haïtien profond, le vrai qui sommeille en chacun de nous, qui pense pays et non clan. Surpassons-nous, prenons de la dimension pour mieux gérer cet héritage légué par Toussaint, Dessalines, Christophe et Pétion. Pourquoi ne pas passer ce film sur toutes les chaines de télévision en même temps et aux mêmes heures pour toucher les fibres au tréfonds de chacun de nous ? MM le Président, les Membres du Gouvernement démissionnaire, les Membres du Parlement et les Membre du Corps Judiciaire, ne pouvez-vous pas vous mettre d’accord sur ce minimum en attendant le grand consensus national prôné par l’autre et rêvé par tous ?

Voilà des interrogations qui nous interpellent tous, en particulier, nos gouvernants, et spécifiquement M. LAMOTHE Laurent Salvador, ce jeune de 39 ans au prénom prédestiné (Sauveur en francais), soit seulement 6 ans de plus que Jésus Christ 33 ans, ce Sauveur, ce révolutionnaire que nous avons sacrifié il y exactement 2012 années, 21 ans de moins que Toussaint Louverture (60 ans) qui s’est sacrifié il y a exactement 209 ans en espérant que les racines de l’arbre de la liberté des noirs allaient favoriser la récolte des fruits de l’Indépendance de cet Etat Nègre en 1804 avec Dessalines (48 ans), et 9 ans de moins que ce Grand Général qui a humilié la plus grande armée de l’époque, l’armée française, et que nous avons sacrifié il y a environ 206 ans. Consentirions-nous à nous regrouper autour de ce jeune Homme sans partisannerie pour en faire notre prochain Premier Ministre dans le cadre d’un autre consensus minimum pour répondre à ces interrogations et autres qui sont fondamentales pour la relance de l’économie haïtienne et sauver notre Haïti Chérie ? S’il arrive à se surpasser pour se positionner en Homme d’Etat et non en homme de clan, deviendra-t-il peut-être le "Sauveur d’Haïti" ? Que d’interrogations pour en arriver là !

2 commentaires:

Guyma Noel a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Guyma Noel a dit…

Mr Jean-Noël,
Votre article est très intéressant, et il a soulevé une question que j’estime pertinente. Est-ce qu’on a affaire à une législature diaspora-phobique? Je vois que, du côté de la diaspora, quelqu’un doit profiter l’occasion afin de poser cette question. De ma part, je considère le scenario des parlementaires comme diaspora-phobique bien que je pense qu’ils sont en train de remplir une tâche constitutionnelle. Encore, à mon avis, cette question de double nationalité du Président Martelly n’est plus une question légale ou constitutionnelle, mais plutôt une question politique qui mérite une solution politique pour ne pas bloquer le pays.Si ces parlementaires sont sérieux concernant leur argument sur la double nationalité, pourquoi n’ont-ils pas utilisé le temps dans un débat sérieux pour accorder à tous les Haïtiens vivant à l’étranger le privilège d’une participation politique, socio-économique et culturelle en Haïti? Je veux dire une participation complète dans sa totalité. Je pense qu’une attaque contre la double nationalité de Martelly (vrai ou faux) et d’autres personnalités peut devenir une attaque contre tous les Haïtiens vivant à l’étranger en général. En fait, c’est la question de l’ordre du jour. : Le rôle des Haïtiens d’outre-mer dans le développement d’Haïti.