Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

jeudi 31 janvier 2013

HAITI : « KITA NAGO, YON PA KITA YON PA NAGO » OU LA REDYNAMISATION DE L’ENERGEIE POSITIVE HAITIENNE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DU PAYS ?




HAITI : « KITA NAGO, YON PA KITA YON PA NAGO » OU LA REDYNAMISATION DE L’ENERGIE POSITIVE HAITIENNE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DU PAYS ?
Jean Robert JEAN-NOEL
31 Janvier 2013

Dans ce 1er  article de l’année 2013 consacré à KITA NAGO, je m’attarderai sur le train-train quotidien (YON PA KITA YON PA NAGO), je définirai avec les promoteurs de KITA NAGO, le sens de ce phénomène en y mettant un peu du mien, je m’interrogerai sur l’utilisation la plus rationnelle à faire de KITA NAGO, j’essaierai d’ébaucher sommairement un plan et ses éléments fondamentaux, et je terminerai sur certaines conclusions nous engageant tous en tant que peuple nègre sans distinction de nuances ni appartenances sociale et/ou politique.

A-      YON PA KITA YON PA NAGO: LE TRAIN-TRAIN QUOTIDIEN

Le mois de Janvier 2013 est dominé par un certain nombre de faits saillants. C’est le phénomène KITA NAGO qui est la toile de fonds de cet article. Le seul fait positif totalement sorti de l’ordinaire. Tout le reste est du déjà vu et même du train-train quotidien.  C’est la réouverture des travaux parlementaires avec le maintien par consensus de M. Dieuseul Simon DERAS à la tête du Senat et l’élection de M. Jean Tholbert ALEXIS à la tête de la Chambre basse à la place de M. Levaillant LOUIS-JEUNE. A l’Assemblée Nationale, le Président Martelly « a reçu des cartons jaunes » et le Premier Ministre Lamothe a été « empêché » de faire son bilan par certains députés de l’opposition. Il a pu quand même le faire au Conseil de Gouvernement télévisé et le diffuser sur le net. C’est « normal », selon certains, « scandaleux », selon d’autres.

C’est la sonnette d’alarme de la CNSA sur la situation de la sécurité alimentaire (SA) du pays avec plus de 50% de la population en insécurité alimentaire et 1.5 M de personnes en insécurité alimentaire sévère. On s’y attendait un peu après les catastrophes naturelles de 2012 (Réf. http://jrjean-noel.blogspot.com/2012/12/haiti-bilan-2012-et-perspectives-2013.html ) et la hausse des prix des produits alimentaires et du pétrole au niveau mondial.

C’est le 2e remaniement ministériel, en moins d’un an, du Gouvernement Lamothe avec le remplacement des ministres de l’intérieur, de la communication, des affaires sociales, de la culture, des haïtiens vivant à l’étranger et de l’environnement. « Un remaniement pour rien » selon « Haïti en Marche ». Un signe de plus de l’instabilité gouvernementale et l’accentuation de cette peur de se voir renvoyer du gouvernement à n’importe quel moment. Comment être efficace dans de telles dispositions d’esprit? Nos deux principaux dirigeants en ont-ils conscience ?

  Le Président au Chili et le Premier Ministre à Davos
C’est le voyage du Président Martelly au Chili dans le cadre du Sommet de la Communauté des Etats latino-américains et caribéens (CELAC) et de l’Union Européenne (UE). Le Président a plaidé pour « la promotion de l’investissement et le renforcement des capacités » au détriment des « programmes d’assistance ». Tandis que les participants se sont engagés à « éviter le protectionnisme et à promouvoir le commerce interrégional ».

C’est le voyage du Premier Ministre Lamothe à Davos, en Suisse, à la 43e Réunion Annuelle du Forum Economique Mondial sur le thème « résilience dynamique » avec une intervention sur « une nouvelle vision pour l’agriculture : accélérons son impact ». Face à la situation économique mondiale, Christine Lagarde, la patronne du FMI a déclaré : « La pression à court terme a diminué, mais elle est là sur le long terme ».

C’est le lancement du programme d’urgence post-Sandy à travers le pays par les hauts responsables du ministère de l’agriculture. Une partie des 5 Mrds de fonds du programme d’urgence vient d’être mise à disposition du ministère de l’agriculture (en est-il de même pour les autres ministères concernés ?). Le reste sera remis ultérieurement. Ces 5 Mrds HTG ne sont donc pas « dilapidés » comme véhiculé au niveau de certains médias qui ont relayé certains parlementaires.

C’est la fin de la saga Josué Pierre-Louis, président du CEP permanent, et Marie Danielle Bernadin. Elle a jeté l’éponge en retirant sa plainte pour viol. Deux mois d’actualité sur cette affaire. Il était temps d’y mettre fin. Comme par hasard, la « Religion pour la paix » s’est retirée de la négociation pour la mise en place de cette entité boiteuse qui n’est ni un conseil électoral permanent ni un conseil électoral provisoire. En tout cas, deux des membres de la « Religion pour la paix », le représentant de l’Eglise Catholique et la représentante du Vodou, ont accueilli KITA NAGO à son arrivée triomphale à Ouanaminthe, le 27 Janvier 2013, après avoir parcouru sur les épaules des masses haïtiennes 700 km des Irois, extrême Sud-ouest d’Haïti, à Ouanaminthe, extrême Nord-est, en face de la République Dominicaine, notre voisin de l’Est.

B.            KITA NAGO C’EST QUOI ?

« C’est un symbole d’unité construit à partir d’un acajou, arbre venant de Métivier, un quartier de Pernier, septième section de Bellevue Chardonnière, commune de Pétion ville Haïti. Il mesure 3,10 m de haut, 0,36 m de diamètre et pèse à peu près 500 Kilos[1] ». Dans un article publié par Alter Press, on lit ceci :« Lancé le 1er janvier 2013, depuis la commune des Irois (extrême Sud), le mouvement Kita Nago a pu terminer son itinéraire à Ouanaminthe (extrême Nord-Est) le dimanche 27 janvier 2013[2]. » Le mouvement KITA NAGO a été initié par Harry Nicolas, MET FEY VET, aidé de Smoy Noisy et de Me Lesly Alphonse.

Voici ce que j’avais écrit à propos de KITA NOGO en réponse à un ami sur Facebook : « C'est juste une pièce de bois d'acajou d'environ 500 Kg qu'un groupe de 3 personnes a décidé de transporter à bras d'hommes et de femmes des Irois à Ouanaminthe, de l'Ouest à l'Est, à partir du 1er janvier 2013. Cela prendra le temps qu'il faudra pour passer d'une extrémité du pays à l'autre. Et ça a soulève une solidarité à nulle autre pareille. Tout le monde s'y met sans savoir pourquoi. La charge symbolique de ce bout de bois est suffisante pour nous faire prendre conscience que l'on peut faire de grandes choses ensemble pour Haïti. A mon humble avis, une exploitation rationnelle de cette charge symbolique par les élites haïtiennes débouchera sur cette nouvelle Haïti rêvée par tout Haïtien digne de ce nom ».January 24 at 12:56am.

KITA NAGO, bwa a (le bois), selon le people, a pu parcourir à épaules d’hommes et de femmes 700 km en 27 jours du 1er Janvier 2013 au 27 Janvier 2013, en traversant 7 départements sur 10, en touchant les lieux les plus symboliques d’Haïti, en mobilisant près de 3 M de personnes. Pourquoi un peuple, qui refuse de balayer ses rues, de curer ses canaux, de traiter ses ravines en dépit des 200 gourdes/jour payées dans le cadre de travaux d’urgence post-catastrophes, accepte-t-il de faire cette corvée de manière volontaire, sans rechigner, avec une joie indicible et des déhanchements frisant la possession, le chevauchement de forces positives (pas de mort, pas de sang versé), seulement des sueurs et une volonté inébranlable d’atteindre le but fixé ? Continuons-nous à faire du surplace (yon pa kita yon pa nago) comme nos politiciens ? Comment canaliser une telle énergie positive redynamisée vers le développement  de notre pays et non celui des clans?

C.            LA REDYNAMISATION DE L’ENERGIE POSITIVE HAITIENNE VERS LE DEVELOPPEMENT DURABLE  DU PAYS?

KITA NAGO c’est le refus d’assister sans participer. C’est l’union fait la force. C’est se fixer un but et l’atteindre en 27 jours. C’est cette femme « cajou » qu’on peut repolir pour qu’elle retrouve sa beauté d’antan. C’est la possibilité de refaire d’Haïti, « la perle des Antilles, l’exception culturelle de la Caraïbe». C’est la preuve par 10 que l’on peut ensemble porter notre fardeau du développement sur notre dos durant 27 jours sur 700 km, durant 27 ans à partir de ce mois de janvier 2013. Mais pour cela, il nous faut commencer par dialoguer. « Essuyons le tableau », dirait Serge Beaulieu.

Le dialogue national pour la refondation de l’Etat d’Haïti selon notre vision
Kita Nago nous invite à dialoguer entre nous, à nous mettre ensemble, à nous battre pour notre pays, à nous donner un plan consensuel de long terme.

Un Plan de 27 ans axé sur 30 pôles de croissances et de développement

La vision
Faisons d’Haïti la « Taïwan de la Caraïbe à l’horizon 2040 ». En 27 ans, on transformera ce pays dégradé en un véritable joyau. L’énergie KITA NAGO aidant, on commencera par nous mettre d’accord sur la vision d’ensemble, en faisant taire nos intérêts de clans, de partis, de quartiers, de sections communales, de communes, de départements, de régions, en nous concentrant sur l’intérêt d’Haïti.

Le diagnostic de la situation actuelle
Utilisons toutes les informations à notre disposition. Générons des informations à partir d’études sérieuses. Utilisons les outils théoriques à notre disposition comme le SWOT analysis : Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces. Mettons nous d’accord sur les résultats de ce diagnostic sur le plan humain, sur le plan social, sur le plan environnemental, sur le plan infrastructurel, sur le plan économique et sur le plan politique.

Les éléments du plan
Les services et l’emploi au niveau de ces 30 pôles à l’intérieur de 4 Régions en fonction des potentialités de chaque région dans le cadre d’un plan d’aménagement du territoire découlant du diagnostic et en regard de notre position géographique et du substrat sur lequel se base Haïti, qui est dangereux avec ses failles tectoniques mais si riche en métaux précieux, en or noir (?), en iridium et autres.

Les politiques publiques relatives au plan  et la politique législative pour leur donner forces de lois.

« A l’impossible,  nous sommes tenus »
C’est un travail colossal. N’oublions pas que nous sommes l’un des pays les plus étudiés de la terre. Nous avons donc de la matière. Et puis, avec les nouvelles technologies, il nous est beaucoup plus facile de compléter les données disponibles et d’en générer d’autres. Et puis, cette fois-ci et pour de bon, pourquoi « A l’impossible, ne nous sommes-nous pas tenus ». N’est-ce pas, M. Latortue, notre premier ministre de la transition 2004-2006? Revoyons l’œuvre législative de ce gouvernement. Que de bonnes choses volontairement oubliées dans les tiroirs!

Conclusions
L'enthousiasme soulevé par KITA NAGO doit être exploité par les élites haïtiennes pour reconstruire notre solidarité collective de peuple nègre et fier en vue de reprendre en main notre avenir et étonner à nouveau le monde.

Nous avons fait 1804 dans le feu et le sang. C’était insensé. Nous l’avions réussi contre toute attente. Nous avons changé le cours de l’Histoire. On nous l’a fait payer tout le long de notre existence de peuple. Une chose est sure, nous continuons d’exister malgré vents et marées et tremblements de terre.

MET FEY VET a tenté un pari insensé. Nous nous l’approprions. Nous l’avons fait notre. Nous l’avons réussi. Alors, allons-nous nous contenter de mettre ce bout de bois dans un musée à Ouanaminthe et continuer avec notre « YON PA KITA YON PA NAGO » ou allons-nous canaliser toute cette énergie positive KITA NAGO vers le développement intégral de notre pays à l’horizon 2040? La balle est dans le camp de chacun de nous, en particulier dans le camp du Président Martelly, qui se retrouve être, veut, veut pas, notre président en ce moment précis de notre histoire de peuple nègre fier et digne de ce nom ! A nous de jouer notre partition, à lui de se révéler un excellent chef d’orchestre ! Vive KITA NAGO, l’espoir des lendemains meilleurs ! Que Dieu nous vienne en aide !!!



[1] https://www.facebook.com/notes/carigroup-caribvillage/kita-nago-700-kilomètres-à-pied-de-les-irois-à-ouanaminthe-kita-nago-un-défi-lan/1015152700930041[2] Haïti-Kita Nago : 700 km parcourus à pied pour stimuler la solidarité et la concertation. Alter Press


Aucun commentaire: