Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

lundi 30 mai 2011

HAITI, NECESSITE D’UNE REVOLUTION DE CROISSANCE ECONOMIQUE

Jean Robert JEAN-NOEL
29 Mai 2011

EN 2010, Haïti, avec 360 Hab./km2 et avec un PIB de 700 USD/Hab., est considérée comme un pays surpeuplé et extrêmement pauvre. La croissance démographique du pays est supérieure à 2% et se maintient presque constamment autour de ce pourcentage. Sa croissance économique a décru pendant longtemps au point d’être comparée à celle d’un pays en guerre durant ces 40 dernières années. L’économiste, Kesner Pharel, a titré un article en décembre 2009 sur l’économie haïtienne relative à la décennie 2000-2010 comme « une décennie perdue ». Alors comment expliquer une telle situation ? Et que faut-il faire pour s’en sortir ?

La situation socio-économico-politique

En comparant l’économie haïtienne par rapport à elle-même de 1980 à 2011, on constate une augmentation constante de la pauvreté avec toutes les conséquences que cela implique sur l’environnement physique du pays. La dégradation de l’environnement haïtien, qui a débouché sur la vulnérabilité proverbiale du pays, est étroitement liée, entre autres, à notre manière de faire de la politique et à l’ignorance de la majorité de nos hommes politiques des concepts économiques liée, elle-même, à notre système éducatif qui n’a pas pris en compte notre éducation financière et économique depuis l’école primaire. J’en prends pour preuve le mot d’ordre des ainés dans la lutte contre la dictature des Duvalier qui nous disaient inlassablement « lèse’l pouri » (laissez les choses se gâter en français). En d’autres termes, même si vous avez la possibilité de faire les choses correctement, ne le faites pas pour embarrasser le gouvernement et provoquer à terme un mécontentement généralisé qui devrait déboucher sur une révolution politique sans tenir compte des effets désastreux de cette stratégie sur l’économie du pays. Cette stratégie ajoutée à la corruption endémique a beaucoup nui à l’avancement du pays. Car elle a amplifié la pauvreté et complexifié la situation socio- économico-politique du pays.

La politisation à outrance pour se servir avec le peuple comme leader

Depuis, les années 1980, notre pays est entré dans un cycle d’instabilité politique qui va s’aggraver à partir de 1986. Le départ de Duvalier Fils va nous permettre d’amorcer un cycle de démocratisation qui s’articule autour de la politisation du pays avec des luttes acharnées pour le pouvoir politique non pour apporter le changement souhaité inscrit dans la Constitution de 1987 mais pour continuer à s’enrichir ou s’enrichir tout cours à partir de la politique. La politique pour se servir et non pour servir. La multiplication des partis politiques de type familial ou autour d’un homme providentiel va s'amplifier en lieu et place de vrais partis politiques avec des idéologies clairement définies tel que prôné par la Constitution de 1987. Avec ces groupuscules politiques, les démons de la division vont s’installer plus profondément dans l’âme haïtienne. Et pour arriver à gagner les élections, nous allons laisser faire le peuple au lieu de le guider. En conséquence, la situation globale du pays se dégrade au fil des ans pour aboutir, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, à la situation d’aujourd’hui. Alors, que faire ?

Prendre appui sur le PARDNH et réviser à la baisse le taux de croissance de 2010-2011

En Mars 2010, Haïti avec l’appui de la communauté internationale s’est dotée d’un plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti (PARDNH) de 34.5 milliards de USD sur 22 ans dont 9.9 milliards ont été promis par la Communauté Internationale en mars 2010 à la Conférence de New York. Actuellement, près de 40% des fonds liés à cette promesse sont soit engagés soit décaissés. Et le gouvernement de Mr Bellerive a prévu des investissements (y inclus le fonctionnement) de l’ordre 2.65 milliards de USD pour l’exercice en cours pour atteindre un taux de croissance de 8.9% du PIB après une contraction de l’économie de (-5% du PIB) pour l’exercice écoulé. La situation politique actuelle exige de revoir à la baisse le taux de croissance. Le Ministre des finances prédisait , en avril 2011, que l’on pourrait atteindre 8% à la fin de l’exercice si rien n’est venu perturber la situation. Avec les tractations plutôt difficiles pour la mise en place du nouveau gouvernement et l’adaptation obligatoire des nouveaux ministres à leur fonction, il faudrait présumer que le taux de croissance serait encore plus bas. L’idéal pour le Président Martelly serait de reconduire le gouvernement actuel jusqu’à la fin de l’exercice en cours pour avoir une chance de se rapprocher des 8% de croissance prévus par l’actuel Ministre des Finances. Mais ce ne serait pas « politiquement correct », même s’il favorisait l’amorce d’ « une révolution de croissance économique ».

Amorcer « la révolution de croissance économique » à partir de 2011-2012

De toute manière, si l’on veut sortir de cette situation et contempler le développement de ce pays d’ici 2035, il faudrait viser haut en matière de croissance économique. Comme l’a rapporté la Fondation Haïtienne pour le développement intégrale latino américain et caribéen (FONHDILAC) dans son « document d’orientation pour la refondation de l’Etat d’Haïti selon une vision haïtienne. Avril 2011 », les économistes, Charles CASTEL, Gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Carl BRAUN, PDG de l’UNIBANK, et Charles CLERMONT, PDG du Fonds d’Opportunité et du Renouveau d’Haïti (FORH),pensent respectivement que notre pays peut doubler son PIB en 10 ans avec 7% de croissance l’an, en 6 ans avec 12% de croissance par an, et en 5 ans avec 15% de croissance l’an. Ces économistes ont appuyé leurs prévisions sur leur longue expérience du marché financier haïtien et de l’économie haïtienne. Carl Braun pense qu’il faudrait « une révolution de croissance » pour arriver à développer ce pays. Au sein de la FONHDILAC, nous pensons qu’il faudrait des investissements de l’ordre de 4 milliards de USD par an pour des taux annuels de croissance économique dans une fourchette de 8 à 12% du PIB. Pour soutenir le développement du pays, jusqu’à en faire un pays émergent à l’horizon 2035, les investissements devraient se faire dans les six axes de développement adoptés par la FONHDILAC, l’humain, le social, l’environnemental, l’infrastructurel, l’économique et la gouvernance (politique) avec une répartition équitable des effets de cette révolution de croissance économique. Ces six axes englobent parfaitement les quatre (4) axes de l’administration Martelly ou 4 E, à savoir : Education, Emploi, Environnement et Etat de Droit. Alors ? En avant donc pour cette révolution de croissance économique tout en réduisant notre croissance démographique et en répartissant de manière équitable la richesse issue de cette croissance économique soutenue ! Kote sa nou pa ka fè la ?

1 commentaire:

patrick a dit…

La révolution devrait commencer par des individus voulant risquer leur propre fond pour investir dans la pays. Malheureusement, on n'en trouve pas beaucoup. Pourquoi ne pas créer un centre d'investissement dans chaque commune. Voir ce qu’on fait a Ile-a-Vache par exemple. www.iavdg.com