VideoBar

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher dans ce blog et le WEB

mardi 23 mai 2017

HAITI ENTRE INTEMPERIES, ELEMENTS D’INSTABILITE ET CARAVANE DU CHANGEMENT


HAITI ENTRE INTEMPERIES,  ELEMENTS  D’INSTABILITE  ET CARAVANE DU CHANGEMENT
JEAN-ROBERT JEAN-NOEL
23 MAI 2017

Après le passage de Matthew, nous avions prédit, nous basant sur nos observations, que la saison pluvieuse 2017 pourrait être très mouillée. Jusqu’à présent c’est  le cas. Il en a été de même après Isaac et Sandy en 2012, et après Erika en 2015. Pourquoi serait-il différent en 2017 après le passage de Matthew? En tout cas, depuis le mois d’Avril jusqu’à date, Haïti est sous la pluie, pratiquement tous les départements du pays ont enregistré leurs lots d’inondations (Cap-Haïtien, Port-de-Paix, Sud, Grande-Anse, Nippes, Bas-Artibonite, pour ne pas les citer), suivies de morts, de blessés et de sans-abris.

Parallèlement à ces intempéries, le Président J. Moïse bouge comme la caravane du changement lancée le 1er Mai 2017, à Lagrange, dans l’Artibonite. Mais, bien avant le lancement et durant le séjour de sa caravane du changement dans la Vallée, le Président est partout : au niveau de la santé apaisant les gens de l’Hôpital Général, offrant appareils de dialyse, il a récidivé très récemment à l’Hôpital OFATMA ; au niveau de l’immigration pour la question de passeports (117,000 unités non livrées à l’époque), à date, il ne resterait que 30,000 unités à livrer, dans les divers centres[1] de livraison inaugurés entre temps et réduisant la pression sur le centre de Lalue[2], en attendant d’atteindre le nombres de 40 centres à travers tout le pays dont 14 centres avant la fin du mois de Mai 2017, a-t-il promis ;  au niveau des industries (boissons gazeuses, agro-alimentaires, traitement de déchets) ; et au niveau de l’Artibonite ( Vallée de l’Artibonite, Verrettes, Saint-Michel, Desdunes, l’Estère, Grande Saline) pour superviser les travaux de la caravane, promettant d’intervenir sur les nombreux problèmes soulevés par la population et au niveau du Centre pour annoncer des actions à Maïssade sur la Rivière Rio Frio. « Qui trop embrasse mal étreint ». Le Président en a-t-il conscience ? En tout cas, c’est la boulimie. Cette boulimie dérange, intrigue et favorise la spéculation.

Les démons de l’instabilité politique
Les intempéries et la caravane du changement ont occulté tout le reste, sauf l’augmentation du prix du carburant qui a fait quelques vagues malgré les négociations avec les principaux syndicats de transport. L’ultimatum de Jean-Charles Moïse à ce sujet fait injonction au Président Jovenel Moïse de revenir sur sa décision  d’augmentation du prix du carburant sous peine de le retrouver à la tête  des manifestations pour l’éjecter du pouvoir.

Il faut souligner : (i) la grève  du personnel à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratifs (CSCCA) ; (ii) les tentatives d’attentats contre le Président et la mort suspect de son chauffeur ; (iii) les journées d’arrêt de travail  du personnel[3] du service d’immigration suite à l’arrestation d’un cadre de ce service  par la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sur la base de soupçon de trafic de passeports ; (iv) les manifestations de rue des élèves à Port-au-Prince pour réclamer dans les salles de classe la présence de professeurs, qui paradoxalement les accompagnent dans la rue à la dernière manifestation en date ; (v) la réclamation des professeurs, qui fournissent des services dans le système éducatif, sans leur  intégration officiellement dans  le système ; (vi) les manifestations de rue des ouvriers du secteur sous-traitance, qui emploie 40,000 personnes à 350 HTG/jour (environ 5 USD par jour), pour réclamer une augmentation de salaire à 800 HTG/jour, plus que 10 USD par jour, réclamation qui semble avoir un bon écho  au niveau de certains membres du Parlement, en particulier ceux de l’opposition ; (vii) la vie de tous les jours devenue de plus en plus intenable malgré une certaine appréciation de la gourde par rapport au dollar américain (environ 64 G pour 1 dollar), et (viii) les menaces des maitres-bétons sociaux et politiques de reprendre du service.  Ce qui fait dire au Sénateur Salomon du Sud qu’Haïti serait au bord d’un soulèvement généralisé.

Il se pourrait que, en fonction de ces observations, les démons de l’instabilité politique à base de manifestations de rue reprennent et nous replongent dans cette incertitude. L’augmentation du prix du carburant pourrait être l’élément déclencheur de cette instabilité politique, avec la cherté de la vie comme vecteur et comme prétexte.

Le diagnostic du PM Lafontant et la rebuffade de Bastien
D’autant que le diagnostic du Premier Ministre Lafontant sur l’état de la nation confirme la situation catastrophique du pays sur le plan financier, même si, en essayant d’imputer uniquement cette catastrophe à l’administration Privert-Jean-Charles, cette tentative lui a valu une belle rebuffade de la part de l’ex-Ministre de l’économie et des finances, Yves Romain Bastien. Certes, la faute du PM Lafontant  d’accuser l’administration Privert a forcé Bastion à sortir à juste de titre de ses gongs, mais le diagnostic reste valable. Le pays va mal.

Il ne faut donc pas rejeter d’un revers de main le diagnostic du Premier Ministre. C’est un dossier sérieux qui permet de comprendre l’état actuel de la situation du pays et sur quelle base financière cette nouvelle administration a démarré. Si vraiment la nouvelle administration ne dispose que très peu de moyens au niveau du budget, il sera très difficile sinon impossible de mettre en œuvre son ambitieux programme. Un budget rectificatif qui tarde à venir et qui doit prendre en compte les actions des ministères concernés au premier chef par la caravane du changement : ministère de l’agriculture, ministère de l’environnement, ministère des travaux publics. Dans ces conditions, une reprise des manifestations de rue ne ferait que nous enfoncer davantage dans cet imbroglio qu’on n’a même pas eu le temps de nous affranchir malgré la transition, les élections générales directes réalisées, et les élections indirectes annoncées. Heureusement qu’il y a la caravane du changement qui fait aboyer « les humains haïtiens » pour paraphraser notre Lionel Trouillot national.

La caravane entre perception et réalité
En effet, la caravane du changement ne laisse personne indifférent. Ni ses opposants, ni ses partisans, ni la majorité silencieuse. Pour la grande majorité et surtout ceux-là qui ont marre de cette situation léthargique qui prévaut dans le pays depuis trop longtemps,  un certain espoir renait avec le discours optimiste du nouveau Président, sa caravane du changement, même si la réalité et le passé récent  sont là pour nous rappeler à l’ordre. Seul le bruit de la caravane du changement (par médias interposés) nous force à nous émerger du cauchemar quotidien dans lequel nous sommes plongés.

Depuis le lancement de la Caravane du changement le 1er Mai 2017 à Lagrange, le jour de la fête de l’agriculture et du travail (foire du 1er Mai 2017 aux champs de Mars, un succès), les médias s’en emparent. A partir des infos tirées des apparitions du Chef de l’Etat dans des spots publicitaires, des visites de terrain de ce dernier, des interventions des spécialistes et des spéculations de la plupart des intervenants, le commun des mortels se trouve perdu entre perception et réalité par rapport à la caravane du changement. 

La caravane du changement est perçue négativement selon que l’on soit opposant à PHTK, à Jovenel Moïse, ou septique par rapport à tout ce qui se fait ici en Haïti, ou réaliste par rapport à la situation économique et financière du pays. Ce qui fait que les explications sont souvent biaisées, mais aussi évolutives au fur et à mesure que les informations se précisent. Certaines personnes, qui étaient contre la caravane au départ, ont changé d’avis après les premières réalisations, mais restent réticentes par rapport à la manière d’opérer, par rapport à certaines figures de la cellule de pilotage ad hoc de la caravane. D’autres doutent de la durabilité de la caravane, et une dernière catégorie ne croira jamais à cette caravane même en cas de succès à la fin du quinquennat.

En réalité, la caravane du changement au niveau de la Vallée de l’Artibonite, vise, dans un premier temps, à curer mécaniquement 197 Km de Canaux et drains et réaliser 100 Km de pistes durant les 45 jours de l’opération coup de poing ; tandis que, dans un second temps, les actions visant à achever le grand périmètre de l’ODVA traverseront le quinquennat. Parallèlement, il a été procédé à la mise en place d’un bloc sanitaire moderne équipé de panneaux solaires, d’une petite centrale de traitement de l’eau du Fleuve Artibonite comme eau de boisson et la distribution à prix subventionnés des kits à énergie solaire pour l’éclairage des maisons à Lagrange, l’expérimentation de 9 blocs (4500 ha) de production du riz avec l’ambition de réaliser 4.5 TM de riz  à l’hectare durant une campagne au niveau de la Vallée qui en compte deux.

Cette réalité sera répliquée, en l’adaptant, à d’autres zones dépendant de leurs spécificités et potentialités propres, tout au moins c’est ce qui est projeté pour la Grande-Anse, le Sud et les Nippes, et, par extension, pour l’ensemble du pays. Les moyens dont disposera le budget rectificatif ne permettront pas de réaliser le programme ambitieux prévu, sauf si d’autres ressources seront mobilisées. Où les trouver?

En guise de conclusion, pour arriver à « mobiliser les forces vives d'Haïti pour transformer les rapports sociaux historiques et aboutir à un développement endogène et durable du pays », qui est la finalité de la caravane du changement, il reste beaucoup à faire, en commençant par un travail en profondeur d’information, de sensibilisation, de communication et de fine planification autour de cette stratégie innovante mise en place par la nouvelle administration et inspirée de la  stratégie  initiée par le ministère de l’agriculture[4] sur les cinq (5) pôles[5] de croissance et de développement basés sur les cinq (5)  principaux châteaux d’eau du pays. Le pôle 1 regroupant le Nord et le Nord-Est, le pôle 2 imbriquant le Nord-Ouest, le Pôle 3 regroupant l’Artibonite et le Plateau Central, le Pôle 4 regroupant l’Ouest et le Sud-Est, et le pôle 5 regroupant les Nippes, le Sud et la Grande-Anse. Les actions sectorielles liées à la caravane seront menées à l’intérieur des pôles de croissance et de développement. Tel est le cas pour le grand périmètre de la Vallée de l’Artibonite au niveau du pôle 3, et prochainement le Grand Sud au niveau du pôle 5. 

La saison cyclonique qui démarre le 1er Juin et les premiers signes d’instabilité politique mettront-ils des bâtons dans les roues de la caravane du changement? Ou la caravane sera-t-elle assez forte et solide pour traverser ces turbulences sans se faire dérailler, si turbulences il y aura?



















[1] Dans ces centres, selon les autorités, il est possible de retirer son extrait de naissance, sa carte d’identification nationale, son passeport, sa carte d’identité fiscale.
[2] à Pétionville, Rue Lamarre à Port-au-Prince, à Verrettes, à Tabarre, à Delmas, à Arcahaie, à Vaudreuil  au Cap-Haïtien, et très prochainement à Croix-des-Bouquets.
[3] Un arrêt de travail a été observé aussi au niveau des greffiers suite à l’arrestation de l’un des leurs pour corruption
[4] L’agriculture a été désignée locomotive de la croissance par l’administration Martelly en 2015.
[5] Cadre budgétaire et de programmation 2015-2018, Ministère de l’Agriculture Octobre 2015. 

Aucun commentaire: