Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

mercredi 31 octobre 2012

HAITI: APRES SANDY, LE “COMPLOT” POUR LE « HAITIAN DREAM » ?



HAITI: APRES SANDY, LE “COMPLOT” POUR LE « HAITIAN DREAM » ?
Texte remanié, revu, corrigé et augmenté
JEAN ROBERT JEAN-NOEL
31 OCTOBRE 2012

Le titre de mon article pour ce mois d’octobre 2012 est une combinaison de mots empruntés à trois (3) personnages importants qui se sont signalés au cours de ce mois d'Octobre. En effet, (i) l’Ouragan Sandy a ravagé Haïti les 25 et 26 octobre 2012, laissant, après son passage, 54 morts, 20 disparus (Réf. MICT), et des dégâts matériels beaucoup plus importants que la tempête ISAAC (aout 2012) ; (ii)le Ministre de l’Education Nationale, M. PIERRE, après une séance de travail avec le Parlement, a parlé de « complot pour l’éducation »,  et (iii) Mme Clinton a insisté sur le thème «  Haitian dream » dans son discours à l’inauguration du Parc Industriel de Caracol au Nord d’Haïti (22/10/12), « le plus grand Parc Industriel de la Caraïbe » lorsqu’il sera achevé.

Après toutes les agitations politiques et sociales du mois d’octobre 2012, les manifestions contre la vie chère et contre Martelly, la rencontre des forces politiques de l’opposition le 17 octobre 2012 au Cap-Haïtien, en essence contre la présidence de Martelly, puisque ces forces politiques seraient prêtes à « suivre le peuple », leur leader, si ce dernier continue à réclamer la tête du Président ou de n'importe quel Président élu et en fonction contrairement à la Constitution (Ref. Haiti En Marche de cette semaine)http://jrjean-noel.blogspot.com/2011/05/haiti-necessite-dune-revolution-de.html, la participation du président au 14e Sommet de la Francophonie organisé à Kinshasa du 12 au 14 octobre 2012, au Congo, en Afrique, l’arrestation de Cliford BRANDT comme chef d’un puissant réseau de kidnapping, etc., et, comme nous avons cette fâcheuse tendance à nous mettre ensemble contre quelque chose ou quelqu’un, http://jrjean-noel.blogspot.com/2012/09/haiti-cherte-de-la-vie-quelles-solutions.html, je me suis dit pourquoi pas un complot pour le rêve haïtien après le passage de Sandy ?

« The Haitian Dream » ?
Y-a-t-il un rêve haïtien ? Oui. C’est un rêve légué par nos ancêtres, en particulier, l’Empereur Jean Jacques Dessalines (assassiné le 17 Octobre 1806), qui voulait faire de ce coin de terre un refuge pour tous les opprimés de la terre. Tous avaient allié la parole aux actes en aidant les autres. Par la suite,  des grands hommes avec de grandes idées ont tenté et réalisé de grandes choses, http://jrjean-noel.blogspot.com/2008/04/larticulation-technique-et-politique-ou.html. Plus près de nous, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, nous avons dégagé une certaine vision d’Haïti, celle d’un « pays émergent à l’horizon 2030 », http://jrjean-noel.blogspot.com/2010/03/haiti-apres-le-seisme-la-conference-de.html. Certes, on peut dire que ce n’est pas réaliste, que c’était l’affaire du Pdt. Préval, du PM Bellerive. C’est une belle vision dans laquelle se retrouverait la majorité des haïtiens . Il faudrait la réaliser sur une période plus longue tout simplement.  Le secteur Privé a eu un plan. La diaspora en a eu deux, le PSSN et le GRAHN. La FONHDILAC aussi a sorti un plaidoyer et un plan d’orientation avec une vision très claire de refaire de notre pays, « La Perle des Antilles, l’exception culturelle de la Caraïbes », à partir d'un "système visant un citoyen responsabilisé dans une société économiquement riche, socialement équitable et politiquement responsable". Nous avons donc assez de matériaux pour une grande concertation nationale comme le réclame depuis des lustres, notre cher ami, Tunep DELPE. De Préval à Martelly, on n’a pas senti ce souci de nous mettre ensemble pour asseoir cette vision haïtienne, ce rêve haïtien, d’autant que nous faisons face de manière périodique à ces valses de cyclones qui effacent en un clin d'oeil des efforts de toute une année de travail, modeste contribution à la réalisation de ce rêve lointain. C'est ce qui, jusqu'ici, a poussé peut-être nos dirigeants, de manière consciente ou inconsciente, à se concentrer de préférence sur les urgences (avec en prime des bénéfices politiques immédiats) au détriment du développement donc  d'un quelconque rêve haïtien lointain.  

Sandy, dégâts autour de 10% du PIB ?
Sandy a tout ravagé sur son passage. Les premières évaluations pour le secteur agricole sont terribles. A titre d’exemple, la zone goâvienne au niveau des périmètres irrigués est ravagée à 80% (bananeraies), les infrastructures d’irrigation sont endommagées et sédimentées, les pertes en bétails sont considérables (104 M USD). Pour les autres secteurs c’est la même chose. Les routes, les ponts, les maisons d’habitation dans l’Ouest, le Sud-Est, les Nippes, le Sud et la Grande Anse sont endommagés, emportés ou embourbés. Une amie qui a survolé ces départements en hélicoptère n’a vu que la désolation. Un collègue qui a survolé la Plaine du Cul de Sac a fait le même constat. Ce ne serait pas étonnant que les coûts des dégâts globaux avoisineraient les 700 M USD(?) (750 M USD, a confirmé le Premier Ministre), si on se réfèrait aux estimations faites pour Gonaïves au passage de Jeanne, entre 800 M. USD et 1 Mrd. USD. De plus, c’est la recrudescence du choléra et l’augmentation du nombre de morts (Et ça n’a pas de prix). Avec ces milliers de tonnes d’eau déversées par Sandy, c’était prévisible.

Réduire la vulnérabilité physique du pays par la HIMO
Des Sandy, on en aura encore et encore, Haïti étant sur la route des cyclones. Le niveau de vulnérabilité d’Haïti, c’est cela notre problème. Il est bien identifié et bien cerné. En 25 ans, avec une récupération vigoureuse de 1%/l'an (27,750 ha) de notre couverture végétale, on aura récupéré 25% (693,750 ha) comme l’a proposé la FONHDILAC dans son document d’orientation. Dans le programme Martelly, il a été prévu de récupérer 5% en 5 ans, soit un total de 138,750 ha. Où est-ce qu’on en est ? Il n’existe pas, à ma connaissance, d’information à ce sujet. Le ministère de l’Agriculture a prévu dans le plan national d’investissement agricole (PNIA 2010-2016) $US 2500/ha pour le traitement des bassins versants. Dans le cadre des travaux à haute intensité de main d’œuvre (HIMO), on peut récupérer des terres  pour ameliorer la couverture végétale; mais, pour cela,  il faut faire de la HIMO et non du WOY-WOY comme on a l’habitude de le faire au niveau de l’Etat : ministère de l’agriculture, ministère des TPTC, ministère de l’Environnement. Le Manuel du ministère de l’Agriculture adopté par le MTPTC et ABA GRANGOU montre clairement comment on fait de bons travaux HIMO. Mais les habitudes ont la dent dure. Et nous n’avons pas le courage d’en changer. Certes, on faisait la HIMO en payant par jour, et les gens travaillaient. Maintenant, il faut passer des contrats payables sur base d’extrants (à la tache), car les gens ne veulent plus travailler quand on les paie par jour. Qu’est-ce qui nous empêche de généraliser cette méthode? La HIMO est un mode d’exécution noble, il ne faut pas continuer à la dénaturer au point de la faire considérée comme une mauvaise approche. Il est à noter que, dans le monde, pour exécuter les travaux, il n’y a que deux grandes approches : La HIMO et la HIEQ (Haute intensité d’équipements). Or ce dont on dispose en abondance ici en Haïti, c’est la main d’œuvre. Donc, il nous faudra bien utiliser notre main d’œuvre et donc la HIMO (entre autres) pour développer notre pays, en commençant par réduire sa vulnérabilité physique. Et cessons le gaspillage dans des woy-woy sans lendemain visant uniquement à favoriser l’appétit féroce de certains groupuscules qui utilisent « la pression des armes, la pression politique » pour faire de l’argent facile.

Que faire ?
Après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, au lieu de nous mettre ensemble pour penser Haïti, nous avons préféré faire bandes à part. Le pouvoir d’alors s’est recroquevillé sur lui-même en gérant la situation comme une affaire privée, en n’exploitant pas à fond le momentum de solidarité qui se manifestait. Quant à l’opposition, après une trêve, elle s’est manifestée contre la gestion du pouvoir de la catastrophe. Et la mauvaise organisation des élections de novembre 2010 allait aiguiser les antagonismes entre le pouvoir et l’opposition jusqu’à l’arrivée au pouvoir de M. Martelly. Maintenant, avec les ravages de Sandy, a-t-on une chance de nous asseoir ensemble « pour panser et penser Haïti » ?  Les plaies béantes de notre pays méritent notre attention. Va-t-on continuer à nous battre politiquement pour les transformer en cancer sans aucune chance de récupération ? Comme nous n’aimons pas les mots tels que : consensus, grande concertation nationale, conférence nationale, alors, faisons tous ensemble (pouvoir/opposition) et avec l’appui de nos amis de la communauté internationale, « un complot » contre la vulnérabilité de notre pays, contre le chômage, contre la pauvreté, contre la division qui nous ronge, contre la corruption qui nous gangrène, contre la façon dont nous gérons jusqu’ici notre espace de vie, nos 10 M d’habitants, nos groupes sociaux, culturels et politiques, nos maigres infrastructures, notre chétive économie et notre capital politique dilapidé tout au long de notre existence de peuple , enfin contre le sous-développement de notre pays. Ainsi, nous arriverons à coup sûr à matérialiser le « Haitian Dream », la vision d’une«Haïti émergente à l’horizon 2060 » redevenue par la finalité de ce « complot »  « La Perle des Antilles, l’Exception Culturelle de la Caraïbe ».

Et notre génération de nains aura mérité de la Patrie de Jean Jacques Dessalines, le Grand, l’enfant terrible de l’histoire universelle qui a su, par sa seule volonté, ouvrir des brèches fatales dans l’édifice esclavagiste mondial, en créant cet Etat Nègre ouvertement anti-esclavagiste !!! C’est énorme ! Quelle est, pour nous autres de la génération actuelle, la signification d’un tel exploit? Rien. Nous sommes trop petits pour voir aussi grand. Après la lecture de cet article, si vous, politiciens haïtiens et aussi toi-même, vous ne vous sentez pas interpellés par rapport à la réalisation de ce « Complot positif», pour répéter un officiel à qui j’avais parlé de mon intention d’élaborer cet article, il est compréhensif que l’on soit le bon dernier en tout avec votre complicité agissante et votre appartenance plus qu’à votre clan qu’à notre chère Haïti! En tout cas, même si vous vous complaisez  dans votre zone de confort (clan), faites un geste de grandeur, en partageant ce texte avec vos amis. Et ainsi de suite, on contribuera, après Sandy, à la réalisation de ce « Complot » contre les maux d’Haïti, et… pour le « Haitian Dream ».

Aucun commentaire: