Barre de recherche de vidéos

Loading...

Rechercher dans ce blog et le WEB

Chargement...

dimanche 30 novembre 2014

HAITI SE CONJUGUE EN « TION », UNE LUEUR D’ESPOIR (?)



HAITI SE CONJUGUE EN « TION », UNE LUEUR D’ESPOIR (?)
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
30 NOVEMBRE 2014

Le lundi 24 Novembre 2014 a marqué la fin des consultations  du Président  de la République, Michel Martelly, avec les forces vives de la Nation, excepté l’opposition radicale qui a voulu « négocier » et non « être consultée ». Normal puisque les manifestations de rues se sont intensifiées  comme prévu (http://jrjean-noel.blogspot.com/2014/10/haiti-consultations-vers-une-entente-ou.html), au point que, le 18 Novembre 2014, on a enregistré une fusillade. L’opposition a automatiquement accusé l’administration Martelly d’avoir fait des morts et des blessés. Le pouvoir a sorti un communiqué pour se décharger de toute responsabilité en pointant du doigt un secteur anti-démocratique d’être à la base de cet incident. La police a rétorqué pour expliquer qu’il n’y a que trois (3) blessés par balles. Le Sénateur JEAN-CHARLES a porté plainte contre deux hauts dignitaires de l’Etat, le Premier Ministre LAMOTHE et le Ministre de la Justice, Jean Renel SANON, d’avoir ciblé sa personne et d’avoir attenté  à sa vie lors de cette fusillade. C’est la radicalisation. Depuis le 18 Novembre 2014 jusqu’à ce samedi 29 Novembre, ce sont les manifestations à Port-au-Prince pour la démission de l’administration Martelly. Gonaïves s’est mêlée de la partie avec une manifestation en faveur de cette administration. Et ce vendredi 28 Novembre, le Président s’est adressé à la Nation sur la fin des consultations et la mise sur pied d’une commission de consultation composée de « citoyens crédibles » pour trouver la meilleure formule de sortie de cette crise pré électorale. Lors de la manifestation de ce samedi 29 Novembre, l’opposition a rejeté cette commission en décrédibilisant chacun de ses membres.  C’est le cas de  dire que « Haïti se conjugue en « Tion » ; mais y-a-t-il une lueur d’espoir ? Passons d’abord en revue certains faits saillants, attardons-nous sur la radicalisation de la situation, dégageons quelques éléments qui pourraient constituer cette lueur d’espoir et terminons sur les conclusions appropriées.

FAITS SAILLANTS DU MOIS DE NOVEMBRE 2014

Inondation dans le nord

La fête de la Toussaint et la fête des morts avec les « Guédés » ont été belles. Saint Charles et Saint Hubert ont été grandiosement fêtés aux Gonaïves et à Ennery. « Bahon Samdi » et les « Saints » n’ont pas empêché l’inondation dans le nord d’Haïti, en particulier au Cap-Haïtien  avec  une estimation de 7 M USD de dégâts par la CNSA et 5 morts. Le Ministère de l’agriculture a  élaboré un dossier de réponse pour éviter ces genres de catastrophes sur le long terme. Sera-t-il mis en application ou enfermé dans un tiroir ?

« Innovative Leader of The year 2014» et « décoration du Chili » 

« Innovative Leader of The year 2014»  c’est le prix décerné, à Miami, par le «Latin Trade Group » au Premier Ministre Lamothe qui, selon un communiqué de la Primature daté de 7 Novembre 2014, l’a dédié au peuple haïtien. « Nous sommes  dans une bonne dynamique et le pays avance dans la bonne direction » a déclaré le PM. «L’administration Martelly utilise la technologie et l’innovation pour lutter contre la misère et pour garantir un meilleur avenir au peuple haïtien» a soutenu M. Lamothe, en invitant les entrepreneurs étrangers à venir investir en Haïti. Pas très loin de là, à Washington, c’est le Gouvernement du Chili de Michèle Bachelet, par l’intermédiaire de l’Ambassadeur Valdes, l’ex Chef Civil de la MINUSTAH, sous le Gouvernement de Transition, qui a décoré l’ex-Premier Ministre, Gérard Latortue. Tout de suite après, M. Latortue a eu une longue interview avec Valéry Numa sur Vision 2000 où il a invité les protagonistes à trouver une issue à la crise haïtienne. Il s’est pris en exemple pour nous conseiller de ne pas « dénigrer Haïti » sous prétexte de luter contre un ennemi ou un adversaire politique. C’est ce que nous faisons le mieux de Duvalier à Martelly en passant par Aristide et Préval. On dirait qu’en faisant du mal à Haïti, on ferait du mal à ses Dirigeants. Et on est tellement fier de voir ces choses négatives passer sur les médias étrangers et sur les réseaux sociaux. C’est bien triste pour nous !
D’autres petits faits intéressants: Michaëlle Jean à la Francophonie

Au cours de ce mois de Novembre 2014, c’était aussi (i) la présentation du document d’Orientation de la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA), ; (ii) le Voyage du Président Martelly et du Premier Ministre en Equateur ; (iii) La consécration de la Cathédrale Transitoire de Port-au-Prince, la rénovation de l’ancienne Cathédrale incendiée en 1991 ; (iv) Les travaux de La Commission Haïtiano-Dominicaine, (v) Michaëlle  Jean est élue à la tête de l'organisation internationale de la francophonie (OIF); et (vi) L’agrandissement de l’Hôtel Caribe, 103 chambres  supplémentaires, soit un total de 190 chambres, félicitation à son propriétaire, Richard Buteau qui est aussi Président de l’Association Touristique d’Haïti (ATH)  . Pourtant, en politique, au lieu de nous entendre pour attirer les investissements, nous nous battons pour les broutilles de pouvoir. C’est la radicalisation, l’exacerbation de la bataille des clans.
RADICALISATION DE LA SITUATION POLITIQUE

Manifestations anti  gouvernementales à Port-au-Prince

Les manifestations de l’opposition radicale pour la démission de l’administration Martelly se sont poursuivies comme prévu. La participation du frère de Mme Martelly, Kiko ST Remy, à celle du 18 Novembre 2014, a apporté de l’eau au moulin de l’opposition radicale et a affaibli l’administration Martelly-Lamothe. Des morts et des blessés selon l’opposition. 3 blessés seulement selon la police. En tout cas, l’opposition n’a pu exhiber ses morts. La police ouvre une enquête. Aboutira-t-elle ? Député Bélizaire a été accusé par le Commissaire du Gouvernement d’avoir tiré. Il s’est volontairement présenté au Parquet. Il n’a pas été inquiété, faute de preuve. Le Gouvernement a accusé un secteur anti-démocratique d’être l’auteur de ce forfait. Le Sénateur Moise JEAN-CHARLES porte plainte contre le PM et le Ministre de la Justice accusant le pouvoir de l’avoir personnellement visé. Le Sénateur Exius, un autre opposant farouche à l’administration Martelly, convoque la plus haute instance de sécurité du pays présidée par le Premier Ministre. C’est la confusion. Des deux cotés, on ne contrôle rien. C’est la surenchère dans les accusations. « A contestation absolue, répression absolue. Au final, c’est le coup d’état » prévient l’Hebdomadaire Haïti en Marche vol XXVIII NO 45. La grande question, l’administration en place se donne-elle un coup d’Etat ou est-ce l’opposition qui fait le coup d’Etat et avec l’aide de qui ?
En tout cas, c’est l’intensification des manifestations. Heureusement, après le 18 Novembre 2014, elles sont de plus en plus pacifiques. La Police agit aussi de plus en plus modérément malgré les provocations de certains petits groupes. On n’enregistre pas d’incident majeur si ce n’est cette voiture blanche incendiée (Réf. Télévision 2000, 29 Novembre 2014).

Manifestations en province

Après les manifestations aux Cayes en relation avec le courant électrique, c’est la manifestation à Fort Liberté au cours de la dernière semaine pour la mise à disposition de carburant pour l’électricité. Elle s’est soldée par le  blocage de la route internationale  Cap-Dajabon pour empêcher les camions chargés  de produits  provenant du Parc Industriel de Caracol d’aller en République Dominicaine pour leur embarquement dans un port dominicain, alors que l’administration Martelly refuse de construire le port de Fort Liberté. A ce qu’il parait, la Police aurait tiré à hauteur d’hommes, ce qui aurait fait 14 blessés, selon certains élus non en odeur de sainteté avec l’administration en place. La Route Nationale No 1 était bloquée ce lundi 24 Novembre au niveau de la Côte des Arcadins, on ne sait trop pourquoi. Les slogans étaient hostiles au pouvoir.

Un appui de taille pour Martelly

Par contre,  la manifestation aux Gonaïves du 28 Novembre 2014, conduite par l’Ex-Sénateur, Youri Latortue, et le Ministre de l’Agriculture,  Thomas Jacques  aux cris de : « Elections, oui, Coup d’Etat, non », était naturellement pro Martelliste. Gonaïves, le baromètre politique depuis 1986, serait-elle pro administration Marttelly-Lamothe ? Ce serait un appui de taille pour Martelly dans cette période plutôt difficile pour le pouvoir en place, surtout depuis la sortie de Kiko St Remy ce 18 Novembre 2014 contre le PM Lamothe qui traduit un profond malaise au sein de l’Exécutif. Cette sortie exprime clairement qu’il existe une bataille rangée au sein de l’Exécutif. C’est la même chose au sein du Parlement et de l’opposition politique.  Ce n’est le discours  du 17 novembre de M. DERAS, le Président du Sénat, entouré de toutes les tendances au sein du Grand Corps, qui y changera quelque chose. « Tant qu’il existe un Sénateur, le Parlement demeure », menace-t-il par rapport à la velléité prêtée au Président Martelly de constater le 12 janvier 2015 la caducité du Parlement. C’est un véritable discours de chef de l’opposition, mais, cette fois-ci, il a soigneusement évité la hargne de l’année dernière à pareille époque. D’ailleurs quelques jours après, face au pourrissement de la situation et au refus systématique de l’opposition radicale de rencontrer M. Martelly, il a demandé audience au Président de la République qui a déclaré « rester ouvert à toute rencontre ».

            ELEMENTS D’UNE LUEUR D’ESPOIR ?

Eviter le vide institutionnel… le chaos

Face à cette radicalisation politique, notre ami, le Sénateur Privert, propose une sorte de sortie de crise même s’il s’en défend : « Face à cet imbroglio politique et l’imminence du vide institutionnel qui s’annonce à partir du deuxième lundi de janvier 2015, seul un accord politique, avec les partis et regroupements politiques de l’opposition et sous l’œil vigilent des secteurs organisés de la société, est capable d’éviter au pays de sombrer dans l’inconstitutionnalité, l’incertitude et le chaos avec toutes ses conséquences pour les acquis démocratiques, la stabilité politique, la croissance économique et la paix sociale ». Le Sénateur s’est servi de l’expérience de M. Préval en 2010 tout de suite après le tremblement de terre, pour faire la proposition d’éviter le vide institutionnel. Dans cette proposition axée en grande partie sur la Constitution, on sent l’Homme d’Etat qui veut à tout prix éviter le chaos. Mais, du côté du G6 au Parlement, du G6+ partis politiques de l’opposition radicale, voient-ils les choses de la même manière ? De plus, M. Préval avait la majorité au Parlement donc il pouvait compter sur le Parlement, ce qui n’est pas le cas pour M. Martelly. De toute manière, pour éviter le vide institutionnel et… le chaos, aucun sacrifice ne devrait répugner les vrais Hommes d’Etat. Il a conclu sa proposition ainsi : « Ce n’est pas une proposition de sortie de crise. C’est uniquement la voie proposée et indiquée aux décideurs politiques pour éviter, au pays, ce vide institutionnel et évacuer le spectre grimaçant de l’instabilité et du chaos qui se profile à l’horizon ». Port-au-Prince, le 20 novembre 2014.

L’adresse à la Nation de M. Martelly

L’adresse à la nation du Président a eu lieu, ce vendredi 28 novembre, à 8h00 p.m., sur les ondes la Télévision Nationale d’Haïti (TNH). Il a dégagé en 2 mois de consultations 5 types d’idées ou de propositions de sortie de crise (i) Un premier groupe demande de changer le Premier Ministre et quelques ministres du gouvernement comme moyen pour débloquer la situation ; (iii) Un autre groupe demande au Président de prendre ses responsabilité comme l'article 136 de la Constitution le demande, au deuxième lundi de janvier 2015 ; (iii) Un troisième groupe demande de faire des changement au niveau du CEP ; (iv) Une quatrième tendance voudrait que soit mise sur pied une Assemblée constituante pour résoudre le problème de la Constitution une fois pour toute parce qu'ils pensent que la Constitution actuelle crée trop de division et demande des changements après presque 30 ans ; (V) Un dernier groupe recommande de prolonger le mandat des parlementaires ou bien encore de mettre sur pied un Conseil que le Gouvernement doit consulter à la place du Parlement lorsqu'il prend de grosses décisions. (Réf. http://www.haitilibre.com/article-12615-haiti-flash-message-du-president-martelly-a-la-nation.html ).

Mise en place d’une commission Consultative

Face à cette multitude de propositions et à « la division » qui caractérise la société haïtienne, le Président a mis sur pied, par Arrêté, une commission consultative, composée de M. Gérard Gourgue, Mgr. Patrick Aris, M. Evans Paul, Pasteur Chavanne Jeune, M. Paul Loulou Chéry, Mme. Odette Roy Fombrun, M. Gabriel Fortuné, M. Réginald Boulos, M. Rony Mondestin, M. Charles Suffrard, Mgr. Ogé Beauvoir, et dont la mission consiste à prendre, dans un délai de 8 jours, la décision la plus crédible pour le déblocage de la situation sur la base des recommandations à lui fournir. Le Ministre Hériveaux a lu l’Arrêté Présidentiel instituant cette commission. Il faut souligner, à la fin de son discours, la demande du Président au Parlement de voter la loi électorale.

CONCLUSIONS

    « Gouverner par décret »

Tous ces éléments et d’autres encore constituent-ils une lueur d’espoir pour sortir de la situation de radicalisation politique que nous vivons ? J’en doute. A ce stade, il est difficile de voir l’opposition radicale déboucher sur une forme quelconque de négociation avec Martelly. Ce qu’ils veulent en réalité, c’est le déchoucage de l’administration Martelly. A entendre les manifestants du samedi 29 Novembre 2014, ils rejettent cette commission consultative ainsi que les personnes qui la composent. Avec ces manifestations en cascade qui arrivent à mobiliser du monde, la position « rache manyok » de l’aile radicale de l’opposition l’emporterait sur la position « négociation » de l’aile modérée. J’aimerais bien me tromper. Ce que cette opposition radicale ferait en cas de déchoucage de cette administration, c’est ce qu’elle s’apprêterait à reprocher  à Martelly après le 12 Janvier 2015, « gouverner par décret ».

      Un Dieu pour les malheureux

Dans le cas où l’on déboucherait sur une forme d’entente en combinant les propositions recueillies par le Président et celle proposée par le Sénateur Privert, en espérant que nos leaders des deux camps se dépasseraient pour adopter une position patriotique (pays) et non clanique, ce qui exigerait beaucoup de sacrifices de leur part, on pourrait déboucher sur cette lueur d’espoir, cette aube qui éclairerait la noirceur vers laquelle nous nageons avec autant d’énergie du désespoir. Comme il y a un Dieu pour les malheureux, espérons qu’il touche le cœur de nos politiciens pour qu’ils nous offrent cette lueur d’espoir à l’orée de cette année 2015 qui nous arrive dans 31 jours à compter de demain 1er décembre 2014. Que Dieu, dans son infinie bonté, nous vienne en aide !

1 commentaire:

Alceste Benjamin a dit…

L’opposition dite radicale n’a pas les moyens de sa politique. Elle est loin de faire mouche comme les GNBistes nan lib qui avaient mis le dos du mal élu Aristide atè a. Ce serait trop facile, de l’opposition manmèl bèf ( Petro Caribe, CIRH, amendements chauve-sauris, parlementaires-consultants, contrats de gré à gré + Robert Marcello…) à l’ “opposition radicale”. Les documents époque sont là. D’ailleurs, toutes les rale Mennen Vini, et pour aboutir à cette commission presidentielle, ne sont pas à l’avantage de l’opposition Rache Manyok ou Zo Blod (dixit le docteur Sauveur Pierre Etienne). Le president Martelly ne pourra pas diriger par decret. La commission presidentielle va trancher dans le sens de tous les protagonistes. Attendons et voir.